Les bases du SEO : le guide du débutant pour réussir son SEO

Avatar
Responsable des contenus @ Ahrefs (ce qui veut dire en gros, que je dois m’assurer que chaque article publié est ÉPIQUE).
    Bien des gens pensent que le SEO est trop dif­fi­cile, que faire tous ces efforts n’en vaut pas la chan­delle. C’est tout à fait faux. Les bases du SEO sont finale­ment rel­a­tive­ment sim­ples. Les appren­dre lorsqu’on a un site a un réel intérêt : 57.8% de tout le traf­ic du web vient de Google.

    Et si vous pensez que les bases ne sont pas suff­isantes pour être bien posi­tion­né dans Google, vous vous trompez. La plu­part des per­son­nes qui tien­nent des sites ont une con­nais­sance ou une com­préhen­sion très lim­itée du SEO, avoir ces bases peut claire­ment vous aider à con­naître le succès.

    Voici ce que vous allez appren­dre dans ce guide :

    Chapters

    Note du rédacteur

    Vous débutez com­plète­ment dans le SEO? Com­mencez par notre Guide du débu­tant en SEO.

    Vous avez déjà quelques con­nais­sances sur le sujet ? Com­mencez par le Chapitre 1.

    Joshua Hardwick
    Joshua Hard­wick
    Head of Content


      Tout d’abord, met­tons-nous d’accord sur la base du SEO, pourquoi c’est impor­tant et sa place vis-à-vis des autres canaux marketing.

      Pourquoi le SEO est-il important ?

      La majeure par­tie d’un traf­ic d’un site est organique : elle provient des résul­tats de recherche Google.

      Source : Spark­toro

      En d’autres ter­mes : le traf­ic organique, qui provient des moteurs de recherche, est plus impor­tant que toutes les autres sources réunies.

      Si vous lisez notre guide sur com­ment fonc­tion­nent les moteurs de recherche, vous appren­drez que Google est les autres moteurs déter­mi­nent dans quel ordre il vont faire appa­raître les pages en se bas­ant sur des cen­taines de paramètres. Le SEO est impor­tant, car il con­siste à opti­miser ces paramètres pour se posi­tion­ner au-dessus des autres résul­tats de recherche.

      Quels sont les avantages du SEO ?

      Être mieux posi­tion­né dans les résul­tats de recherche (rank­ing) est ce qui sem­ble être le plus impor­tant dans le SEO, mais le rank­ing est plutôt un out­il pour servir un autre but. Les prin­ci­paux avan­tages du SEO sont liés au trafic.

      1. Un bon SEO augmente le trafic

      Comme la plu­part des gens ont ten­dance à cli­quer sur l’un des pre­miers résul­tats de recherche, être mieux posi­tion­né attire générale­ment du traf­ic sur votre site.

      Regardez par exem­ple les trois pre­miers résul­tats pour “soumet­tre votre site aux moteurs de recherche” en vous ser­vant de l’Explorateur de mots-clés de Ahrefs. On peut voir que c’est le pre­mier résul­tat qui sem­ble attir­er le plus de traf­ic, puis le sec­ond, le troisième, etc.

      Notre étude mon­tre que cette obser­va­tion est (générale­ment) vraie peu importe la requête, la posi­tion dans les résul­tats de recherche est en forte cor­réla­tion avec le traf­ic général d’une page.

      2. Le SEO apporte un trafic constant

      Être bien posi­tion­né dans les résul­tats de recherche mène générale­ment un traf­ic con­stant et pas­sif. C’est rarement le cas avec des canaux comme les réseaux soci­aux ou l’emailing, qui ont plutôt ten­dance à apporter des pics de fréquen­ta­tion qui dis­parais­sent rapidement.

      C’est logique, les réseaux soci­aux sont con­stru­its autour du principe du con­tenu frais. Les emails sont lus, oubliés ou finis­sent dans les spams. Mais le nom­bre de recherch­es sur les moteurs de recherche est en règle générale con­stant d’un mois sur l’autre. Une fois que vous êtes bien posi­tion­né, le traf­ic a ten­dance à être à la fois con­stant et ne pas deman­der plus d’effort de votre part.

      3. Le SEO apporte du trafic “gratuit”

      Con­traire­ment aux pub­lic­ités payantes, le traf­ic organique est “gra­tu­it”.

      Et ce n’est pas rien : le SEA, les pub­lic­ités payantes sur les moteurs de recherche, peu­vent être très chères.

      Par exem­ple, selon l’Explorateur de site de Ahrefs, notre blog a un traf­ic estimé de 390k vis­ites organiques men­su­elles. Si nous devions pay­er Google pour ce mon­tant, cela nous coûterait env­i­ron 1 mil­lion de dol­lars par mois.

      Créer du con­tenu qui sera bien référencé n’est bien enten­du pas gra­tu­it, mais c’est générale­ment moins cher que de pay­er pour des publicités.

      Comment faire apparaître son site sur Google ?

      Le SEO va vous aider à être mieux posi­tion­né, mais ce n’est pas pos­si­ble de gag­n­er des places dans les résul­tats de recherche si Google ne sait pas que votre site existe.

      Il fini­ra nor­male­ment par le trou­ver de lui-même, mais il y a cer­tains avan­tages à soumet­tre manuelle­ment votre site aux moteurs de recherche :

      • Une décou­verte plus rapi­de. La plu­part des nou­veaux sites n’ont pas de back­links (de lien qui pointent vers eux depuis d’autres sites), Google peut donc met­tre un cer­tain temps pour les trouver.
      • Amélior­er votre site. La Google Search Con­sole va vous don­ner des recom­man­da­tions sur la manière d’améliorer et opti­miser votre site Internet.

      La pre­mière étape pour soumet­tre votre site à Google est de trou­ver votre sitemap.

      Les sitemaps sont des fichiers qui font la liste de toutes les pages impor­tantes de votre site. Vous trou­verez générale­ment la vôtre à une URL qui ressem­ble à cela :

      monsite.com/sitemap.xml

      monsite.com/sitemap_index.xml

      Si elle n’est pas là, véri­fiez ce qui est écrit dans votre robots.txt à l’adresse monsite.com/robots.txt.

      Si vous n’y trou­vez pas l’information non plus, cela veut peut-être dire que vous n’avez pas de sitemap, jetez un œil à notre guide pour créer une sitemap.

      La deux­ième étape est de créer un compte (gra­tu­it) à la Google Search Con­sole et d’y entr­er votre sitemap.


      Faire index­er votre site par les moteurs de recherche indique que vous avez rejoint la course, pas que vous allez la gag­n­er. C’est là qu’intervient le SEO. C’est un proces­sus sur la durée qui, si c’est fait cor­recte­ment, aug­mente vos chances de gag­n­er au fil du temps.

      Ce sera beau­coup plus facile de bien réalis­er votre opti­mi­sa­tion de site pour les moteurs de recherche si vous partez sur les bonnes bases de SEO lorsque vous le met­tez en ligne.

      Voyons com­ment y parvenir.

      Obtenez un bon domaine

      Pas de panique si vous avez déjà acheté un nom de domaine, il est sans doute très bien et ne nuira pas à vos efforts en SEO. Mais si vous n’en avez pas encore choisi un, voici quelques points plutôt intéres­sants à garder en tête :

      1. Nom de domaine

      Pre­mière chose : inutile d’y inclure vos mots-clés. Votre domaine n’a pas besoin d’être restaurantitalienaparis.com pour que les moteurs de recherche com­pren­nent de quoi par­le votre site.

      Voici quelques car­ac­téris­tiques d’un bon domaine :

      • C’est le nom de votre entreprise
      • Il n’a pas de tirets
      • Il est court et facile à retenir

      2. TLD

      TLD est l’acronyme de top-lev­el domain, qu’on appelle par­fois domaine de pre­mier niveau ou exten­sion. C’est la par­tie de l’url qui vient après le nom de domaine comme .com, .org ou .fr.

      John Mueller de Google dit que le TLD ne fait pas de dif­férence en SEO. Cela dit, pour la plu­part des entre­pris­es inter­na­tionales, .com est générale­ment un bon choix, car il est con­nu de tous et on lui fait confiance.

      Si vous êtes une organ­i­sa­tion car­i­ta­tive ou non-lucra­tive, .org ou l’équivalent dans votre pays fonc­tionne aussi.

      Si votre cible est seule­ment dans un pays dif­férent des USA, votre ccTLD, exten­sion pro­pre à votre pays (.fr par exem­ple) fonc­tion­nera très bien.

      Il vaut mieux éviter de pren­dre des TLD comme .info ou .biz qui ont ten­dance à être asso­ciés à des sites de mau­vaise qual­ité, mais ce n’est pas la fin du monde si c’est que vous avez. Cela ne vous empêchera pas de créer un bon site qui aura un bon référencement.

      Choisir comment créer son site

      Peu de per­son­nes codent leurs sites de A à Z avec du HTML et du CSS. En règle générale, on se base sur une plate­forme de site comme un CMS. Ce sont des plate­formes qui per­me­t­tent à des gens qui ne savent pas coder (ou peu) de créer et gér­er facile­ment un site, sans s’encombrer des com­plex­ités techniques.

      Il existe deux méth­odes pour le faire

      Plateforme avec hébergement

      Les plate­formes avec héberge­ment pro­posent une offre tout-en-un. Elles héber­gent le site, pro­posent des designs prédéfi­nis que vous pou­vez installer et mod­i­fi­er facile­ment. Cela vous per­met de créer et gér­er du con­tenu sans avoir à touch­er à une ligne de code.

      Plateforme sans hébergement

      Les plate­formes sans héberge­ment vous per­me­t­tent de créer et gér­er votre site sans code, mais vous allez devoir vous occu­per de votre héberge­ment et tout installer vous-même.

      Note.
      Word­Press dis­pose aus­si d’une solu­tion de plate­forme avec héberge­ment : wordpress.com.

      La plu­part des pro­fes­sion­nels du SEO recom­man­dent d’utiliser un plate­forme open-source comme Word­Press pour les raisons suivantes :

      • C’est per­son­nal­is­able vous pou­vez éditer le code comme vous le souhaitez, et il y existe une très grande com­mu­nauté de développeurs qui con­nais­sent ces out­ils comme leurs poches.
      • C’est mod­u­la­ble, car il existe des mil­lions de plu­g­ins tout faits qui peu­vent ajouter des fonc­tion­nal­ités, dont des mil­liers de plu­g­ins de SEO.

      Notre avis est que la meilleure solu­tion est un plate­forme sans héberge­ment comme WordPress.

      Cela dit, si vous préférez quelque chose de très sim­ple et avec un ser­vice client, une solu­tion comme Wix ou Square­space pour­rait vous con­venir. En vérité, la plu­part des plate­formes de créa­tion de site pro­posent assez de pos­si­bil­ités SEO pour la plu­part des gens.

      Ne vous met­tez pas for­cé­ment la pres­sion de pass­er à Word­Press si vous utilisez déjà une autre solution.

      Choisissez un bon hébergeur

      Un hébergeur est néces­saire pour stock­er les don­nées de votre site sur un serveur, afin que toute per­son­ne ayant accès à Inter­net puisse y accéder.

      Si vous utilisez une plate­forme de créa­tion de site, vous n’avez qua­si­ment aucun con­trôle sur votre héberge­ment. Mais si vous utilisez un CMS comme Word­Press, c’est à vous de choisir votre hébergeur.

      Alors com­ment choisir le meilleur héberge­ment pour un bon référencement ?

      La plu­part des guides SEO con­seil­lent un héberge­ment dédié plutôt que mutu­al­isé. C’est vrai que c’est mieux, mais cela n’aura pas for­cé­ment un impact impor­tant à moins d’avoir beau­coup de traf­ic. Un héberge­ment peu cher de la part d’une société recon­nue suf­fi­ra à la plu­part des gens. Il n’y a pas tant de dif­férence que cela entre hébergeurs lorsque vous ne payez que quelques dol­lars par mois.

      Par con­tre, il y a quelques élé­ments à pren­dre en compte :

      • Sécu­rité. Assurez-vous que l’hébergeur vous pro­pose un cer­ti­fi­cat de SLL/TLS gra­tu­it ou sup­porte le LetsEn­crypt, une solu­tion libre pour obtenir des cer­ti­fi­cats TLS.
      • Emplace­ment du serveur. Il faut du temps aux don­nées pour aller du serveur aux vis­i­teurs. Il vaut donc mieux choisir un hébergeur qui pro­pose des serveurs dans le même pays que là où vous voulez avoir du trafic.
      • Sup­port. Pou­voir join­dre un sup­port 7j/7 et 24h/24 est idéal. Vous pou­vez tester la qual­ité d’un sup­port en leur posant les ques­tions ci-dessus avant de vous engager.
      Note.
      N’attachez pas non plus une impor­tance cap­i­tale à l’emplacement du serveur. Si vous vous ren­dez compte que vous avez des prob­lèmes de vitesse, vous pou­vez tou­jours met­tre un peu d’argent dans un CDN (Con­tent Deliv­ery Net­work). Cela va créer des copies de votre site sur plusieurs serveurs à tra­vers le monde pour que le con­tenu soit envoyé aux vis­i­teurs du serveur le plus proche d’eux. Installer et paramétr­er un CDN n’est pas le sujet de ce guide, mais voici com­ment faire avec Word­Press.

      Créez une bonne expérience utilisateur

      Google veut met­tre en avant les pages sur lesquelles les vis­i­teurs auront une bonne expéri­ence, c’est ce qu’ils dis­ent dans le guide pour bien débuter en référence­ment naturel.

      L’ob­jec­tif d’un site Web est de répon­dre aux besoins des util­isa­teurs, et toute opti­mi­sa­tion doit vis­er à amélior­er leur expérience.

      Voici quelques étapes sim­ples pour y parvenir :

      Utilisez le HTTPS

      Il n’y a rien de pire que de faire ris­quer à vos util­isa­teurs de voir leurs don­nées per­son­nelles à la mer­ci des hack­ers. Cryptez tou­jours votre site avec du SSL/TLS

      Choisissez un design agréable

      Per­son­ne n’aime un site qui ressem­ble à une page des années 90. S’il n’y a pas besoin de refaire le design de votre site tous les six mois, il faut tout de même être agréable à regarder et refléter l’image de votre marque.

      Assurez-vous qu’il fonctionne bien sur mobile

      Google le dit : il y a main­tenant plus de recherch­es effec­tuées via mobile que via ordi­na­teur; il est d’une impor­tance cap­i­tale que votre site soit respon­sive et fonc­tionne cor­recte­ment sur un smartphone.

      Utilisez une taille de caractère lisible

      Les util­isa­teurs du web utilisent une mul­ti­tude d’appareils pour nav­iguer sur le web. Assurez-vous que le texte soit lis­i­ble sur tous.

      Évitez les pubs et les pop-up intempestifs

      Per­son­ne n’aime les pubs, mais elles sont par­fois néces­saires. Si c’est le cas, il faut éviter qu’elles soient intru­sives. Google donne quelques con­seils sur ce qui est con­ven­able ou non ici

      Optimisez les temps de chargement

      La vitesse de charge­ment est offi­cielle­ment un fac­teur de référence­ment sur mobile comme sur ordi­na­teur. Cela ne veut pas pour autant dire qu’il doit pou­voir charg­er en un clin d’œil. Plus c’est rapi­de, mieux c’est évidem­ment, mais Google dit bien que ces fac­teurs n’impactent que les site qui “pro­posent l’expérience la plus lente aux utilisateurs”.

      Créez une structure de site logique

      Les vis­i­teurs et les moteurs de recherche doivent pou­voir nav­iguer facile­ment et de manière intu­itive dans votre site. Il est donc impor­tant de créer une hiérar­chie logique pour votre contenu.

      Le plus sim­ple est de créer une mind map.

      Chaque branche de votre mind map va devenir une série de liens internes qui vont reli­er entre elles chaque page de votre site.

      Le mail­lage interne est cru­cial en SEO et en UX pour plusieurs raisons :

      • Il aide les moteurs de recherche à trou­ver de nou­velles pages. Les pages qui ne reçoivent pas de lien interne ont peu de chance d’être trou­vées et indexées.
      • Il per­met de répar­tir le PageR­ank dans votre site. Le PageR­ank est la base des algo­rithmes de classe­ment de Google pour ten­ter de déter­min­er la “valeur” d’une page.
      • Il aide les moteurs de recherche à com­pren­dre le sujet de votre page. Google exam­ine les ancres de liens et le texte qui les entourent pour cela.

      Utilisez une structure d’URL logique

      Les URL ont de l’importance : elles aident les vis­i­teurs à com­pren­dre le sujet d’une page.

      La plu­part des plate­formes de site web vous per­me­t­tent de choisir vos URL. Il existe cinq pos­si­bil­ités de base dans Word­Press (dans le menu “Permalien”) :

      • Sim­ple : votresite.com/?p=123
      • Date et titre : votresite.com/2021/03/15/bases-du-seo
      • Mois et titre : votresite.com/03/15/bases-du-seo
      • Numérique : votresite.com/865/
      • Titre de pub­li­ca­tion : votresite.com/bases-du-seo

      Si vous créez un nou­veau site Inter­net, il vaut mieux utilis­er la struc­ture la plus claire et logique : Titre de pub­li­ca­tion.

      Utilis­er des dates dans les pub­li­ca­tions n’est pas une pra­tique con­seil­lée, il y a de grandes chances que vous met­tiez des arti­cles à jour dans le futur.

      Si vous opti­misez un site exis­tant, il vaut sans doute mieux éviter de chang­er la struc­ture exis­tante, même si elle n’est pas idéale. Vous pren­driez le risque de cass­er des liens et d’autres élé­ments impor­tants, ce qui aurait un impact poten­tielle­ment dra­ma­tique sur votre SEO.

      Installez un bon plugin SEO

      La plu­part des plate­formes d’hébergement per­me­t­tent directe­ment de paramétr­er les fonc­tion­nal­ités de base du SEO. Ce n’est pas le cas de Word­Press. Il est qua­si­ment impos­si­ble d’appliquer les meilleures pra­tiques du SEO sans un plu­g­in dédié.

      Il existe beau­coup d’options, nous util­isons Yoast, mais Rank Math est égale­ment très bien.

      L’installation est très simple :

      Exten­sions > Ajouter > Recherche > Installer main­tenant > Activer

      Les deux plu­g­ins vous offrent des options utiles pour ajouter des champs d’information à vos arti­cles et pages (nous en par­lerons plus tard).

      Si vous utilisez une plate­forme d’hébergement comme Wix ou Square­space, il n’y a pas vrai­ment besoin d’installer un plu­g­in, les bases des réglages SEO sont déjà disponibles.


      À ce stade, vous devriez déjà avoir les bonnes bases pour réus­sir votre SEO. Mais ce n’est que le début. L’optimisation du référence­ment est un proces­sus long qui peut être divisé en qua­tre grandes parties :

      1. Recherche de mots-clés
      2. Le SEO on-page
      3. Link build­ing
      4. Le SEO technique

      Nous avons pub­lié des guides pour débu­tant sur cha­cun de ces aspects, nous n’allons donc pas aller en pro­fondeur dans cet arti­cle. À la place, nous allons nous con­sacr­er sur les bases et pren­dre un peu de hau­teur sur le sujet pour vous aider à mieux com­pren­dre chaque par­tie et l’importance de les artic­uler entre elles.

      Recherche de mots-clés

      La recherche de mots-clés con­siste à déter­min­er les requêtes que vos clients poten­tiels vont taper, la dose de traf­ic que cela peut vous apporter et à quel point il peut être dif­fi­cile de se posi­tion­ner dessus. Voyons les bases.

      Trouvez des mots-clés

      Com­pren­dre ce que recherchent vos clients poten­tiels est la pre­mière étape du proces­sus de recherche de mots-clés. Sans savoir cela, vous n’allez pas être en mesure de créer des pages qui vont être bien placées dans les moteurs de recherche pour attir­er du traf­ic qualifié.

      Réfléchir aux mots et aux phras­es qui vont tourn­er autour de votre busi­ness est le meilleur moyen de com­mencer. Pour un reven­deur infor­ma­tique en ligne, cela pour­rait être :

      • Ordi­na­teur
      • PC
      • Mac
      • Pc portable
      • Mac­book

      Vous pou­vez les utilis­er comme des mots-clés “de base” pour trou­ver plus d’idées. Ren­trez ces mots dans un out­il de recherche de mots-clés comme l’Explo­rateur de mots-clés de Ahrefs et exam­inez les rap­ports proposés.

      À vous de déter­min­er les idées de mots-clés qui pour­raient être val­ables pour votre projet.

      Déterminez le trafic potentiel

      La qua­si-total­ité des out­ils de recherche de mots-clés vont vous mon­tr­er une esti­ma­tion du vol­ume de recherche men­su­el moyen de la requête en ques­tion, dont l’Explo­rateur de mots-clés de Ahrefs. 

      Le vol­ume de recherche est un moyen assez fiable d’estimer le poten­tiel traf­ic que vont apporter des mots-clés. En général, les pages qui ciblent des mots-clés à fort vol­ume vont attir­er plus de traf­ic sur votre site que celles qui ciblent des mots-clés à faible volume.

      Mais le vol­ume de recherche de mots-clés n’est pas infail­li­ble. Il y a des cas où être posi­tion­né n°1 pour un mot-clé à 1000 recherch­es men­su­elles apportera plus de traf­ic qu’un autre à 2000.

      Par exem­ple “soumet­tre son site aux moteurs de recherche” con­tre “astuces SEO

      Même si le deux­ième a un plus gros vol­ume de recherche, la page en pre­mière posi­tion du deux­ième reçoit plus de trafic.

      Il vaut tou­jours le coup d’analyser le traf­ic organique estimé des meilleures pages pour avoir une véri­ta­ble idée sur le poten­tiel d’un mot-clé. Vous pou­vez le faire via l’Explo­rateur de mots-clés.

      Vérifier la difficulté de ranking

      Ce n’est pas parce qu’un mot-clé sem­ble être per­ti­nent pour votre pro­jet et offre un gros traf­ic poten­tiel que vous allez pour autant facile­ment vous posi­tion­ner dessus.

      Il y a beau­coup de fac­teurs qui entrent en compte dans la dif­fi­culté d’un mot-clé, mais le nom­bre de sites d’envergure et per­ti­nents qui se pla­cent dans les pre­mières posi­tions est sans doute l’un des plus impor­tants. Google en par­le d’ailleurs dans son guide sur com­ment fonc­tionne la recherche :

      Le fait que d’autres sites recon­nus sur le sujet diri­gent les inter­nautes vers une page en par­ti­c­uli­er con­stitue égale­ment un bon indi­ca­teur de la qualité.

      C’est (en par­tie) pour cette rai­son que nous avons basé le score Ahrefs de dif­fi­culté d’un mot-clé (KD) sur le nom­bre de liens entrant des pages les mieux posi­tion­nées. Nous met­tons une note entre 0 et 100 qui donne une pre­mière idée lorsque vous cherchez à savoir si un mot-clé est dif­fi­cile ou non.

      Mais il n’est pas pos­si­ble de réelle­ment raf­fin­er la com­plex­ité de ce sujet en un sim­ple nom­bre. Nous ne vous recom­man­dons pas de vous baser unique­ment dessus. Nous entrons un peu plus dans les détails de la dif­fi­culté des mots-clés dans notre guide sur la recherche de mots-clés.

      Le SEO on-page

      Le SEO “on-page” con­siste à créer le con­tenu que les vis­i­teurs recherchent et “l’optimiser” pour aider les moteurs de recherche à bien les com­pren­dre. Beau­coup de gens pensent que tout tourne autour de l’emplacement des mots-clés; même si cela joue un rôle, c’est loin d’être l’aspect le plus important.

      Voyons les bases pour opti­miser son posi­tion­nement dans les moteurs de recherche

      Correspondre à l’intention de recherche

      Si vous ne par­venez pas à créer le type de con­tenu que cherchent les util­isa­teurs de Google, vous n’aurez qua­si­ment aucune chance d’être bien posi­tion­né. Dans le milieu du SEO on appelle cela adapter le con­tenu à l’intention de recherche.

      Google com­prend ce que recherchent ses util­isa­teurs mieux que per­son­ne, le meilleur moyen de jauger de l’intention de recherche est de chercher les points com­muns par­mi les pages les mieux posi­tion­nées pour les mots-clés que vous visez.

      Par exem­ple, les résul­tats pour “astuces SEO” sont tous des arti­cles de blog sous forme de liste. Les résul­tats pour “enceintes” sont tous des pro­duits ou caté­gories de sites e‑commerce.

      Qu’est-ce que cela nous fait com­pren­dre ? Que les per­son­nes qui tapent “enceintes” sont dans une per­spec­tive d’achat et que celles qui tapent “astuces SEO” veu­lent appren­dre. Si vous voulez vous posi­tion­ner cor­recte­ment, vous devez garder ça en tête pour créer un con­tenu en rap­port avec l’intention de recherche.

      Choisissez une url descriptive

      Dans la par­tie précé­dentes sur les bases du paramé­trage d’un site pour le SEO, nous avons par­lé de la mise en place d’une struc­ture d’URL logique. Pour chaque page ou arti­cle que vous allez pub­li­er, vous devez déter­min­er le bon “slug” : la par­tie qui se trou­ve à la fin de l’URL.

      Le meilleur moyen de s’y pren­dre dépend du sous-réper­toire avant le slug.

      Imag­i­nons que votre mot-clé cible soit “jean noir homme”

      Si votre URL n’a pas de sous-réper­toire ou un titre générique comme /blog/ met­tez sim­ple­ment votre mot-clé cible comme slug.

      votresite.com/jeans-noir-hom­me/

      S’il y a des sous-réper­toires “con­textuels” comme /homme/ ou /jeans/ il vaut mieux éviter de répéter les mots-clés.

      votresite.com/homme/jeans/noir/

      Rédigez une balise title convaincante

      La balise title est le lien bleu qui s’affiche dans les résul­tats de recherche.

      C’est l’une des rares armes à votre dis­po­si­tion pour encour­ager un util­isa­teur à cli­quer sur votre page, il est donc cap­i­tal de le ren­dre aus­si con­va­in­cant que possible.

      Le plus sim­ple pour y par­venir est de s’aligner sur l’intention de recherche.

      Par exem­ple, si vous regardez les titres des meilleurs résul­tats pour “meilleures enceintes blue­tooth” il y a quelques similarités :

      • Elles con­ti­en­nent toutes l’année. Cela indique que la “fraîcheur” est impor­tante pour les utilisateurs.
      • Il y a beau­coup de men­tions sur l’aspect portable. Cela indique que c’est un élé­ment important.

      En util­isant cette infor­ma­tion à votre avan­tage, on peut imag­in­er qu’une bonne balise title ressem­blerait à :

      Meilleures enceintes blue­tooth (2021): Le top des enceintes Porta­bles

      Optimisez les images

      Les images peu­vent aus­si ranker dans Google et vous apporter du traf­ic. Nous avons eu des mil­liers d’utilisateurs qui sont venus de Google Image rien que dans les trois derniers mois.

      Com­ment opti­miser vos images ?

      Suiv­ez ces trois étapes :

      1. Nom­mez-les cor­recte­ment. Les noms de fichi­er aident Google à com­pren­dre une image. Donc chat.png est mieux que IMG_456716.png
      2. Entrez du alt text descrip­tif. Le Alt text est un code qui décrit une image avec des mots. Il n’est pas vis­i­ble sur les pages web à moins que l’utilisateur utilise un lecteur d’écran ou que l’image ne parvi­enne pas à charg­er. La plu­part des plate­formes de site ont un champ de texte à rem­plir (par­fois appelé texte alter­natif) lorsque vous chargez une image.
      3. Com­pressez-les. Utilisez un plu­g­in comme Short­pix­el pour com­press­er vos images à la volée et ain­si accélér­er le temps de charge­ment de vos pages.

      Les liens entrants, qui vien­nent donc d’autres sites, sont comme des “votes” qui mon­trent à Google que d’autres domaines se por­tent garant de votre contenu.

      On pour­rait dire que c’est le fac­teur de rank­ing le plus impor­tant, mais obtenir de bons liens entrants n’est pas tou­jours facile.

      La plu­part des straté­gies de con­struc­tion de lien tour­nent autour de créer du con­tenu de qual­ité, con­tac­ter les sites et rédac­teurs qui pour­raient avoir une bonne rai­son d’ajouter un lien vers vous sur une de leurs pages. Il existe cela dit d’autres méthodes.

      Voyons quelques-unes de ces méth­odes d’obtention de backlink.

      Article invité (guest blogging)

      Le principe du guest blog­ging est d’écrire un arti­cle pour un autre site. Voici un guest post que Ryan Stew­art a écrit pour le blog Ahrefs en 2018.

      En regar­dant la bio de l’auteur, vous ver­rez qu’on y trou­ve un lien vers les réseaux soci­aux et le site de Ryan.

      La plu­part des sites per­me­t­tent à leurs auteurs de met­tre leurs liens.

      L’un des moyens les plus faciles de trou­ver des oppor­tu­nités de guest post est d’utiliser l’Explorateur de Con­tenu, notre base de don­nées con­tient plus de 7 mil­liards de pages. Voici com­ment faire :

      1. Faites la recherche sur un sujet pertinent
      2. Choi­sis­sez l’option “dans le titre”
      3. Véri­fiez l’onglet “sites”

      Vous ver­rez à cet endroit les sites qui obti­en­nent le plus de traf­ic sur ce sujet :

      Comme ces sites ont déjà mis en ligne des arti­cles sur ces sujets, il y a des chances qu’ils soient ouverts à l’idée de pub­li­er un guest post sur un sujet sim­i­laire. Il suf­fit de leur écrire et demander.

      La technique Skyscraper 

      La tech­nique du Sky­scraper (le grat­te-ciel) con­siste à con­stru­ire son réseau de liens en créant du con­tenu de plus grande qual­ité que ce vers quoi les gens envoient déjà du backlink.

      Voici le proces­sus de base :

      • Trou­vez un bon con­tenu qui dis­pose de beau­coup de backlinks
      • Créez un meilleur contenu
      • Deman­dez à ceux qui pointent vers le con­tenu de base de met­tre des liens vers vous à la place.

      L’Explorateur de Con­tenu est sans doute l’un des moyens les plus rapi­des pour trou­ver des oppor­tu­nités de “sky­scrap­ing”. Faites une recherche sur un sujet puis fil­trez les pages qui ont beau­coup de domaines référents (des sites qui pointent vers eux).

      Cherchez quelque chose que vous pou­vez amélior­er et pub­liez du con­tenu encore meilleur. Vous pou­vez ensuite entr­er l’URL de l’article ini­tial dans l’Explo­rateur de Site de Ahrefs, trou­vez tous ses back­links via le rap­port Lien Entrants et ten­tez de con­tac­ter les sites en question.

      Conquérir les liens de la concurrence 

      Com­pren­dre com­ment vos con­cur­rents attirent des liens est le meilleur moyen de met­tre en place une stratégie de netlink­ing. Si vous par­venez à repér­er des sché­mas récur­rents dans les types de liens, vous allez sans doute com­pren­dre quelle est la stratégie à adopter pour votre pro­pre site.

      Pour y arriv­er, entrez les mots-clés que vous ciblez dans l’Explo­rateur de mots-clés de Ahrefs et allez voir l’aperçu du SERP. Cherchez les pages qui sont sim­i­laires à ce que vous avez et dis­pose de beau­coup de domaines référents (de sites qui pointent de liens vers eux)

      Si on fait cela pour “les bases du SEO” on trou­ve beau­coup de pages avec un grand nom­bre de backlinks.

      Si on clique ensuite sur Lien entrant pour l’une des pages, on peut chercher les simil­i­tudes par­mi ses backlinks.

      Dans ce cas, on dirait que la plu­part des liens vien­nent de guides pour tenir des blogs.

      Il serait facile de faire une recherche dans l’Explo­rateur de con­tenu pour trou­ver plus de guides sur le sujet, de con­tac­ter les auteurs et sug­gér­er d’ajouter votre arti­cle dans leur guide.

      SEO technique

      Le SEO tech­nique a pour principe d’aider les moteurs de recherche comme Google de trou­ver, com­pren­dre et index­er vos pages.  Ça peut être rel­a­tive­ment com­pliqué, mais nous avons déjà cou­vert les bases en vous expli­quant plus haut com­ment mon­ter un site opti­misé pour le SEO, nous n’allons pas entr­er dans plus de détail ici.

      Pour le moment, nous vous con­seil­lons de vous inscrire gra­tu­ite­ment aux out­ils de web­mas­ter de Ahrefs pour paramétr­er des explo­rations régulières de votre site. Ces crawls vont véri­fi­er plus d’une cen­taine d’aspects liés au SEO, dont beau­coup de prob­lèmes tech­niques courants.

      Si vous trou­vez des prob­lèmes qui sem­blent tech­niques sur votre site, vous pou­vez lire notre guide sur le SEO tech­nique pour en appren­dre plus et les corriger.


      À ce stade, vous devriez déjà avoir une bonne com­préhen­sion du SEO. Mais com­ment mesur­er et suiv­re le fruit de vos efforts ? La réponse la plus évi­dente est de suiv­re l’évolution du traf­ic organique de votre site.

      Si vous utilisez Google Ana­lyt­ics, vous pou­vez rapi­de­ment voir traf­ic organique en allant sur :

      Acqui­si­tion > Tout le traf­ic > Canaux > Organ­ic Search

      Si vous n’utilisez pas Google Ana­lyt­ics, vous pou­vez véri­fi­er votre traf­ic organique estimé passé et actuel dans l’Explo­rateur de site de Ahrefs.

      Si les chiffres grimpent, cela veut sans doute dire que vous êtes sur la bonne voie.

      Vous pou­vez égale­ment suiv­re le rank­ing des mots-clés dans le Suivi du rank­ing. Si vous êtes n°5 pour un mot-clé et n°1 le mois suiv­ant, c’est un autre signe que vous faites du bon boulot.

      Même s’il n’y a aucun mal à garder un oeil sur l’évolution de votre traf­ic et de votre posi­tion sur des mots-clés, c’est ce que l’on appelle des “van­i­ty met­rics”, qui font certes plaisir à voir, mais ne sont pas for­cé­ment syn­onyme de réus­site de votre stratégie mar­ket­ing ou de votre busi­ness dans son ensemble.

      Il vaut mieux suiv­re les valeurs qui ont un réel impact sur votre entreprise

      Jetons un œil à quelques-unes de ces mesures.

      Suivre la Part de Voix (PDV) organique

      La Part de Voix organique (Organ­ic SoV pour Share of Voice en anglais) représente la vis­i­bil­ité de votre mar­que dans les résul­tats de recherche par rap­port à vos con­cur­rents. C’est impor­tant à suiv­re, car il y a un lien entre votre PDV et les parts de marché.

      Vous pou­vez suiv­re votre PDV (ou SoV) organique dans le Suivi de rank­ing de Ahrefs. Ajoutez sim­ple­ment les mots-clés les plus impor­tants selon votre branche et don­nez-leur une éti­quette appropriée.

      À par­tir de là, cliquez sur Com­péti­tion > Aperçu

      Si vous ne l’avez pas encore fait, ajoutez des con­cur­rents. Véri­fiez ensuite l’onglet Vis­i­bil­ité pour voir le pour­cent­age de clics pour les mots-clés que vous suiv­ez arrive sur votre site com­paré à votre compétition.

      Suivez la conversion issu de votre trafic organique

      On par­le de con­ver­sion lorsqu’un vis­i­teur sur votre site effectue une action spé­ci­fique. Ce peut être n’importe quoi, de cli­quer sur un lien jusqu’à effectuer un achat.

      Si vous utilisez Google Ana­lyt­ics, vous pou­vez suiv­re les con­ver­sions des achats et d’à peu près tout ce que vous voulez. Vous pou­vez ensuite fil­tr­er les con­ver­sions qui vien­nent du traf­ic organique et com­par­er les péri­odes pour voir l’impact des vos efforts en SEO sur les sujets qui comptent vraiment.


      La plu­part des out­ils de SEO pro­fes­sion­nels coû­tent à par­tir d’une cen­taine de dol­lars par mois. Comme vous lisez un guide qui brosse les bases du référence­ment, vous n’êtes peut-être pas encore prêt à inve­stir de l’argent dans de puis­sants out­ils SEO comme ceux de Ahrefs. Mais ne vous inquiétez pas, on peut déjà accom­plir pas mal de choses avec des out­ils SEO gra­tu­its.

      Outils de recherche de mots-clés

      Google Keyword Planner

      Pour trou­ver des idées de mots-clés uniques

      Keyword Generator

      Génère des cen­taines d’idées de mots-clés

      SERP Checker

      Véri­fie le traf­ic poten­tiel estimé des sujets qui vous intéressent en fonc­tion des trois pre­miers résul­tats du SERP

      Keyword Difficulty Checker

      Véri­fie la dif­fi­culté (KD) d’un mot-clé

      Outils de SEO on-page

      Yoast SEO

      Ajoute des balis­es title et de méta-descrip­tions à vos pages et arti­cles WordPress

      Ahrefs Webmaster Tools

      Véri­fie s’il manque des balise title, meta descrip­tions et alt text sur votre site.

      Outils de construction de lien

      Ahrefs’ Backlink Checker

      Mon­tre les 100 pre­miers back­links de n’importe quel site ou page.

      HARO

      Pro­pose des oppor­tu­nités de lien chaque jour (c’est tech­nique­ment plus un ser­vice qu’un outil)

      Gmail

      Pour join­dre des prospects pour des liens. Pas besoin de logi­ciel d’outreach clin­quant pour y arriver.

      Outils de SEO technique

      Google Search Console

      Pour trou­ver les prob­lèmes d’indexation, de vitesse de page et bien plus encore.

      Ahrefs Webmaster Tools

      Sert à véri­fi­er plus d’une cen­taine de paramètres SEO sur votre site, dont un grand nom­bre de prob­lèmes techniques.

      Pour conclure

      Tout ce que vous avez lu jusqu’ici est une intro­duc­tion rel­a­tive­ment exhaus­tive aux bases du SEO. Si vous souhaitez appro­fondir vos con­nais­sances sur les qua­tre aspects dont nous par­lions au-dessus, nous avons des guides pour cha­cun d’entre eux.

      Les voici (nous vous recom­man­dons de com­mencer par la recherche de mots-clés)