SEO on-page : le guide complet du débutant

Avatar
Responsable des contenus @ Ahrefs (ce qui veut dire en gros, que je dois m’assurer que chaque article publié est ÉPIQUE).
Statistiques de l'article
  • Backlinks 7
Données de Explorateur de contenu

Montre combien de site différents font un lien vers ce contenu. En règle générale, plus vous avez de sites qui vous donnent un backlink, plus haut vous êtes positionné dans Google.

Montre le trafic mensuel estimé pour cet article selon les données Ahrefs. Le trafic organique réel (issu de Google Analytics) est généralement 3 à 5 fois plus élevé.

Le nombre de fois que cet article a été partagé sur Twitter.

La plu­part des gens pensent que le SEO on-page con­siste sim­ple­ment à dis­sémin­er des mots-clés ici et là. C’est faux. Même si le place­ment des mots-clés est tou­jours impor­tant, ça l’est beau­coup moins qu’à une époque.

Si l’optimisation on-page est moins sim­ple qu’il y a quelques années, on peut tou­jours dire que c’est l’une des par­ties les plus sim­ples du SEO. C’est l’une des rares choses sur lesquelles vous avez un con­trôle total et qui ne néces­si­tent pas une grande maîtrise tech­nique. Si vous savez faire des mod­i­fi­ca­tions de base sur un site, rédi­ger (ou con­nais­sez quelqu’un qui sait le faire) et que vous êtes prêt à faire un peu de recherche, vous y arriverez.

Com­mençons.

Chapters


    Assurons-nous d’abord de com­pren­dre ce que veut dire le SEO on-page et son importance.

    Qu’est-ce que le SEO on-page ?

    Le SEO on-page (aus­si appelé SEO on-site) con­siste à opti­miser les pages web pour être mieux posi­tion­né dans les résul­tats de moteurs de recherche. Cela prend en compte les opti­mi­sa­tions vis­i­bles de con­tenu et le code source HTML.

    Pourquoi le SEO on-page est-il important ?

    Google va analyser le con­tenu de votre page pour déter­min­er si c’est un résul­tat per­ti­nent pour les requêtes de recherche. Une par­tie de ce proces­sus est la recherche des mots-clés.

    Cap­ture d’écran de la page “Com­ment fonc­tionne la recherche” de Google.

    Le sig­nal le plus sim­ple indi­quant la présence d’in­for­ma­tions per­ti­nentes dans une page Web est la présence de mots clés fig­u­rant dans votre requête de recherche. Si ces mots clés se trou­vent sur la page ou appa­rais­sent dans les titres ou le corps du texte, l’in­for­ma­tion a plus de chances de répon­dre à vos besoins.

    Mais le SEO on-page, c’est plus que de met­tre des mots-clés dans votre con­tenu ; bien plus.

    Le but de Google est de trou­ver les pages qui répon­dent le mieux à une requête, ses algo­rithmes cherchent aus­si d’autres con­tenus per­ti­nents sur la page. Si elle par­le de chien et que vous ne faites pas men­tion de dif­férentes races, Google va savoir qu’il y a sans doute des pages plus per­ti­nentes quelque part sur le web.

    Par exem­ple, lorsque vous recherchez le terme “chiens”, vous n’avez cer­taine­ment pas envie que les résul­tats ren­voient une page con­tenant des cen­taines d’occurrences du mot “chiens”. C’est la rai­son pour laque­lle les algo­rithmes de recherche Google déter­mi­nent si les pages inclu­ent du con­tenu per­ti­nent, tels que des pho­tos de chiens, des vidéos, la liste des races de chiens, etc.

    La per­ti­nence est une par­tie très impor­tante du SEO on-page. Il va fal­loir en com­pren­dre les rouages si vous voulez pou­voir vous positionner.


    Avant même de com­mencer à faire des opti­mi­sa­tions “tech­niques” comme plac­er des mots-clés ici et là, il va fal­loir créer du con­tenu que Google voudra met­tre en avant. Pour y par­venir, il faut avoir un mot-clé prin­ci­pal en tête. Lisez notre guide de recherche de mot-clé si ce n’est pas déjà le cas.

    Sinon, voici qua­tre choses qu’il va fal­loir maîtriser :

    1. Soyez per­ti­nent
    2. Soyez minu­tieux
    3. Soyez unique
    4. Soyez clair

    1. Soyez pertinent

    La per­ti­nence est sans doute un des points les plus impor­tants du SEO on-page, cela implique d’aligner le con­tenu avec l’intention de recherche. Si vous ne par­venez pas à don­ner aux util­isa­teurs ce qu’ils veu­lent, vos chances de vous posi­tion­ner sont presque nulles.

    Comme per­son­ne ne com­prend l’intention de recherche mieux que Google, le meilleur point de départ est d’analyser les meilleurs résul­tats de recherche actuels pour déter­min­er les 3 axes de l’intention de recherche :

    1. Type de contenu
    2. For­mat de contenu
    3. Angle du contenu

    Nous avons déjà briève­ment expliqué ce con­cept dans le guide de recherche de mot-clé. Nous allons un peu l’approfondir car, encore une fois, align­er son con­tenu avec l’intention est crucial.

    1. Type de Contenu

    Le type de con­tenu va générale­ment faire par­tie d’une de ces cinq caté­gories : arti­cle de blog, pro­duit, caté­gorie, land­ing page ou vidéo. Par exem­ple, tous les meilleurs résul­tats pour “robe noir maxi” sont des pages de caté­gories de sites e‑commerce bien connus.

    Le rank­ing aux USA pour “maxi dress” via l’Explo­rateur de con­tenu de Ahrefs.

    Si vous voulez vous posi­tion­ner sur ce mot-clé, vous n’y arriverez sans doute pas avec un arti­cle de blog. Les util­isa­teurs veu­lent acheter, pas apprendre.

    Pour d’autres mots-clés, cela dit, les choses ne sont pas aus­si claires.

    Si nous regar­dons les meilleurs résul­tats pour “plantes”, vous ver­rez un mélange de e‑commerce et d’articles de blog.

    Les résul­tats pour la requête “plantes” aux USA selon l’Explo­rateur de mots-clés de Ahrefs.

    Si cela arrive, fiez-vous à votre juge­ment. Dans ce cas, même si on voit env­i­ron autant d’articles que de pages de e‑commerce dans les résul­tats, les trois pre­miers résul­tats sont du e‑commerce. Cela nous indique que la majeure par­tie des util­isa­teurs veu­lent acheter et pas appren­dre. Vous aurez donc sans doute plus de chance de vous posi­tion­ner sur ces requêtes avec une page de com­merce en ligne.

    2. Format du Contenu

    Le for­mat de con­tenu va surtout s’appliquer aux arti­cles de blog, ce seront soit des how-to, des listes, des actu­al­ités, des opin­ions ou des critiques.

    Par exem­ple, tous les résul­tats pour “forcer redé­mar­rage iPad” sont des guides how-to, à part ceux de apple.com.

    Les résul­tats de recherche pour “forcer redé­mar­rage iPad” selon l’Explo­rateur de mots-clés de Ahrefs.

    Pour le mot-clé “idées mar­ket­ing”, ce ne sont que des listes.

    Les résul­tats de recherche pour “idées mar­ket­ing” selon l’Explo­rateur de mots-clés de Ahrefs.

    Pour avoir une chance de vous posi­tion­ner sur l’un de ces mots-clés, il faut faire de même. Essay­er de posi­tion­ner un arti­cle sous forme de liste alors que les util­isa­teurs veu­lent un guide how-to sera un com­bat très difficile.

    Cela dit, comme pour le type de con­tenu, le SERP ne donne pas tou­jours des résul­tats aus­si clairs que sur les exem­ples ci-dessus.

    Voyons les pages les mieux posi­tion­nées pour “com­ment avoir plus d’abonnés sur YouTube”. On voit alors un bon mélange d’ar­ti­cles how-to et de listes.

    Les résul­tats de recherche pour “com­ment avoir plus d’abonnés sur YouTube” selon l’Explo­rateur de mots-clés de Ahrefs.

    Dans ce cas, comme “com­ment” est dans le mot-clé prin­ci­pal, un guide how-to ce sera sans doute la meilleure approche. Mais il faut savoir qu’il n’y a pas de réponse absolue. Tout le monde voit les choses dif­férem­ment, les deux options sont val­ables. Nous avons choisi le for­mat liste pour notre arti­cle sur com­ment avoir plus d’abonnées YouTube parce que cela nous sem­blait la meilleure méth­ode pour dis­tiller nos astuces et conseils.

    Notre page rank en posi­tion #9 pour “com­ment avoir plus d’abonnés YouTube”.

    3. Angle du contenu

    L’angle du con­tenu, c’est le prin­ci­pal “argu­ment de vente” de votre con­tenu. Par exem­ple, pour les per­son­nes qui font la recherche “com­ment faire du lat­te”, elles cherchent à savoir com­ment le faire à la mai­son, sans un équipement professionnel.

    Les résul­tats de recherche pour “com­ment faire du lat­te” selon l’Explo­rateur de mots-clés de Ahrefs.

    Pour “meilleur mac­book”, les util­isa­teurs cherchent claire­ment des résul­tats récents.

    Les résul­tats de recherche pour “meilleur mac­book” selon l’Explo­rateur de mots-clés de Ahrefs.

    Au cas où vous ne l’auriez pas encore saisi, l’angle de con­tenu n’est pas tou­jours une évi­dence. Si vous regardez les meilleurs résul­tats pour “recette de riz frit”, il y en a plusieurs : meilleur, facile, à la manière d’un restau­rant, etc.

    Les résul­tats de recherche pour “recette riz frit” selon l’Explo­rateur de mots-clés de Ahrefs.

    Dans ce cas, on ne peut pas déter­min­er avec cer­ti­tude quel est le meilleur angle de con­tenu. Choi­sis­sez celui qui vous sem­ble le plus séduisant ou utile pour une per­son­ne qui tape la requête “com­ment faire du riz frit”.

    ASTUCE

    S’il est impor­tant d’aligner votre con­tenu avec ce que cherchent les util­isa­teurs, il n’est pas pour autant indis­pens­able de tou­jours suiv­re la masse. Si vous pensez que vous serez en mesure d’attirer l’attention des util­isa­teurs avec un autre type, for­mat ou angle de con­tenu, ten­tez le coup !

    2. Soyez minutieux

    Avoir du con­tenu qui s’aligne glob­ale­ment avec l’intention de recherche est un bon début, mais c’est rarement suff­isant. Pour mérit­er sa place sur la pre­mière page de Google, il va fal­loir tenir vos promess­es. Cela veut dire cou­vrir tous les élé­ments que les util­isa­teurs s’at­ten­dent à voir et veu­lent connaître.

    Comme vous avez déjà iden­ti­fié les trois élé­ments de l’intention de recherche, vous avez sans doute déjà une bonne idée de ce que les util­isa­teurs veu­lent voir. Par exem­ple, si vous écrivez sur com­ment acheter du bit­coin et que les pages les mieux posi­tion­nées sont des arti­cles pour les débu­tants, il ne serait sans doute pas per­ti­nent d’ex­pli­quer ce qu’est la blockchain dans les moin­dres détails.

    Ceci dit, analyser les trois axes du con­tenu va vous don­ner un point de vue macro de l’intention. Pour mieux com­pren­dre ce que votre con­tenu doit cou­vrir, il va fal­loir creuser un peu plus loin pour analyser les pages les mieux positionnées.

    Le mot impor­tant est ici “per­ti­nent”. Si vous visez le mot-clé “meilleur set de clubs de golf” pour écrire sur les meilleures séries de club, il n’y a pas d’intérêt à analyser et chercher l’inspiration depuis des pages de e‑commerce ou des arti­cles sur un club en par­ti­c­uli­er. Il faut analyser des pages sim­i­laires à la vôtre.

    Voyons com­ment s’y prendre.

    Cherchez des sous-titres communs

    La plu­part des pages divisent un sujet en sous-sujet (ou sous-par­ties) avec des sous-titres. Ils per­me­t­tent d’avoir un aperçu rapi­de de ce que les util­isa­teurs recherchent, surtout si vous repérez des sim­i­lar­ités entre ces titres sur plusieurs pages.

    Par exem­ple, si nous exam­inons les sous-titres des autres guides sur le SEO on-page, nous voyons que toutes les pages pro­posent une définition.

    Issu de la page #1 pour “seo on page”

    Issu de la page #2 pour “seo on page”

    Issu de la page #3 pour “seo on page”

    Comme toutes les pages per­ti­nentes les mieux posi­tion­nées inclu­ent ceci, on peut en con­clure que c’est quelque chose que les util­isa­teurs veu­lent savoir. Google sait sans doute que les pages qui cou­vrent ce sujet pré­cis amène une meilleure sat­is­fac­tion util­isa­teur que celles qui ne le font pas, et les posi­tion­nent donc mieux.

    Si vous écrivez un arti­cle sous forme de liste, vous pou­vez aus­si regarder les sous-titres pour avoir des idées de pro­duits, ser­vices ou astuces spé­ci­fiques que vous pour­riez vouloir inclure.

    Par exem­ple, si nous regar­dons le rap­port on-page de la barre d’outils SEO Ahrefs, nous voyons que la plu­part des pages du top 10 sur “meilleurs sets de club de golf” en men­tion­nent quelques-uns en commun.

    Sous titre pour la page #1 pour la requête “Meilleur set de clubs de golf” via la barre d’outils SEO Ahrefs.

    Sous titre pour la page #2 pour la requête “Meilleur set de clubs de golf” via la barre d’outils SEO Ahrefs.

    Sou­venez-vous juste de pren­dre ces approches avec des pincettes. Si votre mot-clé est “meilleur set de clubs de golf” et que toutes les meilleures pages en men­tion­nent un que vous savez très mau­vais, vous ne devriez pas l’inclure sim­ple­ment parce que tout le monde le fait.

    Cherchez des sous-sujets parmi les mots-clés positionnés

    Selon notre étude sur trois mil­lions de requêtes en moyenne une page en pre­mière posi­tion rank sur près de 1000 autres mots-clés per­ti­nents dans le top 10.

    La plu­part de ces mots-clés seront d’autres moyens de faire une recherche sur la même chose. Par exem­ple, si nous entrons le résul­tat #1 pour “meilleurs sets de clubs de golf” dans l’Explo­rateur de site de Ahrefs pour véri­fi­er le rap­port Organ­ic key­word, on peut voir qu’elle est égale­ment posi­tion­née sur :

    • Meilleur set de clubs de golf 2020
    • Bon set de clubs de golf
    • Meilleur set com­plet de clubs de golf
    • Meilleur set de golf

    Cap­ture d’écran de l’Explo­rateur de site de Ahrefs.

    Mais cer­tains mots-clés représen­tent des sous-sujets qui con­cer­nent un sujet plus large

    Par exem­ple, la même page se posi­tionne aus­si dans le top 10 pour :

    • set de clubs de golf homme
    • rap­port qual­ité prix clubs golf
    • meilleure mar­que club de golf
    • set de clubs de golf avec sac
    • meilleurs clubs golf amateur

    Cap­ture d’écran de l’Explo­rateur de site de Ahrefs.

    Chercher des sous-sujets par­mi les mots-clés d’une page per­ti­nente du top 10 est un excel­lent moyen d’avoir des idées sur ce que vous pour­riez vouloir cou­vrir dans votre contenu.

    Une autre méth­ode est de chercher les inter­sec­tions de mots-clés entre dif­férentes pages. Pour y par­venir, ren­trez quelques URL de pages dans l’out­il de Con­tent Gap (écart de con­tenu) de Ahrefs avant de jouer avec les chiffres d’intersection jusqu’à obtenir des résul­tats exploitables.

    Entrez les pages les mieux posi­tion­nées sur votre sujet dans l’out­il Con­tent Gap de Ahrefs…

    … avant d’ajuster le réglage “inter­sect” jusqu’à ce que vous trou­viez des mots-clés qui représen­tent vos sous-sujets.

    Analysez manuellement les pages

    Trou­ver les mots-clés et élé­ments de titre en com­mun est la méth­ode la plus rapi­de pour avoir une idée des sujets à cou­vrir. Mais on ne peut pas tout appren­dre de cette manière. On ne peut pas se pass­er de l’étape d’une véri­ta­ble analyse des pages pour avoir une meilleure idée sur le sujet.

    Si nous ouvrons les trois meilleures pages sur les meilleurs sets de golf, on con­state que la plu­part des sets pro­posés sont pour débu­tant et sous les 300 $. Aucun ne présente les véri­ta­bles “meilleurs” set qui coû­tent des mil­liers de dol­lars. Cela nous dit que ce sont prin­ci­pale­ment des débu­tants qui font cette recherche, il n’y a donc pas d’intérêt à par­ler des pro­duits haut de gamme, car les util­isa­teurs ne trou­veront pas ça utile.

    Au-delà de ça, on con­state que les plu­part des pages les mieux posi­tion­nées font une liste d’a­van­tages et incon­vénients pour cha­cun des sets.

    La page en #1 pour “meilleurs sets de clubs de golf” fait la liste des avan­tages et inconvénients…

    …et la #2 aussi.

    Cela nous donne une indi­ca­tion de la manière dont on devrait struc­tur­er notre arti­cle pour les util­isa­teurs et les spé­ci­ficités des pro­duits qui les intéressent le plus. Par exem­ple, on dirait que la résis­tance du sac est un argu­ment de vente de poids pour cette requête.

    Observez les fonctionnalités du SERP

    En plus d’analyser les pages en com­péti­tion, on peut appren­dre bien des choses en analysant les fonc­tion­nal­ités du SERP comme l’extrait en vedette ou les boîtes “autres ques­tions posées” (appelé PPA en anglais).

    Par exem­ple, s’il n’y a pas d’ex­trait en vedette (aus­si appelé extraits opti­misés ou fea­tured snip­pet en anglais) pour notre recherche sur les clubs de golf, il y a une boîte Autres ques­tions posées. Ces ques­tions vont nous don­ner une bonne idée des choses que voudraient égale­ment savoir nos utilisateurs.

    La boîte “Autres ques­tions posées” pour “meilleurs sets de clubs de golf”

    L’avant-dernière ques­tion nous apprend que les util­isa­teurs s’inquiètent du prix et veu­lent en avoir pour leur argent. Cela nous con­firme ce que vous pen­sions après l’analyse “manuelle” des meilleures pages. La plu­part des util­isa­teurs qui tapent cette requête sont sans doute des débu­tants qui ne cherchent pas le top du top.

    Si nous regar­dons les résul­tats pour “com­ment faire un swing au golf”, nous voyons que l’extrait en vedette et une vidéo YouTube.

    Vidéo YouTube mise en avant par Google pour “com­ment faire un swing au golf”

    Même si vous visez ce mot-clé avec un arti­cle de blog, le fait que ce qui est mis en avant soit une vidéo nous indique que les util­isa­teurs veu­lent cer­taine­ment un sup­port visuel. Il fau­dra donc ajouter des vidéos ou des images dans votre arti­cle pour expli­quer le mouvement.

    3. Soyez unique

    Il est indis­pens­able de don­ner ce qu’ils veu­lent aux util­isa­teurs, mais vous devez aus­si apporter quelque chose d’unique. Si vous ne le faites pas, votre con­tenu sera sem­blable à celui des autres. Per­son­ne n’aura envie de faire un lien vers un con­tenu “comme les autres”.

    Tout ce que nous avons vu jusqu’ici doit déjà vous avoir don­né un solide plan pour votre con­tenu, mais il reste à faire preuve de créativité.

    Par exem­ple, si nous regar­dons le SERP pour “astuces SEO”, l’intention est claire. Les gens veu­lent une liste d’as­tuces pour amélior­er leur rank­ing et leur trafic.

    Les résul­tats de recherche pour “astuces SEO” aux USA selon l’Explo­rateur de mots-clés de Ahrefs.

    C’est ce que nous avons créé, comme vous pou­vez le voir dans notre arti­cle en deux­ième position.

    Mais si la plu­part des astuces de notre liste ne sont pas uniques, il y en a plusieurs que vous ne retrou­verez pas ailleurs. L’une est d’inclure des vidéos inté­grées dans les arti­cles pour attir­er du traf­ic organique. Si quelqu’un passe sur notre page, trou­ve notre astuce pra­tique et décide de la partager avec d’autres, il fau­dra partager un lien vers notre page.

    C’est un petit peu plus dur d’y par­venir avec d’autres types de con­tenu, mais cela reste possible.

    Par exem­ple, il peut sem­bler presque impos­si­ble de faire un pro­duit ou une page de caté­gorie unique, mais vous pou­vez tou­jours utilis­er des élé­ments comme :

    • De meilleurs filtres
    • De meilleures pho­tos du produit
    • Des descrip­tions de pro­duit uniques
    • Des avis

    4. Soyez clair

    Peu importe à quel point votre con­tenu s’aligne avec l’intention de recherche ou si vous avez été métic­uleux, per­son­ne ne va le lire s’il n’est pas clair. Par exem­ple, la page ci-dessous cor­re­spond à l’intention de l’utilisateur pour la requête “bras­sage tout grain”. Mais c’est un mur de petit texte qui ne donne pas envie de lire.

    Super résul­tat, mais c’est un mur de texte !

    Suiv­ez ces sim­ples astuces pour créer du con­tenu clair que les util­isa­teurs vont vouloir lire :

    • Faites des listes de type bul­let point pour aider ceux qui lisent en diagonale.
    • Utilisez des titres descrip­tifs (H2-H6) pour la hiérarchie.
    • Utilisez des images pour aér­er le texte.
    • Utilisez des mots sim­ples que tout le monde peut comprendre.
    • Utilisez des phras­es et para­graphes courts pour éviter le “mur de texte”.
    • Utilis­er une grosse typo pour éviter de fatiguer l’œil du lecteur.
    • Écrivez comme vous par­lez pour ren­dre les choses plus distrayantes et sur le ton de la conversation.

    L’idée est de faciliter la vie de vos util­isa­teurs pour qu’ils trou­vent rapi­de­ment ce qu’ils cherchent. Si vous cou­vrez tout ce que les gens veu­lent savoir sur votre page, mais qu’ils ne peu­vent pas le trou­ver vite, ils vont revenir sur la page de résul­tats Google pour trou­ver quelque chose de plus sim­ple à lire.

    En plus de ce con­seil, nous recom­man­dons égale­ment de met­tre “ce qu’il faut savoir” avec “ce qui est bon à savoir”. C’est ce que l’on appelle la méth­ode de la pyra­mide inversée.

    Lorsque nous écriv­ions notre guide sur les redi­rec­tions 301 vs 302, il y avait beau­coup de choses à dire. Mais nous savions grâce à notre analyse du SERP que la plu­part des util­isa­teurs voulaient con­naître la dif­férence entre les deux types de redi­rec­tion. Même si nous avons écrit un guide riche en détail pour expli­quer tous les ten­ants et aboutisse­ments, nous nous sommes assurés de résumer les prin­ci­pales dif­férences en un court para­graphe au début de l’article.

    Les redi­rec­tions sont sim­ples. Si vous déplacez du con­tenu de manière per­ma­nente, utilisez une redi­rec­tion 301. Si vous le déplacez de manière tem­po­raire, utilisez une 302.

    Si vous n’êtes pas sûr de “ce qui est bon à savoir” et “qu’il faut savoir” pour votre sujet, étudiez à nou­veau les pages les mieux posi­tion­nées. Si on fait cela pour notre exem­ple sur les clubs de golf, on voit qu’ils font tous les listes des sets avant de faire le détail de cha­cun d’entre eux. Les util­isa­teurs veu­lent donc a pri­ori d’abord les meilleurs choix et ensuite aller voir les avan­tages et inconvénients.


    Créer du con­tenu que Google et les util­isa­teurs veu­lent voir est la par­tie dif­fi­cile. Main­tenant il reste juste à opti­miser la par­tie “tech­nique” comme les balis­es meta et les URLs. C’est la petite cerise sur le gâteau qui con­firmera à Google et aux util­isa­teurs que votre page est bien le meilleur résultat.

    Voici une petite check­list rapide.

    1. Mettez votre mot-clé dans le titre

    Les titres de page sont générale­ment dans une balise H1. C’est sans doute la rai­son pour laque­lle inclure le mot-clé a tou­jours été une bonne pra­tique SEO.

    John Mueller de chez Google a même con­fir­mé l’importance des head­ings en 2020

    Quant au texte sur une page, un head­ing est un sig­nal très fort qui nous indique que cette par­tie de la page par­le de tel sujet.

    John Mueller
    John Mueller, Search Advo­cate Google

    Inclure le mot-clé dans le titre est une sec­onde nature pour la plu­part des pro­fes­sion­nels du SEO. Vous les avez sans doute repérés dans nos titres d’articles.

    Mots-clés dans nos titres.

    Sachez juste qu’il n’est pas tou­jours per­ti­nent d’u­tilis­er le mot-clé exact pour le titre et de plutôt utilis­er une vari­ante proche. Par exem­ple, le mot-clé prin­ci­pal pour cet arti­cle est “exter­nal­i­sa­tion seo”, mais le titre est “ Com­ment exter­nalis­er le SEO (un guide simple)”

    Il faut aus­si que les titres “son­nent” naturel, utilisez des con­jonc­tions et des mots vides lorsque c’est nécessaire

    2. Utilisez des URLs courtes et descriptives

    Des URLs cour­tes et descrip­tives pour aider les util­isa­teurs à com­pren­dre ce qu’est une page avant de cliquer.

    En exem­ple, regardez ces deux URLs :

    https://www.medicalnewstoday.com/articles/322345
    https://www.dietdoctor.com/how-to-lose-weight

    Les deux pages par­lent de la même chose, mais ce n’est pas évi­dent de le savoir en regar­dant les URLs, seule la sec­onde vous l’indique. Cela rend les choses plus claires dans le SERP et va sans doute plus inciter au clic.

    La plu­part des CMS vous lais­sent facile­ment chang­er le slug d’une URL (la par­tie après le nom de domaine et les sous-dossiers), choisir votre mot-clé cible est sou­vent la manière la plus sim­ple d’optimiser. C’est ce que nous faisons pour presque tous nos articles.

    Rap­pelez-vous que c’est encore un cas où il ne faut utilis­er votre mot-clé que lorsque ça a du sens. Dans cer­tains cas, il vau­dra mieux utilis­er une vari­a­tion. Par exem­ple, notre mot-clé cible pour cet arti­cle est “Quelle longueur doit faire un arti­cle de blog”. Mais ça fait trop long et un peu étrange, nous avons choisi “longueur arti­cle blog” à la place.

    Faire des URLs cour­tes est impor­tant : Google tronque celles qui sont longues dans le SERP.

    3. Optimisez la balise title

    Avoir une balise title con­va­in­cante est impor­tant : c’est ce qui va être vis­i­ble dans les résul­tats de recherche.

    Balise title dans les résul­tats de recherche.

    La solu­tion la plus sim­ple est sou­vent d’utiliser le texte que vous avez choisi pour le titre de votre page ou arti­cle. C’est ce que nous faisons pour presque tous nos arti­cles de blog. L’article ci-dessus, par exem­ple, le même titre et balise title.

    Ceci est aus­si la balise title de l’article.

    Il existe par­fois des moments où cela ne con­vien­dra pas, quand le titre est trop long par exem­ple. Tout comme pour les URLs, Google coupe les titles trop longs dans les résul­tats de recherche.

    Fiez-vous à votre bon sens pour rac­cour­cir les title trop longs. Pour notre guide sur la rédac­tion de con­tenu, nous avons juste coupé la fin.

    Note.
    Si vous créez des balis­es title pour des cen­taines ou des mil­liers de pages sim­i­laires, comme pour des pro­duits, caté­gories ou pages de ser­vice, vous allez sans doute utilis­er la même méth­ode pour tous. Vous pou­vez appren­dre à faire cela dans notre guide sur les balis­es title via le lien ci-dessous.

    4. Écrivez une bonne meta description

    Google va sou­vent mon­tr­er la meta descrip­tion de la page dans la par­tie descrip­tive du SERP.

    Sou­vent, à quelle fréquence ? Selon notre étude sur 192 000 pages, env­i­ron ⅓ du temps

    Note.
    Google va génér­er dynamique­ment une descrip­tion le reste du temps

    Les meta descrip­tions ne sont pas pris­es en compte dans le rank­ing, mais elles restent impor­tantes car une bonne descrip­tion va inciter au clic et donc attir­er plus de trafic.

    Voici quelques astuces pour écrire une bonne descrip­tion rapidement :

    1. Développez à par­tir de votre balise title. Vous pou­vez inclure les mots que vous ne pou­viez pas faire ren­tr­er dans le titre
    2. Cor­re­spon­dez à l’intention de recherche. Insis­tez sur ce que les util­isa­teurs recherchent.
    3. Utilisez la voix active. Adressez-vous directe­ment aux utilisateurs.
    4. Soyez con­cis. Restez autour de 120 car­ac­tères ou moins.
    5. Utilisez votre mot-clé. Google va met­tre en gras les mots et phras­es qui sont proches de la requête.

    Ne passez pas trop de temps à écrire vos meta descrip­tions, elles n’ont pas grande impor­tance par rap­port à d’autres éléments.

    5. Optimisez vos images

    Les images peu­vent remon­ter dans la recherche d’image de Google et vous apporter plus de traf­ic. D’ailleurs, sur ce dernier mois, notre blog a reçu 4 000 vis­ites depuis la recherche d’image.

    Les vis­ites organiques sur le blog de Ahrefs depuis Google image sur les 28 derniers jours.

    Voici trois étapes sim­ples pour opti­miser vos images.

    a) Nommez correctement vos images.

    Google le dit, les noms de fichi­er image lui don­nent des indices sur le sujet de l’image. Donc chien.jpg est mieux que IMG_464654.jpg.

    Mal­heureuse­ment, la plu­part des appareils pho­to et smart­phones utilisent des noms génériques pour les pho­tos et images, tout comme les ordi­na­teurs. Si vous prenez des cap­tures d’écran sur un blog, le nom du fichi­er sera générale­ment quelque chose comme screen­shot 2021-01-12.png.

    C’est pour cela que vous devriez les renom­mer, voici comment :

    • Soyez descrip­tif. chiot-noir.jpg > chiot.jpg
    • Soyez suc­cinct. chiot-noir.jpg > mon-chiot-noir-super-mignon-du-nom-de-jeff.jpg
    • Ne rem­plis­sez pas de mots-clés. chiot-noir.jpg > chiot-noir-chien-toutou-clebard.jpg
    • N’utilisez pas d’underscore entre les mots. chiot-noir.jpg > chiot_noir.jpg (c’est une recom­man­da­tion offi­cielle de Google)

    b) Mettez un texte alt descriptif

    Alt text (alter­na­tive text) is an HTML attribute used on <img> tags to describe the image. It’s not vis­i­ble on the page itself and looks some­thing like this:

    Le alt text (texte alter­natif) est un attrib­ut HTML util­isé sur la balise <img> pour décrire une image. Ce n’est pas vis­i­ble en soi sur la page et ça ressem­ble à ça :

    <img src=”https://votredomaine.com/chiot.jpg” alt=”chiot”>

    Le but prin­ci­pal du texte alt est d’améliorer l’accessibilité pour les vis­i­teurs qui utilisent des lecteurs d’écran. Ces logi­ciels con­ver­tis­sent le con­tenu de la page, dont les images, en audio. Les nav­i­ga­teurs vont aus­si mon­tr­er le texte alt à la place d’une image si elle n’arrive pas à charger.

    John Mueller a aus­si déclaré que le texte alt peut vous aider à vous posi­tion­ner dans Google Images :

    Le texte Alt est extrême­ment utile à Google Images — si vous voulez que vos images s’y posi­tion­nent. Même si vous utilisez le lazy-load­ing, vous savez quelles images vont être chargées, donc don­nez cette infor­ma­tion dès que pos­si­ble & testez le rendu.

    Lorsque vous créez du text alt, Google dit de “se con­cen­tr­er à créer une infor­ma­tion utile, qui enri­chit le con­tenu, utilise des mots-clés de manière appro­priée et dans le con­texte du con­tenu de la page”. Ils dis­ent aus­si qu’il faut “éviter de rem­plir les attrib­uts alts avec des mots-clés (bour­rage de mot-clé) car cela offre une mau­vaise expéri­ence utilisateur”.

    En gar­dant cela en tête, voici nos con­seils pour créer du texte alt :

    • Soyez descrip­tif. Utilisez des mots-clés per­ti­nents lorsque c’est approprié.
    • Soyez con­cis. Faites court pour éviter d’ennuyer les util­isa­teurs avec des lecteurs d’écran.
    • Soyez pré­cis. Décrivez réelle­ment ce qu’il y a sur l’image.
    • Évitez le bour­rage de mot-clé. Cela pour­rait “faire voir votre site comme du spam”
    • Évitez de pré­cis­er que c’est une image. Ne met­tez pas “image de…” ou “pho­to de…” dans les descrip­tions. Google et les lecteurs d’écran s’en ren­dent compte d’eux-mêmes.

    Écrivons le alt text pour cette pho­to d’un chiot pour mieux saisir :

    Mau­vais : <img src=“chiot.png” alt=“ Photo d’un chiot, toutou, chien cabot”>

    Ok : <img src=“chiot.png” alt=“chiot”>

    Bien : <img src=“chiot.png” alt=“chiot noir et blanc”>

    Mieux : <img src=“chiot.png” alt=“ chiot noir et blanc qui joue à rapporter le bâton”>

    Si vous êtes un util­isa­teur de Word­Press, vous pou­vez facile­ment ajouter du texte alt aux images lorsque vous les met­tez dans vos articles.

    Voici des instruc­tions pour ajouter du texte alt dans Square­space, Wix, et Shopi­fy.

    c) Compressez les images

    Com­press­er les images rend les fichiers plus légers, et donc ils se char­gent plus rapi­de­ment. C’est impor­tant car la vitesse de la page est un fac­teur de rank­ing sur desk­top et mobile.

    Il existe beau­coup d’outils pour com­press­er les images, mais nous aimons par­ti­c­ulière­ment Short­Pix­el. Il pro­pose une inter­face web où vous pou­vez com­press­er jusqu’à 50 images à la fois gra­tu­ite­ment et un plu­g­in Word­Press qui com­presse automa­tique­ment lorsque vous les chargez sur votre site.

    Note.
    Vous pou­vez com­press­er jusqu’à 100 images par mois avec la ver­sion gra­tu­ite de Short­Pix­el, puis un prix (minus­cule) par image supplémentaire.

    5. Ajoutez des liens internes et externes

    Faire des liens vers des ressources utiles, internes comme externes, va aider les vis­i­teurs à nav­iguer sur votre site pour trou­ver plus d’in­for­ma­tions. Pour­tant, cer­tains dis­ent que faire des liens vers d’autres sites est mau­vais pour le SEO.

    C’est un mythe. Il n’existe aucune preuve qui sug­gère que faire des liens vers d’autres sites va nuire à votre SEO.

    D’ailleurs, voici ce que dit John Mueller de Google :

    Faire des liens vers d’autres sites est un excel­lent moyen d’offrir plus de valeur à vos util­isa­teurs. Sou­vent, ils vont leur per­me­t­tre d’en appren­dre plus, de véri­fi­er vos sources et de mieux com­pren­dre en quoi votre con­tenu est per­ti­nent pour répon­dre à leurs questions.

    John Mueller
    John Mueller, Search Advo­cate Google

    S’il ne dit rien des impli­ca­tions SEO des liens sor­tant ici, il dit tout de même que cela aide les util­isa­teurs. Nous savons depuis le guide de Google sur com­ment fonc­tionne la recherche que le moteur est fait pour aider les util­isa­teurs à “trou­ver les résul­tats les plus utiles et pertinents”.

    Bien enten­du, cela ne veut pas dire que vous devriez faire des liens vers n’importe où partout sur votre site juste pour le plaisir. Faites sim­ple­ment des liens à des ressources qui appor­tent une valeur ajoutée à votre con­tenu, des sources, des recom­man­da­tions de pro­duit ou des arti­cles de blog. Vous remar­querez que nous faisons des liens vers beau­coup de ressources en interne comme en externe dans ce guide.


    Tout ce que nous avons vu jusqu’ici est suff­isant pour bien opti­miser vos pages, mais il y a d’autres choses que vous pou­vez faire. Si vous êtes déjà bien posi­tion­nés et que vous voulez aller plus loin ou sim­ple­ment pour le plaisir de faire du SEO, voici quelques opti­mi­sa­tions avancées.

    1. Optimiser pour l’extrait en vedette

    Les extraits en vedette (fea­tured snip­pet) sont un type de fonc­tion­nal­ité du SERP qui va se plac­er vers le haut des résul­tats de recherche. Elles répon­dent à la ques­tion de l’utilisateur avec un court extrait de l’une des pages les mieux positionnées.

    Extrait en vedette pour “que sont les cita­tions locales”

    Par exem­ple, met­tons que nous voulions voir s’il y a des oppor­tu­nités d’extrait en vedette pour notre arti­cle sur le con­tenu ever­green. Si nous met­tons l’URL dans l’Explo­rateur de site de Ahrefs, fil­trons le rap­port Organ­ic key­words (mots-clés organiques) pour ceux posi­tion­nés en top 10, nous voyons que nous y sommes déjà pour “con­tenu evergreen”

    Mais c’est plus facile à dire qu’à faire, le principe de base est :

    1. Être dans le top 10. Google utilise générale­ment l’extrait de l’une de ces pages.
    2. Assurez-vous que Google mon­tre déjà un extrait. Vous pour­rez vous en servir pour com­pren­dre com­ment “répon­dre” à la requête.
    3. Four­nissez la réponse sur votre page. Google ne va pas la pro­pos­er si elle n’y est pas.
    4. Utilisez le bon for­mat. Para­graphe, liste ou tableau… ce que Google et les util­isa­teurs s’attendent à voir.

    Notre rank­ing aux USA pour “con­tenu ever­green” selon l’Explo­rateur de site de Ahrefs.

    En véri­fi­ant le SERP, on peut voir que l’extrait actuel est un court para­graphe avec une déf­i­ni­tion du terme.

    Déf­i­ni­tion dans l’extrait en vedette pour “con­tenu evergreen”

    Pour pou­voir ten­ter de rem­porter cet extrait, il nous faut une déf­i­ni­tion sur notre page.

    Si, d’un autre côté, nous voulons rem­porter l’extrait pour “sites web les plus vis­ités” nous aurons cer­taine­ment besoin d’y met­tre un tableau avec les prin­ci­pales recherch­es et les vol­umes mensuels.

    Tableau dans l’extrait en vedette pour “sites web les plus visités”.

    2. Intégrer des “aimants à lien”

    Les liens restent un fac­teur de rank­ing impor­tant. Si le link-build­ing est du SEO off-page et non on-page, vous pou­vez attir­er plus de back­links en met­tant dans votre page des élé­ments prop­ices à être partagés.

    Com­ment sait-on ce qu’est un élé­ment qui attire du backlink ?

    Le mot-clé prin­ci­pal de l’un de notre arti­cle “mots-clés à longue traîne”. Si nous ren­trons ce mot-clé dans l’Explo­rateur de mots-clés Ahrefs, nous voyons des arti­cles sim­i­laires avec beau­coup de backlinks.

    Le rank­ing aux USA pour “mots-clés longue traîne” via l’Explo­rateur de mots-clés Ahrefs.

    Entrons l’un de ces arti­cles dans l’Explo­rateur de site pour aller voir le rap­port Anchors (ancres). Cela va nous mon­tr­er les phras­es et mots les plus sou­vent util­isés pour faire un lien vers la page. Dans notre cas, on peut voir que beau­coup de gens font un lien grâce aux statistiques.

    Rap­port d’ancres dans l’Explo­rateur de site Ahrefs.

    Cela nous indique que nous devri­ons peut-être ajouter des sta­tis­tiques dans notre arti­cle pour attir­er plus de liens.

    Si nous véri­fions le rap­port Anchors pour les meilleures pages pour “copy­writ­ing SEO”, nous voyons qu’il y a beau­coup de back­links autour de deux con­cepts uniques.

    Ça n’aurait pas beau­coup d’intérêt pour nous d’inclure les mêmes con­cepts dans notre arti­cle, mais nous pou­vons y met­tre quelques idées uniques de notre pro­pre créa­tion pour aug­menter les chances d’avoir des liens. C’est ce que nous avons fait lorsque nous avons écrit sur le copy­writ­ing SEO.

    3. Obtenez des extraits enrichis avec les données structurées (schema markup)

    Les extraits enrichis sont des résul­tats de recherche avec des infor­ma­tions com­plé­men­taires sous le titre, la descrip­tion et l’URL.

    Par exem­ple, Google mon­tre la note, le temps de cuis­son et les calo­ries pour les pages de recette.

    Google tire ces infor­ma­tions depuis un cer­tain type de don­nées struc­turées sur la page (appelé schema markup en anglais). Dans ce cas, les pages utilisent un cer­tain ensem­ble de don­nées spé­ci­fique­ment conçu pour les recettes.

    Voici quelques autres types de don­nées struc­turés qui peu­vent per­me­t­tre d’avoir des extraits enrichis :

    • Guide how to
    • Pro­duit
    • Avis
    • Logi­ciel
    • FAQ

    Voici une page dans le SERP qui utilise les don­nées struc­turées FAQ :

    Extrait enrichi FAQ.

    Même si les extraits enrichis ne sont pas un fac­teur de rank­ing, beau­coup esti­ment que cela peut attir­er plus de clics, au moins sur cer­taines pages.

    Il n’y a pas de boost de rank­ing pour l’utilisation de DS (Don­nées Struc­turées). C’est le cas depuis aus­si longtemps que je me sou­vi­enne. Cela dit, les DS peu­vent faciliter la com­préhen­sion du sujet de la page, ce qui va ren­dre plus facile de mon­tr­er où elle est per­ti­nente (amélior­er le ciblage, peut-être faire ranker sur les bons ter­mes). (c’est pas neuf, à mon avis)

    Si vous utilisez Word­Press, vous pou­vez ajouter des don­nées struc­turées sur des arti­cles et des pages avec des plu­g­ins comme Yoast ou Rank Math. Sachez juste que tous les types de con­tenu ne sont pas éli­gi­ble aux fonc­tion­nal­ités du SERP comme les extraits enrichis.

    4. Améliorer la pertinence au sujet

    Google juge qu’une page est plus per­ti­nente à une requête lorsqu’elle “con­tient d’autres con­tenus per­ti­nents au-delà du mot-clé”. Par exem­ple, si votre page par­le de chiens, faire une liste des races pour­rait en faire un résul­tat plus per­ti­nent lorsque quelqu’un fait une recherche “chiens”.

    Si vous avez suivi le con­seil du chapitre deux, votre con­tenu devrait déjà con­tenir beau­coup de mots, phras­es et con­cepts per­ti­nents autour de votre sujet. Cela vient naturelle­ment en écrivant.

    Mais on rate facile­ment des choses, surtout avec des sujets complexes.

    Par exem­ple, ceci est l’un des résul­tats les mieux posi­tion­nés pour “com­ment brass­er de la bière”. C’est un guide bien fourni pour les débu­tants, mais il oublie de men­tion­ner qu’il faut un siphon pour trans­fér­er la bière de la cuve aux bouteilles.

    Page qui par­le de bras­sage de bière, mais oublie des détails importants.

    Dans ce cas, si vous ne vous posi­tion­nez pas où vous le souhaitez et ne savez pas trop pourquoi, c’est une piste à explor­er, vous avez peut-être oublié des infor­ma­tions importantes.

    Voici quelques moyens d’y parvenir.

    Utilisez le rapport “Also talk about”

    Le rap­port “also talk about” de l’Explo­rateur de mots-clés mon­tre les mots-clés et phras­es sou­vent men­tion­nées dans les 100 pre­mières pages des résul­tats. Entrez sim­ple­ment votre mot-clé prin­ci­pal pour voir d’un coup d’œil ce dont par­lent les meilleures pages.

    Par exem­ple, si nous regar­dons ce rap­port pour “com­ment brass­er de la bière”, on peut voir beau­coup de mots-clés autour des ingré­di­ents et équipement comme :

    • hou­blon
    • lev­ure
    • orge bras­si­cole
    • extrait de malt
    • refroidis­seur de moût
    • Cuve de brassage
    • siphon automa­tique

    Ce dont les pages les mieux posi­tion­nées sur “com­ment brass­er de la bière” dans le rap­port also talk about selon l’Explo­rateur de mots-clés Ahrefs.

    Comme tout aspi­rant brasseur doit en appren­dre un max­i­mum sur ces sujets, autant en par­ler dans un guide pour débu­tant. Si vous avez oublié l’un de ces élé­ments, ça vaut le coup de met­tre à jour votre page.

    Fiez-vous à votre bon sens en faisant cela. LE fait qu’un mot ou une phrase appa­raisse dans ce rap­port ne veut pas for­cé­ment dire que vous devriez l’utiliser dans votre con­tenu. N’utilisez ce rap­port que pour décou­vrir des sujets per­ti­nents que vous auriez oubliés.

    Faites une analyse TF-IDF

    TF-IDF veut dire Term Fre­quen­cy-Inverse Doc­u­ment Fre­quen­cy. C’est une mesure sta­tis­tique qui vise à juger de l’importance rel­a­tive d’un mot dans un doc­u­ment. Cette mesure est obtenue en com­para­nt la fréquence d’apparition du mot par rap­port à plusieurs autres.

    En faisant une analyse TF-IDF entre vos pages et celles qui sont bien posi­tion­nées sur le sujet, vous pour­rez par­fois trou­ver des con­cepts cou­verts par des pages con­cur­rentes que vous auriez raté.

    Par exem­ple, si nous faisons cela pour notre arti­cle sur le SEO négatif, on peut voir que les pages en com­péti­tion par­lent de fichi­er pour désavouer et de liens non naturels.

    Sachez juste que l’idée ici n’est pas de “saupoudr­er ces mots-clés” dans votre con­tenu, mais de décou­vrir des idées et con­cepts per­ti­nents que vous pour­riez avoir oublié de men­tion­ner. Vous pou­vez ensuite met­tre à jour votre con­tenu pour le ren­dre plus per­ti­nent et riche.

    De plus, soyez con­scient que la plu­part des out­ils de TF-IDF sug­gèrent d’utiliser des mots et phras­es “impor­tants” un cer­tain nom­bre de fois sur votre page. Ce n’est pas comme ça que nous vous recom­man­dons de vous en servir.

    Qu’en est-il des mots-clés LSI ?

    Les mots-clés LSI n’ex­is­tent pas.

    Les mots-clés LSI n’existent pas — toute per­son­ne qui vous dit le con­traire se trompe, désolé.

    Les out­ils de “mot-clé LSI” pop­u­laires n’ont absol­u­ment rien à voir avec le LSI, on ne sait pas vrai­ment com­ment ils génèrent leurs sug­ges­tions de mot-clé. Même si cela per­met de trou­ver quelques bonnes idées dans cer­tains cas, les sug­ges­tions sont rarement bonnes, de mon expérience.


    Avant de con­clure, voyons quelques out­ils gra­tu­its qui vont vous aider sur tout ce dont nous venons de parler.

    Yoast SEO

    Pour ajouter des titles, meta descrip­tions, balis­es OG et don­nées struc­turées aux arti­cles et pages.

    Note.
    Rank Math, All in One SEO Pack, et The SEO Frame­work font tous la même chose. 

    Outils de Webmaster Ahrefs (gratuit)

    Pour repér­er les prob­lèmes avec les balis­es title, meta descrip­tion, texte alt et balis­es OG à tra­vers votre site

    Barre d’outils SEO Ahrefs (gratuit)

    Pour analyser la struc­ture des autres pages bien positionnées.

    MetaTags.io (gratuit)

    Pour voir à quoi les balis­es title, URLs et meta descrip­tion vont ressem­bler dans les résul­tats de recherche

    ShortPixel (gratuit)

    Pour com­press­er et opti­miser les images

    Merkle’s Schema Markup Generator (gratuit)

    Pour créer dif­férentes don­nées struc­turées selon le for­mat de Google recom­mandé JSON-LD.

    Rich Results Test (gratuit)

    Pour véri­fi­er les don­nées struc­turées sur vos pages pour voir si elles sont éli­gi­bles aux extraits enrichis dans le SERP.

    Conclusion

    Suiv­ez les con­seils ci-dessous et vos pages ont toutes les chances d’être mieux opti­misées que la con­cur­rence. Sou­venez-vous juste que sat­is­faire l’intention de recherche est la par­tie la plus impor­tante. Si la par­tie “tech­nique” a égale­ment son impor­tance, c’est plutôt la cerise sur le gâteau.

    Main­tenant il est temps de pass­er à l’étape suiv­ante du SEO : le link build­ing.

    • Backlinks 7
    Données de Explorateur de contenu