Comment se lancer dans le marketing numérique (7 étapes)

Comment se lancer dans le marketing numérique (7 étapes)

Avatar
Service Marketing @ Ahrefs. Projet d’apprentissage en cours : coréen. Je résume également des livres sur mon blog perso.
Article Performance
Data from Ahrefs
  • Backlinks

The number of websites linking to this post.

This post's estimated monthly organic search traffic.

Vous voulez votre part du gâteau du mar­ket­ing numérique ? Ce guide est fait pour vous.

Je n’ai pas de diplôme en mar­ket­ing (j’en ai juste un en psy­cholo­gie). Pour­tant je tra­vaille dans le mar­ket­ing numérique depuis cinq ans.

C’est là, je pense, la beauté de ce secteur. Vous n’avez pas besoin d’une cer­ti­fi­ca­tion pour y tra­vailler, per­son­ne n’est là pour vous en empêcher.

Par con­tre vous devrez acquérir à la fois des com­pé­tences en mar­ket­ing et une réelle expéri­ence de terrain.

C’est ici qu’intervient ce guide. Je vais vous expli­quer com­ment appren­dre votre sujet et les dif­férentes étapes que vous devrez franchir avant de devenir un pro­fes­sion­nel du mar­ket­ing numérique.

Lancez votre car­rière dans le mar­ket­ing numérique grâce à ces sept étapes :

  1. Créez votre pro­pre site Internet
  2. Choi­sis­sez une branche du mar­ket­ing numérique sur laque­lle vous concentrer
  3. Apprenez-en plus sur la branche de mar­ket­ing numérique choisie
  4. Appliquez ce que vous apprenez
  5. Famil­iarisez-vous avec les out­ils gra­tu­its de mar­ket­ing numérique
  6. Pos­tulez à un emploi dans le marketing
  7. Faites évoluer votre carrière

Même si vous n’avez pas besoin de diplôme pour tra­vailler dans le mar­ket­ing numérique, ça ne veut pas dire que les entre­pris­es vont vous embauch­er pour vos beaux yeux.

Vous devez d’abord :

  1. Dévelop­per vos com­pé­tences en mar­ket­ing numérique
  2. Prou­ver que vous pos­sédez ces compétences

Le meilleur moyen d’y arriv­er est de créer votre pro­pre site web.

En con­stru­isant votre site inter­net, vous met­tez en place une sorte de lab­o­ra­toire où vous allez pou­voir tester et appren­dre dif­férentes straté­gies mar­ket­ing. Le tout sans ris­quer de nuire au site d’un client.

En plus de cela, quel meilleur moyen de prou­ver que vous avez des com­pé­tences que de mon­tr­er que vous avez réelle­ment créé quelque chose à par­tir de rien ?

Par exem­ple, lorsque j’ai com­mencé dans ce secteur, j’ai mon­té un site sur l’un de mes loisirs : le breakdance.

 Voilà à quoi ressem­blait mon site sur le breakdance

On ne va pas se men­tir : c’était très moche. Mais cela m’a per­mis de m’entraîner sur le mar­ket­ing de con­tenu (con­tent mar­ket­ing), l’emailing, la pro­mo­tion (out­reach) et bien d’autres choses. Si ce site n’a jamais réelle­ment été un suc­cès, il a été indis­pens­able dans mon appren­tis­sage pratique.

Ça ne sert à rien de se retourn­er l’esprit pen­dant mille ans. Il faut se lancer et s’entraîner. Choi­sis­sez un milieu de niche qui vous intéresse et créez un site Word­Press sur le sujet. Ne vous inquiétez pas de choses comme les logos ou une stratégie de monétisation.

Si vous ne savez pas trop com­ment créer un site Word­Press, une rapi­de recherche Google vous pro­posera des tonnes de tutoriels.

Il y a beau­coup de branch­es de mar­ket­ing numérique dif­férentes. Le livre Trac­tion en liste 19, dont :

  • Le référence­ment naturel (SEO pour Search Engine Optimization)
  • Le con­tent mar­ket­ing (ou mar­ket­ing de contenu)
  • L’Email mar­ket­ing (aus­si appelé emailing)
  • Le dis­play mar­ket­ing (pub­lic­ité en ligne)

Comme vous allez être seul(e) à gér­er votre site, il serait par­faite­ment impos­si­ble de vous atta­quer à toutes les branch­es mar­ket­ing à la fois. Vous n’auriez ni le temps, ni les ressources ou l’énergie pour le faire. Je vous recom­mande donc plutôt d’en choisir une seule.

Mais laque­lle ? Voyons les avan­tages et incon­vénients de trois des plus populaires.

Publicité en ligne

Cela implique d’acheter de la pub­lic­ité via des plate­formes comme Google, Face­book et Insta­gram. En général, c’est une bonne stratégie pour obtenir du traf­ic très rapidement.

Mais si vous êtes un débu­tant com­plet, c’est une méth­ode assez risquée. Gér­er des pub­lic­ités en ligne, ce n’est pas juste cli­quer sur un bou­ton pour faire venir les util­isa­teurs. Vous aurez besoin de bonnes bases et d’un peu d’expérience pour ne pas vous retrou­ver à brûler tout votre bud­get pour rien.

Nos meilleurs clients utilisent les deux. Tes attentes ont l’air trop ambitieuses par con­tre, tu ne vas pas par­venir à opti­miser une cam­pagne Google Ads en une ou deux semaines. Tu n’obtiendras sans doute pas assez de clics ou de con­ver­sion pour pren­dre de bonnes déci­sions d’optimisation, à part pou­voir retir­er les mots-clés négat­ifs évi­dents. Cela prend du temps et ne sera sûre­ment pas rentable les pre­miers mois. Si c’est de la pub locale (tu fais de la généra­tion de lead) utilis­er toutes les exten­sions et les accroches devrait amélior­er ton CTR.

Si vous avez les moyens de met­tre de côté un peu de bud­get pour faire des tests et appren­dre à vous servir de cette méth­ode, allez‑y. Sinon, ce n’est peut-être pas par là qu’il faut commencer.

Marketing de réseaux sociaux (social media marketing)

Cela implique de bâtir une com­mu­nauté sur les réseaux soci­aux pour attir­er du traf­ic depuis ces plate­formes. Vous devriez déjà être fam­i­li­er de ces réseaux. Pub­li­er dessus est gra­tu­it, faire des tests est rel­a­tive­ment simple.

Ce peut être la branche idéale pour commencer.

Par con­tre, il faut garder à l’esprit que le social media mar­ket­ing, ce n’est pas juste faire un post Insta­gram tous les deux ou trois jours. Chaque réseau a sa pro­pre cul­ture, ses pro­pres codes. Pour par­venir à de bons résul­tats, il faut com­pren­dre cette cul­ture, qu’est-ce qui marche, qu’est-ce que les util­isa­teurs veu­lent voir, quels types de con­tenus fonc­tion­nent, etc.

Référencement naturel (SEO)

Le SEO con­siste à opti­miser ses pages pour obtenir une meilleure place dans les moteurs de recherche comme Google. 

Là où c’est excel­lent, c’est qu’une fois que vous serez bien référencé, vous obtien­drez gra­tu­ite­ment et pas­sive­ment du traf­ic con­stant de la part des moteurs de recherche.

Aug­men­ta­tion con­stante de la fréquen­ta­tion sur notre arti­cle “Que sont les backlinks”

Le côté négatif est que le SEO prend du temps à don­ner des résul­tats. Il fau­dra s’armer de patience pour les voir, mais c’est à la fois effi­cace et très satisfaisant.

Vous n’êtes pas sûr de quelle branche choisir ?

Com­mencez par le SEO. Oui, évidem­ment, nous ne sommes pas très objec­tifs. Mais c’est tout de même notre recom­man­da­tion pour plusieurs raisons :

Pour cela, tapez « guide pour débuter en [votre branche de mar­ket­ing] » dans Google.

Cherchez un guide bien détail­lé, qui explique claire­ment les choses et qui a été mis à jour récem­ment. Ce dernier point est par­ti­c­ulière­ment impor­tant, car le monde du mar­ket­ing numérique évolue rapidement.

Ce guide vous servi­ra égale­ment de point de départ pour en appren­dre plus sur des sujets connexes.

Si vous décidez de vous lancer dans le SEO, je vous recom­mande évidem­ment de regarder nos vidéos pour débu­tant sur le sujet du référence­ment naturel :

https://www.youtube.com/watch?v=DvwS7cV9GmQ

Cela devrait vous don­ner les bases du SEO

À par­tir de là, si vous voulez en appren­dre plus sur le SEO, je vous recom­mande ces ressources (en anglais) :

Si vous voulez pren­dre du mus­cle, vous pou­vez regarder autant de tutos sur YouTube que vous voulez, il va tout de même fal­loir se met­tre à réalis­er les exercices.

C’est la même chose pour le mar­ket­ing numérique.

Ne faites pas que con­som­mer du con­tenu. Vous risquez de faire face à la paralysie ana­ly­tique : trop réfléchir, mais au final ne rien faire. Croyez-moi, je connais.

Lorsque vous apprenez quelque chose, il faut se retrouss­er les manch­es et essay­er. C’est pour cela que vous avez créé votre site.

Je trou­ve que j’apprends beau­coup plus vite en com­mençant à faire quelque chose et en sur­mon­tant ce qui me bloque qu’en étu­di­ant tout ce que je peux avec attention.

Pour le SEO cela veut dire se con­cen­tr­er sur les fon­da­men­taux comme la recherche de mots-clés, la créa­tion de con­tenu et le netlink­ing. Ces trois axes suff­isent à eux seuls à faire avancer votre site. 

Comme vous com­mencez à peine, il va être com­pliqué de pay­er pour des out­ils premium.

Mais pas d’in­quié­tude, il y a plein d’outils gra­tu­its. En voici quelques-uns pour à essayer :

  • Google Ana­lyt­ics. Vous y trou­verez les don­nées sur le nom­bre de per­son­nes qui vis­i­tent votre site, sur quelle page ils vont, com­bi­en de temps ils y restent et des cen­taines d’autres mesures intéres­santes. Apprenez à vous en servir dans ce guide.
  • Google Search Con­sole (GSC). Vous ver­rez quelles pages sont indexées dans Google, pour quels mots-clés votre site rem­porte des résul­tats de recherche et quels sites pointent vers le vôtre. Ce guide va vous appren­dre à vous servir cor­recte­ment de la Search console.
  • Ahrefs’ Web­mas­ter Tools (AWT). Analy­sez les back­links de votre site et le classe­ment des mots-clés, vous pou­vez aus­si scan­ner votre site pour débus­quer les prob­lèmes de SEO les plus courants qui pour­raient nuire à son référencement.
  • Con­vertK­it. C’est un out­il d’Email mar­ket­ing. Ils ont une offre gra­tu­ite jusqu’à 1 000 abonnés. 
  • Buffer. Un out­il de plan­i­fi­ca­tion de pub­li­ca­tions sur réseaux soci­aux. Il per­met d’automatiser la pub­li­ca­tion de contenu. 

Armé(e) de vos nou­velles com­pé­tences, il est temps de trou­ver votre job.

Com­mencez par chercher un stage ou un emploi au pre­mier éch­e­lon. Cela peut être un poste dans une agence de mar­ket­ing numérique ou bien au sein du ser­vice mar­ket­ing d’une entre­prise ou mar­que. J’ai pour ma part com­mencé comme sta­giaire dans une start-up de tech­nolo­gie por­ta­tive (mon­tres ou bracelets con­nec­tés, etc.). J’ai été par la suite embauché à temps com­plet pour ce même poste.

Mais même pour ces oppor­tu­nités en bas de l’échelle, la com­péti­tion est féroce, il faut trou­ver le moyen de sor­tir du lot.

Voici quelques idées :

Briefcase technique

Il s’agit d’une tac­tique pour réus­sir un entre­tien d’embauche pop­u­lar­isé par Ramit Sethi, un auteur à suc­cès, best­seller New York Times 2009. Pour faire court, il faut :

  1. Faire des recherch­es sur l’entreprise pour laque­lle vous postulez
  2. Déter­min­er quel est son plus gros prob­lème de mar­ket­ing numérique
  3. Imag­in­er des solu­tions pour régler ces problèmes.

Pour en appren­dre plus sur la « brief­case tech­nique », vous pou­vez con­sul­ter cette vidéo :

https://www.youtube.com/watch?v=68dqa_IPqK8

Résautage

Les soci­o­logues ont déter­miné que les emplois les mieux cachés et avec les plus hauts revenus ne sont pas trou­vés via vos amis les plus proches. C’est plutôt via les « liens faibles », les con­nais­sances vagues, les gens avec qui vous avez pu aller à l’école, ou encore qui ont le même bagage cul­turel que vous.

C’est pour cela qu’il faut tou­jours faire du réseau­tage : éten­dre son cer­cle de connaissances.

Voici une stratégie en trois étapes pour vous aider à con­solid­er votre réseau :

  1. Con­som­mez tout le con­tenu que les per­son­nes qui vous intéressent ont pro­duit. Si vous avez par­ti­c­ulière­ment appré­cié un arti­cle ou appris beau­coup de choses d’une vidéo, partagez-la sur les réseaux soci­aux en men­tion­nant l’auteur. Vous pou­vez aus­si envoy­er un email de remer­ciement ou com­pli­menter le tra­vail de la personne.
  2. Offrez-leur une plate­forme qui per­met de met­tre leur tra­vail en valeur. Inter­viewez-les pour un arti­cle, un pod­cast, une vidéo, etc. Pas for­cé­ment pour votre pro­pre site, vous pou­vez le faire pour un autre. Mais ne soyez pas découragé si vous n’avez qu’un petit site sans pré­ten­tion. Beau­coup de gens seraient ravis de vous répon­dre positivement.
  3. Déter­minez sur quel pro­jet ils tra­vail­lent actuelle­ment. Cela peut être évi­dent en fonc­tion de l’activité sur les réseaux soci­aux, vous pou­vez aus­si sim­ple­ment leur deman­der. Ensuite, trou­vez le moyen de les aider à attein­dre leur objectif.

Une preuve que cela fonc­tionne ? C’est comme ça que j’ai décroché mon boulot à Ahrefs.

J’ai com­mencé par lire tout le blog Ahrefs. J’ai partagé ce qui me plai­sait le plus sur mon Twitter.

J’ai aus­si, et régulière­ment, pro­mu ces arti­cles sur Growth­Hack­ers, sans qu’on me le demande.

Plus tard, j’ai pris con­tact avec Tim pour l’interviewer dans le cadre d’un guest post pour Lead­Feed­er. Pen­dant cette inter­view, j’ai décou­vert qu’il tra­vail­lait sur le lance­ment de Blog­ging for Busi­ness.

Alors, j’ai aidé :

  • J’ai bêta-testé le cours et don­né mes remar­ques. J’ai aus­si fourni un témoignage.
  • J’ai partagé le cours un peu partout : com­mu­nautés Slack, groupes Face­book, etc.
  • J’ai mis Tim en rela­tion avec des influ­enceurs pour qu’il puisse pro­mou­voir son cours.

Plus impor­tant encore, j’ai fait tout cela gra­tu­ite­ment, sans rien deman­der en retour. Et, comme on dit, tout le monde con­naît la suite.

Rendez votre travail public

Cela fait un moment que je suis dans le milieu, et j’ai vu beau­coup de pro­fes­sion­nels du mar­ket­ing sur­gir de nulle part, com­mencer à gag­n­er en pop­u­lar­ité et influ­ence. Ils y par­ve­naient d’une manière assez sim­ple : ils partageaient publique­ment ce qu’ils apprenaient.

Dans Show Your Work, Austin Kleon écrit :

Une fois par jour, après avoir bouclé votre tra­vail, revenez sur vos notes et ce que vous avez fait. Trou­vez une petite par­tie de votre réflex­ion qui peut être intéres­sante à partager.

N’ayez jamais peur de partager ce sur quoi vous tra­vaillez. Mon­trez vos suc­cès comme vos échecs. Non seule­ment cela va attir­er l’attention de pro­fes­sion­nels du mar­ket­ing, mais vous com­mencerez à faire grandir votre mar­que personnelle.

Vendez-vous

Nina Mufleh voulait tra­vailler chez Airbnb. Mais elle ne par­ve­nait pas à obtenir ce qu’elle voulait par la voie clas­sique de pos­tuler aux annonces. Alors elle a créé un CV qui met­tait en valeur sa con­nais­sance de Airbnb, de l’industrie du tourisme et des oppor­tu­nités qu’ils lais­saient filer.

Elle a twit­té le fruit de son tra­vail aux CEO et CMO de Airbnb, a retenu leur atten­tion et a obtenu un entretien.

Le CV est devenu viral et a égale­ment retenu l’attention d’Uber et de LinkedIn.

Com­ment prou­ver que vous savez vous défendre en mar­ket­ing ? Comme Nina : faites preuve de créa­tiv­ité, vendez-vous cor­recte­ment et attirez l’attention des sociétés pour lesquelles vous voulez travailler.

Au bout de quelques années dans le milieu, plusieurs options vont com­mencer à s’offrir à vous pour faire évoluer votre carrière.

Si par­ler de plan de car­rière entier n’est pas le sujet de cet arti­cle, jetons un rapi­de coup d’œil à quelques oppor­tu­nités possibles.

Rester en entreprise

C’est l’une des voies les plus com­munes. Mal­gré ce que cer­taines per­son­nes veu­lent vous faire croire, il n’y a aucune honte à être un employé, tout le monde n’est pas fait pour vol­er de ses pro­pres ailes et devenir un entre­pre­neur accompli.

Mais vous ne devez pas pour autant aban­don­ner vos sites. De bons employeurs vous encour­ageront tou­jours à pass­er un peu de temps sur vos pro­jets per­son­nels pour gag­n­er en compétences.

C’est pour ce genre de per­son­nes que vous devriez avoir envie de tra­vailler : ceux qui vous encour­a­gent à devenir des maîtres de votre art.

Devenir freelance

Devenir free­lance est un excel­lent moyen d’obtenir plus d’expérience pra­tique tout en générant des revenus com­plé­men­taires. Si vous avez déjà quelques années d’expérience, vous avez cer­taine­ment déjà des oppor­tu­nités de tra­vail free­lance autour de vous.

Même si vous n’avez pas de recom­man­da­tions ou de demande directe, ne vous inquiétez pas. Vous pou­vez tou­jours pro­pos­er vos ser­vices sur des sites comme Upwork, proBlog­ger, etc.

Lec­ture recom­mandée : How to Become an SEO Free­lancer — Lessons Learned from 10+ Years in the Industry

Créer votre propre agence

Par­mi les pro­fes­sion­nels du mar­ket­ing numérique les plus per­for­mants, beau­coup finis­sent par mon­ter leurs pro­pres agences. Les points posi­tifs dans l’idée de créer sa pro­pre struc­ture sont :

  • Vous pou­vez tra­vailler avec beau­coup de clients à la fois, puisque vous aurez des équipes en mesure de les gérer.
  • Vous serez en mesure de pro­pos­er plus de presta­tions dif­férentes puisque votre équipe sera diversifiée.
  • Être une seule enseigne avec une mul­ti­tude de ser­vices vous per­me­t­tra de max­imiser les gains poten­tiels et de pro­pos­er des mon­tées en gamme (Upsell).

Par con­tre, lancer une agence veut dire recruter une équipe. Cela peut être coû­teux (salaires, bureaux, matériel, etc.). Vous devrez égale­ment dévelop­per de nou­velles com­pé­tences : recrute­ment, vente, compt­abil­ité, etc.

Il y a de grandes chances que vous deviez faire à la fois le stratégique et l’exécution avant d’arriver à l’équilibre.

Devenir consultant

Si vous :

  1. Voudriez boss­er seul
  2. N’avez pas envie de mon­ter une agence

Devenir con­sul­tant indépen­dant pour­rait être une solu­tion pour vous.

Sam (notre vis­age sur YouTube) était con­sul­tant en mar­ket­ing numérique avant de tra­vailler à temps plein pour Ahrefs. Selon sa pro­pre expéri­ence, être con­sul­tant per­met de génér­er une meilleure marge qu’une agence. Les tar­ifs horaires vari­ent de cen­taines à de mil­liers de dol­lars de l’heure.

Résul­tat de notre Sondage de tar­ifs SEO.

Par con­tre, vous serez lim­ité dans le nom­bre de clients que vous pour­rez pren­dre en charge. Les entre­pris­es ont ten­dance à engager des con­sul­tants parce qu’ils sont spé­cial­isés dans un domaine bien particulier.

Donc, même si vous pou­vez vous per­me­t­tre d’embaucher une petite équipe pour se charg­er de cer­taines tâch­es, au final c’est votre exper­tise à vous que les entre­pris­es vien­nent chercher. Cela lim­ite naturelle­ment le nom­bre de clients possible.

Créer plus de sites

Bon nom­bre de pro­fes­sion­nels du mar­ket­ing numérique choi­sis­sent cette option, car elle leur per­met de con­tin­uer à tra­vailler comme ils le fai­saient tout en gag­nant du revenu com­plé­men­taire. Le choix le plus pop­u­laire, surtout chez les experts SEO, est la créa­tion de sites web affiliés.

Pour en appren­dre plus sur le mar­ket­ing d’affiliation, lisez cet arti­cle ou regardez cette vidéo :

https://www.youtube.com/watch?v=W‑nbsnXtSZI

Conclusion

Peu importe le choix que vous faites, pour vrai­ment maîtris­er le mar­ket­ing numérique, il y a deux choses que vous devez faire en permanence.

En pre­mier lieu, appren­dre. Le mar­ket­ing évolue sans cesse. Vous devrez en per­ma­nence vous ren­seign­er, étudi­er, appli­quer, tester et amélior­er. Lisez des livres, écoutez des pod­casts, regardez des vidéos et suiv­ez les fig­ures influ­entes du milieu sur les réseaux sociaux.

En sec­ond lieu, réseauter. Non seule­ment c’est une excel­lente manière d’avoir de futures oppor­tu­nités pro­fes­sion­nelles, cela vous per­met de ren­con­tr­er des gens qui ont des idées nou­velles ou dif­férentes des vôtres. Cela va élargir votre champ de vision et vous aidera à exceller dans votre car­rière. Après tout, on ne peut pas trou­ver toutes les répons­es tout seul.

Vous voulez un réca­pit­u­latif ? Regardez cette vidéo :

https://www.youtube.com/watch?v=bG-AL2Hd6Cc

Est-ce que vous avez l’impression que j’ai oublié quelque chose d’important sur com­ment se lancer dans le mar­ket­ing numérique ? Dites-le-moi sur Twitter.

Article Performance
Data from Ahrefs
  • Backlinks

The number of websites linking to this post.

This post's estimated monthly organic search traffic.