La checklist SEO ultime pour 2021

Avatar
Responsable des contenus @ Ahrefs (ce qui veut dire en gros, que je dois m’assurer que chaque article publié est ÉPIQUE).
Article stats
  • Monthly traffic 17
Data from Content Explorer

Shows how many different websites are linking to this piece of content. As a general rule, the more websites link to you, the higher you rank in Google.

Shows estimated monthly search traffic to this article according to Ahrefs data. The actual search traffic (as reported in Google Analytics) is usually 3-5 times bigger.

The number of times this article was shared on Twitter.

    Suiv­re cette check­list SEO nous a per­mis d’augmenter le traf­ic organique de notre blog à plus de 640 000 vis­i­teurs mensuel.

    Elle fonc­tionne pour les sites de e‑commerce, les entre­pris­es locales, les sites d’affiliation, pour tout en fait.

    Voici la checklist :

    1. Check­list des bases du SEO
    2. Check­list SEO technique
    3. Check­list de recherche de mots-clés
    4. Check­list de contenu
    5. Check­list SEO on-page
    6. Check­list de Link building

    Comment utiliser cette checklist SEO

    La plu­part des check­list SEO ne dis­ent rien d’important : le SEO se fait sur la durée. Elles se con­tentent de faire des listes de tâch­es qui don­nent l’impression que le SEO est ter­miné et qu’il n’y a plus rien à faire une fois qu’on a coché toute la liste.

    Ce n’est pas le cas, nous avons donc mis des petites icônes qui signifient :

    • Faites-le une fois
    • Faites-le régulière­ment
    • Faites-le chaque fois que vous pub­liez une nou­velle page

    Cette struc­ture implique que vous n’avez pas besoin de cocher chaque élé­ment de la liste aujourd’hui. Faites les tâch­es qui ne sont à faire qu’une fois en pre­mier, puis celles à répéter régulière­ment et enfin, à chaque fois que vous pub­liez une page, les autres.

    On s’y met.

    Com­mençons par quelques meilleures pra­tiques SEO que tout le monde devrait maîtris­er. Elles ne vont pas directe­ment amélior­er le rank­ing, mais sont impor­tantes pour se pré­par­er à être mieux posi­tion­né dans Google.

    1. Paramétrez la Google Search Console

    La Google Search Con­sole est un out­il gra­tu­it pour suiv­re les per­for­mances en recherche organique de votre site.

    Voici ce que vous pou­vez faire avec :

    • Voir les mots-clés pour lesquels vous ressortez dans les recherches
    • Véri­fi­er votre positionnement
    • Voir les erreurs sur votre site
    • Soumet­tre des sitemaps

    Si vous voulez un guide com­plet, nous en avons un étape par étape.

    2. Paramétrez Webmaster Tools de Bing

    Bing Web­mas­ter Tools est en fait l’équiv­a­lent de la Google Search Con­sole mais pour Bing.

    Vous pou­vez appren­dre à le paramétr­er ici.

    3. Paramétrez Ahrefs Webmaster Tools

    Ahrefs Web­mas­ter Tools (AWT) est un out­il gra­tu­it qui va vous aider à amélior­er les per­for­mances SEO de votre site pour obtenir plus de traf­ic organique.

    Voici ses prin­ci­pales fonctionnalités :

    • Scan­ner votre site sur plus de 100 prob­lèmes SEO
    • Voir tous vos back­links
    • Voir tous les mots clés pour lesquels vous rankez

    Vous pou­vez appren­dre à vous en servir ici :

    https://www.youtube.com/watch?v=ipTk-qGrNlc

    4. Paramétrez Google Analytics

    Google Ana­lyt­ics est un out­il gra­tu­it qui vous per­met de voir com­bi­en de per­son­nes vis­i­tent votre site, d’où ils vien­nent et com­ment ils inter­agis­sent avec.

    Apprenez à paramétr­er cet out­il dans ce guide.

    Note.
    Il vaut tou­jours mieux lier Google Search Con­sole avec Google Ana­lyt­ics pour voir les don­nées de GSC dans Ana­lyt­ics. Pour savoir com­ment faire c’est par ici.

    Lec­ture recom­mandée (en anglais) : How to Use Google Ana­lyt­ics to Improve SEO Performance

    5. Installez un plugin SEO

    Si vous utilisez Word­Press, vous avez besoin d’un plu­g­in SEO pour vous aider à opti­miser des élé­ments comme les sitemaps et les balis­es meta.

    Voici quelques bon plu­g­ins (vous n’en avez besoin que d’un) :

    Si vous utilisez une autre plate­forme de site comme Shopi­fy, vous n’avez prob­a­ble­ment pas besoin d’un plu­g­in SEO.

    6. Créez et soumettez une sitemap

    Les sitemaps indiquent aux moteurs de recherche où trou­ver le con­tenu impor­tant de votre site pour plus facile­ment pass­er au crawl et à l’indexation de vos pages.

    Voici à quoi ressem­ble le sitemap de notre blog :

    Vous trou­verez générale­ment votre sitemap à l’une de ces URLs :

    /sitemap.xml

    /sitemap_index.xml

    /sitemap

    Lisez ceci si vous ne par­venez pas à la trou­ver, puis apprenez à soumet­tre votre sitemap à Google et Bing par ici.

    7. Créez un fichier robots.txt

    Le Robots.txt est un fichi­er texte qui indique aux moteurs de recherche où ils peu­vent et ne peu­vent pas aller sur votre site.

    Il vaut tou­jours mieux avoir un fichi­er robots.txt, mais c’est indis­pens­able si vous souhaitez empêch­er les moteurs de recherche de crawler cer­taines pages ou par­ties de votre site. Par exem­ple, si vous avez un site de e‑commerce, vous pour­riez ne pas vouloir qu’ils craw­lent et index­ent la page de panier.

    Blocage du sous-dossier /cart/ dans le robots.txt.

    Vous pou­vez véri­fi­er que vous avez déjà un fichi­er robots.txt en allant sur votredomaine.com/robots.txt. Si vous voyez un fichi­er texte, c’est bon. Si vous voyez autre chose, faites une recherche Google pour “généra­teur robots.txt” et créez-en un.

    Lec­ture recom­mandée (en anglais) : Robots.txt and SEO: Every­thing You Need to Know

    Les prob­lèmes de SEO tech­nique vont générale­ment empêch­er un site de se posi­tion­ner aus­si bien qu’il le devrait. Voici les bonnes bases de SEO tech­nique que tout le monde devrait suivre.

    1. Planifiez la structure de votre site (nouveaux sites uniquement)

    Il est indis­pens­able que les util­isa­teurs et les moteurs de recherche puis­sent facile­ment nav­iguer sur votre site. Pour cela vous devez créer une struc­ture de site logique.

    Pour y par­venir, faites une sim­ple mind map :

    Chaque branche sur la carte doit être un lien interne qui va per­me­t­tre aux moteurs de recherche comme aux vis­i­teurs de nav­iguer entre les pages.

    Lec­ture recom­mandée (en anglais) : Web­site Struc­ture: How to Build Your SEO Foundation

    2. Assurez-vous que votre site peut être crawlé

    Google ne va pas pou­voir cor­recte­ment index­er votre con­tenu s’il ne parvient pas à crawler (explor­er) votre site. Il vaut mieux véri­fi­er le rap­port de Cou­ver­ture de la Google Search Con­sole pour toute alerte ou exclu­sion en lien avec le robots.txt.

    Si vous voulez vous assur­er que Google indexe l’une de ces pages blo­quées cor­recte­ment, il faut retir­er la règle qui cause le blocage dans le fichi­er robots.txt.

    Lec­ture recom­mandée (en anglais) : Robots.txt and SEO: Every­thing You Need to Know

    3. Assurez-vous que votre site est indexable

    Le crawl (explo­ration) et l’indexation sont deux choses dif­férentes. Ce n’est pas parce qu’un moteur de recherche explore une page qu’il va l’indexer. S’il y a par exem­ple un “noin­dex” dans les robots meta tag ou x‑ro­bots-tag de la page, l’indexation ne sera pas possible.

    Vous pou­vez voir les URLs non indexées dans le rap­port Cou­ver­ture.

    You can also find this infor­ma­tion in the Index­a­bil­i­ty report in Ahrefs’ Site Audit.

    Si vous avez des pages “noin­dex” qui devraient être indexées, retirez la balise “noin­dex”

    Lec­ture recom­mandée (en anglais) : Robots Meta Tag & X‑Ro­bots-Tag : Every­thing You Need to Know

    4. Assurez-vous d’utiliser le HTTPS

    Il est con­fir­mé que le HTTPS est un fac­teur (léger) de ranking.

    Oui, mais non. Le HTTPS n’est pas un fac­teur dans la déci­sion d’indexer ou non une page, pas du tout. Nous prenons par con­tre en compte le HTTPS comme un léger sig­nal pour le rank­ing. Utilise HTTPS est très bien pour vos util­isa­teurs. Un cer­ti­fi­cat gra­tu­it de Let’s Encrypt fonc­tionne tout aus­si bien.

    Si vous n’utilisez pas HTTPS, il est temps de le faire.

    Au-delà du poten­tiel boost de posi­tion­nement, le HTTPS est là pour pro­téger les don­nées de vos vis­i­teurs. C’est d’autant plus impor­tant si vous avez des for­mu­laires sur votre site. Si vous deman­dez des mots de passe ou des infor­ma­tions de carte ban­caire, ce n’est plus impor­tant, c’est car­ré­ment indispensable.

    Com­ment savoir si votre site utilise le HTTPS ?

    Cherchez un cade­nas fer­mé dans la barre de votre navigateur :

    Note.
    Vous pou­vez obtenir un cer­ti­fi­cat SSL gra­tu­ite­ment via Let’s Encrypt.

    5. Assurez-vous que votre site soit accessible via un seul domaine

    Les util­isa­teurs ne devraient pas pou­voir accéder à votre site par plusieurs URLs dif­férentes. Cela peut men­er à des prob­lèmes de sécu­rité et d’indexation.

    Pour véri­fi­er que tout est en ordre, entrez ces 4 URLs dans httpstatus.io :

    • http://votredomaine.com
    • http://www.votredomaine.com
    • https://votredomaine.com
    • https://www.votredomaine.com

    Si tout est bien con­fig­uré, trois d’entre elles devraient rediriger vers la quatrième.

    Si ce n’est pas le cas, vous devriez met­tre en place une redi­rec­tion 301 permanente.

    Si vous utilisez HTTPS (vous devriez), il est égale­ment impor­tant que la ver­sion acces­si­ble de votre site soit celle sécurisée. Ce sera soit https://votredomaine.com soit https://www.votredomaine.com.

    Lec­ture recom­mandée (en anglais) : 301 Redi­rects for SEO: Every­thing You Need to Know

    6. Assurez-vous que votre site charge rapidement

    La vitesse de charge­ment de la page est un fac­teur de posi­tion­nement sur ordi­na­teur depuis 2010 et sur mobile depuis 2018.

    Il est facile de com­pren­dre pourquoi. C’est très frus­trant de cli­quer sur un résul­tat de moteur de recherche et d’attendre que ça charge. C’est pour cela que la prob­a­bil­ité de rebond aug­mente à mesure que la vitesse de charge­ment s’affaiblit.

    Vous pou­vez utilis­er des out­ils comme Page­Speed Insights et GTMetrix pour con­trôler la vitesse de charge­ment de votre page web.

    Mal­heureuse­ment, ces out­ils ne peu­vent véri­fi­er qu’une page à la fois. Pour véri­fi­er toutes vos pages, faites explor­er votre site par l’Audit de site de Ahrefs. Vous ver­rez les pages lentes sig­nalées dans le rap­port Per­for­mances.

    7. Assurez-vous que votre site est mobile-friendly

    La majorité des recherch­es se font sur mobile, votre site doit impéra­tive­ment être adap­té à la nav­i­ga­tion mobile.

    Vous pou­vez véri­fi­er si votre site a besoin d’amélioration avec le Mobile-Friend­ly Test tool de Google.

    8. Installez un plugin de compression d’image

    Com­press­er les images va réduire leur poids et amélior­er la vitesse de la page. C’est impor­tant parce que la vitesse de charge­ment est un fac­teur de rank­ing de Google.

    Si vous utilisez Word­Press, il existe beau­coup de plu­g­ins pour cela. Nous util­isons Short­Pix­el. Il per­met de com­press­er gra­tu­ite­ment jusqu’à 100 images par mois.

    Si vous utilisez une autre plate­forme, faites une recherche Google pour trou­ver un bon plu­g­in ou utilisez la web app Short­Pix­el.

    9. Corrigez les pages cassées

    Les liens morts peu­vent avoir un impact négatif sur l’expérience util­isa­teur et cass­er le flux “d’autorité” dans et autour de votre site.

    Pour trou­ver les liens morts de votre site, vous pou­vez utilis­er l’Outil de Web­mas­ter de Ahrefs.

    1. Faites un crawl de votre site avec l’Audit de site
    2. Con­sul­tez le rap­port Pages internes
    3. Cherchez les erreurs “page 404”.

    Si vous en trou­vez, voici quoi faire :

    Lec­ture recom­mandée (en anglais) : How to Find and Fix Bro­ken Links (to Reclaim Valu­able “Link Juice”)

    10. Corriger les problèmes de contenu dupliqué

    Le con­tenu dupliqué est une copie exacte ou presque exacte de con­tenu qui appa­rait plusieurs fois sur un seul site. C’est un prob­lème récur­rent en SEO de e‑commerce à cause des sys­tèmes de nav­i­ga­tion qui à eux seuls peu­vent provo­quer des cen­taines de prob­lèmes de con­tenu dupliqué.

    Vous pou­vez trou­ver le con­tenu dupliqué de votre site gra­tu­ite­ment avec les out­ils de web­mas­ter de Ahrefs.

    1. Faites un crawl de votre site avec l’Audit de site
    2. Ren­dez-vous dans le rap­port Con­tenu dupliqué
    3. Cliquez sur l’onglet “prob­lèmes”

    Il faut cor­riger ça grâce à la canon­i­sa­tion lorsque c’est nécessaire.

    Lec­ture recom­mandée (en anglais) : Dupli­cate Con­tent : The Com­plete Guide for Beginners

    La recherche de mots-clés est une pièce cru­ciale du puz­zle du SEO. SI vous ne savez pas quels sont les mots-clés que vont chercher les util­isa­teurs, com­ment est-ce que vous pou­vez opti­miser votre con­tenu pour les moteurs de recherche ?

    Suiv­ez cette check­list pour par­tir du bon pied.

    1. Trouvez un mot-clé principal à cibler

    Chaque page de votre site doit cibler un mot-clé prin­ci­pal. Il faut régulière­ment faire de la recherche de mots-clés pour trou­ver lesquels cibler, mais vous devez aus­si vous assur­er de choisir les bons à chaque fois que vous pub­liez une nou­velle page.

    Com­ment savoir quel est le bon mot-clé ?

    C’est celui qui représente la manière la plus courante de faire une recherche sur un sujet.

    Par exem­ple, imag­i­nons que vous écriv­iez un arti­cle sur les meilleures pro­téines en poudre. Les util­isa­teurs ont beau­coup d’options pour faire une recherche :

    • Quelle est la meilleure pro­téine en poudre
    • Meilleur sup­plé­men­taire protéine
    • Bois­sons protéine

    Lequel choisir ? Est-ce qu’un seul est bon ?

    Vous avez de la chance, il existe un moyen sim­ple de le savoir. Faites une recherche sur votre sujet dans l’Explo­rateur de mot-clé de Ahrefs et regardez les sujets par­ents. C’est sou­vent la manière la plus courante de faire des recherch­es sur le sujet.

    Note.
    Sujet par­ent n’est pas fiable à 100%. Cela va seule­ment vous mon­tr­er le mot-clé qui envoie le plus de traf­ic sur la pre­mière page de résul­tat pour votre mot-clé. C’est sou­vent le meilleur mot-clé à cibler mais pas tou­jours, ne lais­sez pas ces indi­ca­tions vous faire aller à l’encontre du bon sens.

    Lec­ture recom­mandée (en anglais) : How To Do Key­word Research for SEO

    2. Jugez de l’intention de recherche

    L’intention de recherche est la rai­son der­rière la requête d’un util­isa­teur. Si votre page ne s’aligne pas avec cette dernière, vos chances d’être posi­tion­nées sur les résul­tats sont minces.

    Com­ment juger de l’intention de recherche ?

    Il faut regarder les types et for­mats de pages dans les résul­tats de recherche pour votre mot-clé principal.

    Par exem­ple, nous voyons grâce aux URLs et titre des meilleurs résul­tats pour “com­pé­tences mar­ket­ing” que ce sont tous des arti­cles. Quant aux for­mats, ce sont surtout des listes.

    Si vous ciblez ce mot-clé avec une page pour ven­dre un cours, vous n’allez sans doute pas vous posi­tion­ner parce que ça ne cor­re­spond pas avec l’intention de recherche.

    Lec­ture recom­mandée (en anglais) : What is Search Intent? A Com­plete Guide for Beginners

    3. Jugez de vos chances de ranker sur Google

    Com­pren­dre avec quelle dif­fi­culté vous allez pou­voir vous posi­tion­ner sur un mot-clé va vous aider à faire le tri de vos pri­or­ités et à avoir des attentes réalistes.

    Pour une pre­mière esti­ma­tion grossière, utilisez le score de Dif­fi­culté de mot-clé dans l’Explorateur de mots-clés.

    Ne vous y fiez pas aveuglé­ment. Véri­fiez les résul­tats par vous même les raisons qui pour­raient indi­quer qu’un mot-clé va être dif­fi­cile à cibler comme :

    • Des back­links de grande qual­ité dans les meilleurs résultats
    • Un top 10 dom­iné par les grandes marques
    • Grande per­ti­nence dans les thèmes pour les sites les mieux positionnés

    Vous en appren­drez plus dans ce tuto­riel.

    4. Cherchez ce que les gens veulent savoir

    Imag­i­nons que quelqu’un cherche “mots-clés SEO”. En analysant l’intention de recherche, on com­prend qu’il veut une déf­i­ni­tion du terme, mais quelles sont ses autres ques­tions ? Quelles infor­ma­tions faut-il inclure dans le contenu ?

    La fonc­tion­nal­ité de SERP “Autres ques­tions posées” peut vous don­ner des indices là-dessus :

    Pour avoir plus d’idées, prenez les trois meilleurs résul­tats de la recherche est collez-les dans l’outil d’Écart de con­tenu (Con­tent Gap) de Ahrefs. Cela va vous mon­tr­er sur quels autres mots-clés l’une ou plusieurs de ces pages se positionnent.

    Ensuite, c’est juste une ques­tion d’examiner les résul­tats pour trou­ver des mots-clés qui pour­raient don­ner des sous-sujets. Dans notre cas, ça pour­rait être “exem­ple de mots-clés” et “com­ment utilis­er les mots-clés en SEO”.

    Choisir le bon mot-clé est impor­tant, mais tous vos efforts seront vains si votre con­tenu n’est pas à la hau­teur. Suiv­ez ces astuces pour amélior­er votre contenu.

    1. Résolvez le problème du lecteur

    Com­pren­dre l’intention de recherche est la pre­mière étape pour résoudre le prob­lème du lecteur, car cela vous dit quel type de con­tenu il cherche.

    La recherche est une autre étape importante.

    Pour créer un véri­ta­ble bon con­tenu, vous allez avoir besoin d’aller plus loin et vrai­ment com­pren­dre le prob­lème de l’utilisateur.

    Si nous prenons pour exem­ple une requête comme “astuce de pro­duc­tiv­ité”. En analysant l’intention de recherche, il est clair que les util­isa­teurs veu­lent un arti­cle de blog sous forme de liste. En regar­dant les arti­cles les mieux posi­tion­nés, nous trou­vons des con­seils fréquents comme “prenez une pause” et “prenez des notes”.

    Même si en soi ces con­seils sont bons, les per­son­nes qui cherchent “astuces pro­duc­tiv­ité” veu­lent sans doute d’autres idées et con­seils qu’ils peu­vent appli­quer immédiatement.

    Il va donc fal­loir aller plus loin qu’un sim­ple con­seil comme “prenez des pauses”.

    2. Écrivez une bonne intro

    Si vous ne par­venez pas à con­va­in­cre vos lecteurs que votre page con­tient ce qu’ils veu­lent en quelques sec­on­des, ils vont cli­quer sur le bou­ton précé­dent plus vite que vous pou­vez dire “durée de ses­sion”.

    Votre meilleure arme est une bonne introduction.

    Une bonne intro­duc­tion doit répon­dre à trois critères :

    • Vous con­necter avec le lecteur
    • Bâtir la confiance
    • Promet­tre une solu­tion au prob­lème de l’utilisateur

    Sou­venez-vous que si les vis­i­teurs ne vont pas plus loin que votre intro­duc­tion, ils ne vont jamais lire votre con­tenu. S’ils ne le lisent pas, ils ne vont pas être con­ver­tis, le partager ou faire un lien vers lui.

    Apprenez à écrire une bonne intro­duc­tion par ici.

    3. Utilisez les titres pour créer une hiérarchie

    Les titres (head­ings) comme H1 et H2 vont per­me­t­tre de créer une hiérar­chie dans votre con­tenu et de le divis­er en par­ties logiques. Cela rend votre con­tenu plus facile à lire et à comprendre.

    Par exem­ple, cet arti­cle est divisé en cinq sec­tions distinctes.

    1. Check­list des bases du SEO
    2. Check­list SEO technique
    3. Check­list de contenu
    4. Check­list de SEO on-page
    5. Check­list de link building

    Dans cha­cune, nous avons des sous-titres pour chaque élé­ment de la checklist.

    Imag­inez à quel point cet arti­cle serait dif­fi­cile à lire sans tous ces titres.

    Lec­ture recom­mandée (en anglais) : What is an H1 Tag? SEO Best Prac­tices for 2021

    4. Brisez la monotonie avec des images

    Per­son­ne ne veut lire un gros mur de texte. C’est assom­mant et donne envie aux gens de quit­ter la page.

    Les images vont per­me­t­tre de résoudre ce prob­lème en appor­tant des paus­es dans votre texte et aider à la com­préhen­sion avec des élé­ments visuels.

    Ce n’est pas pour autant qu’il faut met­tre des images pour met­tre des images. Faites un effort pour trou­ver ou créer des élé­ments visuels qui vont amélior­er l’expérience du lecteur.

    Par exem­ple, nous util­isons sou­vent des graphiques, des info­gra­phies et des cap­tures d’écran pour illus­tr­er nos propos.

    5. Utilisez des phrases et des paragraphes courts

    50% de la pop­u­la­tion améri­caine a un niveau de lec­ture inférieur à celui d’un enfant de 13 ans.

    À moins que vous ne souhaitiez vous priv­er de la moitié de la pop­u­la­tion, ne com­pliquez pas les choses. Con­tentez-vous de phras­es et para­graphes courts.

    Vous devriez également :

    • Utilis­er des mots et phras­es simples
    • Éviter le jargon
    • Écrire à la voix active

    Hem­ing­way est un out­il en ligne gra­tu­it qui peut vous aider à y par­venir. Il va même jusqu’à vous dire le niveau sco­laire de votre texte et vous sug­gér­er des améliorations.

    6. Ajoutez un sommaire

    Un som­maire va pro­pos­er des liens pour sauter directe­ment à des sec­tions spé­ci­fiques de la page.

    Nous en util­isons un dans la plu­part de nos articles :

    Même si vous pou­vez ajouter un som­maire sur n’importe quelle page, ils con­vi­en­nent mieux au con­tenu long à tra­vers lequel il serait autrement dif­fi­cile de nav­iguer. Comme la plu­part de nos arti­cles font plus de 2000 mots, ils peu­vent vrai­ment aider nos utilisateurs.

    Un som­maire peut égale­ment vous per­me­t­tre d’obtenir des sitelinks dans le SERP.

    Rec­om­mend­ed read­ing: What Are Sitelinks? How to Influ­ence Them

    Le SEO on-page con­siste à opti­miser le con­tenu actuel de votre page. Cela prend en compte l’optimisation faite au niveau vis­i­ble pour l’utilisateur comme le code source.

    Voyons com­ment faire

    1. Utilisez une URL courte et descriptive

    Les URLs cour­tes et descrip­tives vont aider les util­isa­teurs à com­pren­dre le sujet de la page dans le SERP.

    Par exem­ple, voici deux pages au sujet de la perte de poids :

    https://www.medicalnewstoday.com/articles/322345

    https://www.dietdoctor.com/how-to-lose-weight

    Mais vous ne pour­riez pas le savoir en regar­dant l’URL de la première.

    La plu­part du temps, la manière la plus sim­ple de créer une URL courte est descrip­tive est d’utiliser votre mot-clé prin­ci­pal dans le slug. C’est ce que nous faisons pour la plu­part de nos articles.

    ahrefs.com/blog/on-page-seo/

    ahrefs.com/blog/link-build­ing/

    ahrefs.com/blog/free-seo-tools/

    Garder des URL cour­tes est égale­ment utile car les plus longues peu­vent être tron­quées dans le SERP.

    Lec­ture recom­mandée (en anglais) : How to Cre­ate SEO-Friend­ly URLs (Step-by-Step)

    2. Écrivez une bonne balise title

    Comme les URL, les balise title appa­rais­sent dans les résul­tats de recherche pour aider les util­isa­teurs à com­pren­dre le sujet de la page.

    Un con­seil courant pour les balis­es title est d’y inclure votre mot-clé principal

    Même si c’est effec­tive­ment une bonne chose à faire, ne vous forcez pas si cela n’a pas beau­coup de sens. Il est bien plus impor­tant d’écrire quelque chose qui va don­ner envie aux gens de cliquer.

    La plu­part du temps, le titre de votre page ou de votre arti­cle va faire l’affaire.

    Lec­ture recom­mandée (en anglais) : How to Craft the Per­fect SEO Title Tag

    3. Écrivez une bonne meta description

    Google va mon­tr­er les meta descrip­tion dans le SERP env­i­ron un tiers du temps.

    Voici nos meilleurs con­seils pour écrire une bonne meta description :

    • Développez votre titre
    • Insis­tez sur l’intention de recherche
    • Utilisez la voix active
    • Restez sous les 120 caractères
    • Met­tez votre mot-clé prin­ci­pal (si ça a du sens)

    Lec­ture recom­mandée (en anglais) : How to Write the Per­fect Meta Description

    4. Faites des liens vers ressources pertinentes

    Faire des liens vers des ressources internes va aider les util­isa­teurs à nav­iguer sur votre site.

    Mais quid des sources externes ?

    Voici ce que John Mueller de Google dit :

    Faire des liens vers d’autres sites est un excel­lent moyen de fournir de la valeur à vos util­isa­teurs. Sou­vent, les liens vont les aider à en appren­dre plus, véri­fi­er vos sources et à mieux com­pren­dre en quoi votre con­tenu est per­ti­nent et répond à la ques­tion qu’ils se posent.

    John Mueller
    John Mueller, Search Advo­cate Google

    Est-ce que ça veut dire qu’il faut vous forcer à met­tre lien interne et externe dans votre contenu ?

    Non, n’a­joutez des liens quand cela est utile.

    Lec­ture recom­mandée (en anglais) : Inter­nal Links for SEO: An Action­able Guide

    5. Optimisez vos images

    Si vous suiv­ez cette check­list dans l’ordre, vous devez déjà avoir instal­lé un plu­g­in de com­pres­sion d’image. Mais il y a quelques autres opti­mi­sa­tions que vous pou­vez faire page par page :

    1. Nom­mez cor­recte­ment les images. N’utilisez pas de noms de fichi­er générique comme IMG_456467.png ou Screenshot-2021–06-01. Utilisez des noms de fichi­er descrip­tifs comme chiot-noir.png ou tour-eiffel.jpg.
    2. Ajoutez un texte alt descrip­tif. Le texte alt (alter­natif) rem­place une image sur une page lorsqu’elle ne parvient pas à chang­er. C’est égale­ment utile pour les per­son­nes avec des défi­ciences visuelles qui utilisent un lecteur d’écran. Apprenez-en plus par ici.

    Lec­ture recom­mandée (en anglais) : Image SEO : 12 Action­able Tips for More Organ­ic Traffic

    6. Ajoutez des données structurées pour les extraits enrichis

    Les don­nées struc­turées (que l’on appelle aus­si schema markup) aident les moteurs de recherche à mieux com­pren­dre votre con­tenu. Cela peut égale­ment avoir un effet impor­tant sur la manière dont votre page va être présen­tée dans le SERP.

    Voici une page avec des don­nées struc­turées qui est actuelle­ment posi­tion­née pour “recette de pâte à pizza” :

    Voici à quoi le résul­tat ressem­blerait sans don­nées structurées :

    Vous voyez la différence ?

    Les don­nées struc­turées peu­vent amélior­er le taux de clic et vous apporter plus de trafic.

    Ce n’est en plus pas com­pliqué à implé­menter. Vous pou­vez utilis­er l’aide de Google ou ce généra­teur de don­nées struc­turées pour vous faciliter la vie.

    Lec­ture recom­mandée (en anglais) : Rich Snip­pets : What Are They and How Do You Get Them?

    7. Ajoutez des liens internes

    Les liens internes aident Google à com­pren­dre le sujet de votre page. Cela va égale­ment aider les moteurs de recherche et vos util­isa­teurs à nav­iguer sur votre site.

    Nous avons déjà par­lé de l’importance des liens à des sources internes ou externes dans le con­tenu. Mais il est égale­ment impor­tant d’ajouter des liens internes à d’autres pages per­ti­nentes lorsque vous pub­liez du nou­veau contenu.

    Voici com­ment trou­ver des oppor­tu­nités de liens internes :

    1. Créez un compte gra­tu­it pour les out­ils Web­mas­ter Ahrefs
    2. Lancez un crawl de votre site avec l’Audit de site
    3. Allez dans le rap­port Oppor­tu­nités de lien
    4. Ajoutez un fil­tre “page cible” et mettez‑y votre nou­velle page

    Ajoutez des liens internes partout où cela est pertinent.

    Le link build­ing est une tâche cru­ciale du SEO, surtout si vous voulez vous posi­tion­ner sur un secteur com­péti­tif. Dans cette par­tie, nous allons par­ler de quelques tac­tiques de link build­ing testées et éprouvées.

    Note.
    Cer­taines de ces tac­tiques sont con­cen­trées sur l’obtention de back­link sur l’ensemble de votre site, d’autres sur obtenir du back­link sur des pages individuelles.

    1. Copiez les liens de la concurrence

    Si une page men­tionne plusieurs de vos con­cur­rents et fait des liens vers eux mais que vous n’y appa­rais­sez pas, c’est un objec­tif à poursuivre.

    Voici com­ment trou­ver ces sites :

    1. Allez dans l’Explo­rateur de contenu
    2. Faites une recherche pour (con­cur­rent 1” ET “con­cur­rent 2”) — “votre marque”
    3. Cliquez sur chercher
    4. Activez “une page par domaine”

    Cela va faire une recherche dans notre base de don­nées de plus de sept mil­liards de pages pour celles qui men­tion­nent vos deux con­cur­rents, mais pas vous.

    Il faut ensuite chercher les oppor­tu­nités où vous pour­riez essay­er d’avoir un lien.

    Par exem­ple, si nous faisons cela pour Con­vertK­it, cette liste de 79 out­ils mar­ket­ing serait sans doute une bonne opportunité :

    2. Réclamez les liens perdus

    Les back­links ne sont pas immortels.

    Par exem­ple, si nous regar­dons le rap­port Liens per­dus dans l’Explo­rateur de site de Ahrefs pour nos blog, nous voyons des cen­taines de liens per­dus sur les 7 derniers jours.

    Cela peut arriv­er pour beau­coup de raisons. Par­fois ils sont per­dus pour de bon, par­fois il est pos­si­ble de les réactiver.

    Lec­ture recom­mandée (en anglais) : Link Recla­ma­tion: How to Eas­i­ly Find (and Reclaim) Lost Backlinks

    3. Cherchez les mentions sans lien

    Des sites vont par­fois men­tion­ner votre mar­que sans faire de lien vers vous, on appelle cela des men­tions sans lien.

    En voici un exemple :

    Vous pou­vez y voir que même si Ahrefs est men­tion­né, ils ne font pas de lien vers vous.

    Est-ce que ce ne serait pas super de pou­voir con­ver­tir toutes les men­tions de votre mar­que en backlink ?

    Ça le serait, et vous pou­vez. Con­tactez les auteurs pour leur deman­der de “ren­dre le texte cli­quable”. S’ils sont déjà fam­i­liers avec votre mar­que, il y a de bonnes chances qu’il fasse le changement.

    Mais la ques­tion demeure : com­ment trou­ver des men­tions sans lien ?

    Tout est expliqué dans le lien ci-dessous :

    Lec­ture recom­mandée (en anglais) : A Sim­ple Guide to Turn­ing (Unlinked) Brand Men­tions into Links

    4. Publiez des guest posts

    Le guest blog­ging (arti­cle invité) con­siste à écrire et faire pub­li­er un arti­cle sur un autre site de votre secteur.

    Par exem­ple, voici un guest post de Ryan Stew­art sur le blog de Ahrefs :

    La plu­part des gens per­me­t­tent aux auteurs invités de faire un lien vers leurs pro­pres sites dans la bio.

    Il y a beau­coup de manières de trou­ver des oppor­tu­nités de guest post, mais la méth­ode la plus sim­ple est de chercher les sites qui ont déjà rédigé des choses sur des sujets en rap­port avec le vôtre. Pourquoi ? Parce qu’ils seront sans doute intéressés par un arti­cle sur un sujet similaire.

    Voici com­ment trou­ver ces sites :

    1. Allez dans l’Explo­rateur de con­tenu de Ahrefs
    2. Entrez un sujet per­ti­nent (par exem­ple “recherche de mot-clé”)
    3. Choi­sis­sez “dans le titre” dans le menu déroulant
    4. Cliquez sur “recherche”
    5. Allez dans l’onglet “sites”

    Vous devriez voir les 100 pre­miers sites avec le plus de traf­ic organique qui ont des pages sur votre sujet.

    Par­courez la liste et con­tactez les sites qui vous sem­blent intéressants.

    Lec­ture recom­mandée (en anglais) : Guest Blog­ging for SEO: How to Build High-qual­i­ty Links at Scale

    5. Faites des pitchs à des pages de ressource

    Les pages de ressources font de la cura­tion de con­tenu et pro­posent des liens vers des ressources sur un sujet.

    Vous pou­vez trou­ver des pages comme cela en util­isant les opéra­teurs de recherche de Google comme :

    • [top­ic] intitle:resources inurl:ressources.html
    • [top­ic] intitle:links inurl: ressources.html
    • [top­ic] inurl:.com/ressources
    • [top­ic] inurl:resources intitle:ressources

    Par exem­ple, voici une page qui fait une liste de ressources sur le mar­ket­ing numérique :

    Il serait per­ti­nent de pro­pos­er un pitch sur une ressource SEO pour cette liste.

    6. Trouvez des personnes faisant des liens vers du contenu de moins bonne qualité

    Si vous avez passé du temps et impliqué des efforts dans la créa­tion d’un super con­tenu sur un sujet, il doit exis­ter d’innombrables arti­cles qui ne sont pas aus­si bien que le vôtre.

    Ceux qui pour­raient faire du back­link vers ces arti­cles “inférieurs” sont des prospects.

    Par exem­ple, voici un arti­cle sur les mots-clés à longue traîne qui pro­pose une mau­vaise déf­i­ni­tion (ça n’a rien à voir avec la longueur) :

    Les mots-clés à longue traîne sont des mots-clés plus longs et spé­ci­fiques que des util­isa­teurs peu­vent taper lorsqu’ils sont plus près de la phase d’achat ou qu’ils utilisent la recherche vocale.

    Si nous ren­trons l’URL de cet arti­cle dans l’Explo­rateur de site, nous voyons qu’il a des back­links sur plus de 1000 sites. 

    Nous pour­rions facile­ment con­tac­ter ces sites, leur expli­quer le prob­lème, et leur sug­gér­er de faire un lien vers notre arti­cle sur les mots-clés à longue traîne qui lui pro­pose une bonne définition.

    Com­ment trou­ver des arti­cles du genre avec beau­coup de backlinks ?

    Suiv­ez ces étapes :

    1. Allez dans l’Explo­rateur de contenu
    2. Faites une recherche sur votre sujet (par exem­ple mots-clés à longue traîne)
    3. Choi­sis­sez “dans le titre” dans le menu déroulant
    4. Fil­trez les pages avec beau­coup de back­link (refer­ring domains)

    Il faut ensuite trou­ver une bonne rai­son pour laque­lle quelqu’un pour­rait préfér­er faire un lien vers votre page plutôt que celles-ci.

    7. Parlez de votre contenu à plus de gens

    Per­son­ne ne peut faire de lien vers un con­tenu dont il ignore l’existence. C’est pour cela qu’il faut faire l’effort de par­ler de votre con­tenu aux bonnes personnes.

    Qui sont ces “bonnes” personnes ?

    Ils ont deux caractéristiques :

    1. Ils sont intéressés par votre contenu
    2. Ils ont la capac­ité de vous fournir un backlink.

    Apprenez com­ment trou­ver les bonnes per­son­nes à con­tac­ter par ici et com­ment les con­tac­ter grâce à ces con­seils d’outreach.

    Conclusion

    Le SEO est un proces­sus sur la durée, il n’est pas pos­si­ble d’inclure tout ce qui est impor­tant dans une seule check­list. Ceci dit, si vous par­venez à cocher tous les élé­ments de celle-ci, vous serez déjà en bonne voie pour avoir un meilleur posi­tion­nement. Vous allez cer­taine­ment sur­pass­er la com­péti­tion, et c’est finale­ment tout ce qui compte.

    Si vous voulez en appren­dre plus sur com­ment met­tre en œuvre cette check­list, jetez un œil à notre cours gra­tu­it de SEO.

    Vous voulez encore plus d’idées et de con­seils sur le SEO ? Con­sul­tez notre liste d’as­tuces SEO.

    • Monthly traffic 17
    Data from Content Explorer