Comment devenir freelance en SEO – Des conseils après plus de 10 ans dans le milieu

Nick LeRoy
Consultant SEO Freelance @ Nick LeRoy Consulting. Auteur de la newsletter hebdomadaire sur le SEO : #SEOForLunch
Article stats
  • Linking websites 2
Data from Content Explorer

Shows how many different websites are linking to this piece of content. As a general rule, the more websites link to you, the higher you rank in Google.

Shows estimated monthly search traffic to this article according to Ahrefs data. The actual search traffic (as reported in Google Analytics) is usually 3-5 times bigger.

The number of times this article was shared on Twitter.

    Lorsque que le COVID-19 a com­mencé à détru­ire des emplois en avril 2020, on m’a infor­mé que mon poste serait sup­primé à la fin du mois.

    Après avoir cher­ché un nou­veau job et passé six ses­sions d’entretiens, ça m’a finale­ment frap­pé : devenir free­lance à plein temps était une option à réelle­ment considérer.

    Je dis “à plein temps” parce que je fai­sais déjà du tra­vail free­lance à temps par­tiel depuis 2010. Comme vous pou­vez le voir sur le graphique ci-dessous, c’était au départ une manière de génér­er un peu de revenus com­plé­men­taires. Mais ce n’est que lorsque je me suis mis à fond dans mon activ­ité d’indépendant que mes revenus ont réelle­ment grim­pé. Si je préfère ne pas don­ner les véri­ta­bles mon­tants, ils sont dans la gamme des cinq chiffres par mois. En huit mois de free­lance à plein temps, j’ai gag­né 150 % de plus que mon ancien salaire annuel.

    Que vous souhaitiez vous lancer indépen­dant à plein temps ou sim­ple­ment vous faire un peu d’expérience (et d’argent), cet arti­cle est fait pour vous.

    J’ai com­mencé à faire un peu de boulot free­lance en 2010 pour com­pléter les revenus de mon tra­vail de bureau, mais vous pou­vez avoir vos pro­pres raisons. Voici les plus fréquentes :

    • Plus de liberté
    • De meilleurs revenus
    • Un meilleur équili­bre vie/travail
    • De l’expérience dans des secteurs ou des plate­formes que vous ne con­naissiez pas jusqu’ici

    J’ai ressen­ti claire­ment tous ces avan­tages, mais le plus impor­tant pour moi était cer­taine­ment l’équilibre vie/travail. Comme vous pou­vez le voir plus bas, mon nom­bre d’heures tra­vail­lées a en fait dimin­ué depuis que je suis free­lance à plein temps. Tout sim­ple­ment parce que toutes les heures tra­vail­lées sont fac­turées et pas gâchées dans de sem­piter­nelles réu­nions comme dans mon ancien boulot « 9h/18h ».

    En plus des raisons ci-dessus, voici quelques autres avan­tages à être free­lance dont on entend moins parler :

    1. Un faible investisse­ment pour se lancer
    2. Plus d’horaires de bureau
    3. Pas de lim­ite d’évolution
    4. Un con­trôle total

    1. Un faible investissement pour se lancer

    Con­traire­ment à la plu­part des aven­tures entre­pre­neuri­ales, se lancer comme free­lance en SEO n’est pas extrême­ment cher. C’est surtout les heures de tra­vail qui vont vous amen­er loin. La liste ci-dessous représente env­i­ron 90 % des out­ils que j’utilise pour travailler :

    • Out­ils de Recherche de mots-clés et d’analyse : $99/m (jetez un œil l’offre d’essai 7 jours de Ahrefs.)
    • Out­il de crawling/d’analyse : J’utilise Scream­ingFrog ($193/an), mais vous pou­vez utilis­er l’audit de site de Ahrefs pour économiser ce poste.
    • Logi­ciel de compt­abil­ité : pour suiv­re les entrées et sor­ties, les fac­tures, etc. J’utilise Quick­Books pour $50/m.
    • Un logi­ciel pour met­tre en valeur mes offres com­mer­ciales : j’utilise Pros­pero à $8/m.
    • Un logi­ciel de suivi du temps de tra­vail : Je me sers de Har­vest pour $12/m.
    • Google Ana­lyt­ics et Google Search Con­sole : Gratuit

    Pour moins de 200 dol­lars par mois, vous dis­poserez des out­ils dont vous aurez besoin pour con­quérir les pages de résul­tat Google. Le mieux ? Vous n’avez même pas besoin d’investir cet argent tant que vous ne com­mencez pas à avoir vos pre­miers revenus.

    2. Plus d’horaires de bureau

    Lorsque je me suis mis à mon compte à plein temps, l’idée de ne pas avoir des horaires fix­es a été dif­fi­cile à appréhen­der. Même si le tra­vail était fait, j’avais l’impression que quelque chose n’allait pas si je n’étais pas assis à mon bureau. Tra­vailler pour quelqu’un d’autre pen­dant plus de dix ans va vous don­ner ce genre d’habitude.

    Mais finale­ment, si le tra­vail est fait et que vous êtes disponible pour répon­dre à vos clients pen­dant les heures de bureaux, peu importe que vous soyez devant votre ordi­na­teur ou en train de jouer au golf en pleine semaine.

    3. Pas de limite d’évolution

    Je crois que je n’oublierai jamais les dis­cus­sions que j’ai pu avoir avec dif­férents supérieurs au sujet d’augmentations ou de pro­mo­tions. J’avais tou­jours l’impression qu’il fal­lait que j’en fasse plus, que je rap­porte plus, que je forme plus de nou­veaux employés. C’est seule­ment après tout cela (s’ils sont d’accord) que l’on a la récom­pense tant espérée. Ne lais­sez pas votre car­rière et vos revenus dépen­dre des autres. La valeur que vous générez et les pro­grès de votre affaire sont à 100 % à vous.

    4. Un contrôle total

    Com­bi­en de fois avez-vous tra­vail­lé sur un pro­jet que vous n’approuviez pas, dans ses objec­tifs ou les méth­odes employées ? Avez-vous déjà sac­ri­fié votre éthique parce qu’un patron ou une entre­prise vous l’a demandé ? Oubliez ces notions en tant que free­lance. Ne me faites pas dire ce que je n’ai pas dit : être indépen­dant à plein temps ce n’est pas que du bon­heur et des arcs-en-ciel, mais au moins vous êtes aux com­man­des. Vous décidez avec qui vous tra­vaillez, pour quel mon­tant, quelle charge de tra­vail vous acceptez. C’était pour moi un besoin vital après tant d’années à tra­vailler pour les autres.

    Le principe de free­lance en SEO est en soi assez sim­ple. Vous apprenez le SEO, vous trou­vez des clients et vous les fac­turez pour vos ser­vices. Mais comme dans toute chose dans la vie, c’est la manière de faire qui compte ; et ce n’est pas tou­jours aus­si sim­ple. Je vais vous partager ci-dessous huit con­seils, pour vous aider à vous lancer cor­recte­ment, appris après plus de dix ans dans le milieu.

    1. Développez votre réseau
    2. Soignez votre comptabilité
    3. Ayez con­fi­ance en vos tarifs
    4. Une com­mu­ni­ca­tion effi­cace est primordiale
    5. Créez votre pro­pre site dès aujourd’hui
    6. Met­tez en place des out­ils pour soutenir votre canal de vente
    7. Soyez vis­i­ble en ligne
    8. Ayez con­science de votre rôle

    1. Développez votre réseau

    La pre­mière chose que j’ai faite en pas­sant indépen­dant à plein temps était de créer un doc­u­ment tableur avec la liste de tous mes con­tacts autour du SEO et du Web. J’en ai repéré dix à qui je pour­rais peut-être deman­der un coup de main ou directe­ment pro­pos­er mes ser­vices. J’ai envoyé dix mails pour expli­quer ma nou­velle activ­ité. S’en sont suiv­is d’autres échanges de mails et des coups de fil. Cer­tains avaient du tra­vail pour moi, d’autres non, mais tous avaient des con­seils aus­si encour­ageants que ter­ri­fi­ants, mais tou­jours utiles.

    À ce jour, une bonne par­tie de mes con­trats provient de recom­man­da­tions directes de mon réseau. Vous seriez sur­pris du nom­bre d’agences qui ont besoin de ren­fort lorsque la charge de tra­vail est trop impor­tante. Donc, même si je ne vous dis pas de vous ren­dre à tous les évène­ments de réseau­tage pos­si­ble, je vous recom­mande tout de même de bien tra­vailler votre réseau et de com­mencer à lier de bonnes rela­tions dans votre secteur d’activité. Non seule­ment cela vous don­nera des oppor­tu­nités com­mer­ciales dans le futur, mais qui sait si ce ne sera pas à vous de les appel­er en ren­fort un jour ou l’autre.

    Lec­ture recom­mandée (en anglais) : 11 Slack Com­mu­ni­ties for SEOs and Dig­i­tal Marketers

    2. Soignez votre comptabilité

    En tant que free­lance débu­tant, j’avais peur de ne pas pou­voir me pay­er les ser­vices d’un compt­able. Cela a com­mencé à génér­er du stress dans le suivi de mes dépens­es, la peur de mal gér­er les réserves pour les tax­es et impôts… J’ai fini par ren­con­tr­er un compt­able que l’on m’avait recom­mandé. La pre­mière chose qu’il m’a dite était de chang­er de struc­ture juridique. Ce que j’allais gag­n­er en tax­es suf­fi­rait large­ment à le pay­er. Si vous souhaitez vous lancer en tant que free­lance, à temps plein ou par­tiel, essayez de trou­ver un bon comptable.

    [NDT] : Josh vit au Roy­aume-Unis, où les règles et lois fis­cales et des sociétés dif­fèrent des pays fran­coph­o­nes, notam­ment la microen­tre­prise en France. Néan­moins deman­der un entre­tien de con­seil avec un compt­able de con­fi­ance pour­ra effec­tive­ment vous éviter quelques écueils et vous aider à pré­par­er le futur.

    3. Ayez confiance en vos tarifs

    Lorsque j’ai com­mencé, j’ai accep­té des con­trats à la moitié de mon tarif stan­dard. Cela a fini par me coûter de l’argent : je devais refuser des oppor­tu­nités avec un tarif nor­mal parce que j’avais trop de tra­vail. Si vous allez naturelle­ment adapter vos tar­ifs aux pro­jets pro­posés, soit plus chers, parce qu’ils ne vous intéressent pas beau­coup, soit moins parce qu’ils vous plaisent énor­mé­ment, je vous con­seille de faire atten­tion de ne pas accepter un tarif horaire que vous pour­riez finir par regretter.

    Vous ne savez pas quel tarif appli­quer ? En 2018 Ahrefs a fait une enquête mon­di­ale dans le milieu du SEO qui a révélé que la moyenne était d’environ 100 à 150 dol­lars de l’heure. Si vous préférez établir des tar­ifs par pro­jet ou par abon­nement men­su­el, vous pou­vez con­sul­ter toute l’étude via le lien ci-dessous.

    Com­bi­en fac­turent de l’heure les pros du SEO ?

    Y axis : Tarif horaire

    X axis : % des per­son­nes ayant répondu

    Lec­ture recom­mandée (en anglais) : SEO Pric­ing: How Much Does it Cost? [indus­try research]

    4. Une communication efficace est primordiale

    J’aime à penser que la socia­bil­ité et l’un de mes points forts. Mais cela ne m’a pas empêché d’être trop « cash », ce qui m’a fait per­dre un con­trat à 10 000 dol­lars. Un client avait lu mon arti­cle sur l’im­por­tance des migra­tions Web et m’avait con­tac­té pour en par­ler de la migra­tion de son site. Il s’est engagé à l’oral à tra­vailler avec moi sur son pro­jet, en sachant bien que je n’étais pas par­mi les moins chers, mais il voulait être sûr que le tra­vail soit bien fait. Il a aus­si men­tion­né qu’il était en dis­cus­sion avec une agence de SEO à l’étranger. J’ai été trop direct, presque impoli lorsque j’ai évo­qué des réserves sur son approche du bud­get qu’il voulait inve­stir chaque mois. Je l’ai vexé. Vous devinez ? Il ne m’a jamais rap­pelé au sujet de sa migra­tion. Même si je ne regrette pas d’avoir été hon­nête et trans­par­ent, j’aurai pu m’y pren­dre dif­férem­ment, d’une manière plus diplo­ma­tique, et j’aurai eu le con­trat. Une leçon dure­ment apprise.

    Lec­ture recom­mandée (en anglais) : Effec­tive Com­mu­ni­ca­tion as an under­rat­ed SEO skillset

    5. Créez votre propre site dès aujourd’hui

    Je vous con­seille forte­ment de con­stru­ire rapi­de­ment votre site pro­fes­sion­nel. Comme l’a dit Tom Hirst dans un tweet, votre site est votre C.V. de 2020+. Si vous n’en avez pas, com­ment voulez-vous que les clients poten­tiels en appren­nent plus sur vous, vos dif­férentes presta­tions, ou voient des exem­ples de vos réussites ?

    Votre site per­son­nel est votre C.V. de 2020.

    N’hésitez pas à être créatif avec votre site. Même si vous allez devoir le tra­vailler en per­ma­nence pour l’améliorer, ne lais­sez pas le doute ou l’appréhension vous ralen­tir. Met­tez quelque chose en ligne dès maintenant.

    Lec­ture recom­mandée (en anglais) : Audit­ing your web­site for SEO and UX

    6. Mettez en place des outils pour soutenir votre canal de vente

    J’avais com­mencé à écrire une newslet­ter heb­do­madaire en 2016 : #SEO­For­Lunch. J’ai tou­jours voulu partager avec la com­mu­nauté qui m’a telle­ment appris. Cela dit, au fond, je voy­ais cela comme une sorte d’assurance pour l’avenir. Je n’étais pas pleine­ment sat­is­fait de mon tra­vail en agence et avais déjà l’envie de me lancer en solo. Je me dis­ais que si je con­stru­i­sais une belle liste d’emails qual­i­fiés, ça allait me servir le jour où je deviendrai free­lance à plein temps. C’est exacte­ment ce que j’ai fait. Cer­tains de mes pro­jets les plus intéres­sants vien­nent directe­ment de lecteurs qui suiv­ent ma newslet­ter depuis des années.

    Lec­ture recom­mandée (en anglais) : 7 Dig­i­tal Mar­ket­ing Strate­gies That Actu­al­ly Work

    7. Soyez visible en ligne

    Vous n’avez pas for­cé­ment besoin d’un site avec une forte autorité de domaine (Domain Rat­ing ou DR) ou d’une newslet­ter avec des mil­liers d’abonnés pour vous lancer en indépen­dant dans le SEO. Par con­tre, il faut qu’on puisse vous trou­ver en ligne. Votre presta­tion prin­ci­pale est d’aider vos clients à être bien vis­i­ble sur le Web ; s’ils ne parvi­en­nent pas à vous trou­ver, vous, cela va devenir rapi­de­ment com­pliqué de négoci­er des contrats.

    Vous devez vous deman­der « mais par quoi je com­mence ? ». Un bon début est de rédi­ger des arti­cles pour d’autres sites. Tout comme Ahrefs me donne l’occasion d’écrire ce que vous lisez actuelle­ment, vous pou­vez con­tac­ter des dizaines de sites sur le SEO ou le monde numérique pour leur partager votre savoir.

    Atten­tion, il ne faut pas en faire trop. Vous cherchez à don­ner une réelle valeur et à faire associ­er votre nom avec un véri­ta­ble savoir. Vous vous sou­venez de mon anec­dote sur la migra­tion de site ? Le con­tact est venu d’un arti­cle pub­lié sur Search Engine Land, qui a une très large audi­ence. J’ai sim­ple­ment envoyé un mail à l’équipe édi­to­ri­ale en leur pitchant l’article que je voulais écrire. Après quelques allers-retours de cor­rec­tion, j’ai été pub­lié. Ne réfléchissez pas trop. Beau­coup de gens seraient ravis de vous per­me­t­tre de pub­li­er du super con­tenu sur leur plate­forme. C’est une sit­u­a­tion où tout le monde gagne.

    Lec­ture recom­mandée (en anglais) : Guest Blog­ging for SEO

    8. Ayez conscience de votre rôle

    Con­traire­ment à votre tra­vail de bureau, être un free­lance à temps plein va vous deman­der de porter plusieurs cas­quettes : chef de pro­jet, exé­cu­tant, entre­pre­neur… Vous avez déjà été un exé­cu­tant dans votre précé­dent job, mais est-ce que vous gériez des pro­jets et des clients en même temps ? Bien sûr, avoir été free­lance à temps par­tiel pen­dant une dizaine d’années m’avait déjà bien pré­paré. Je savais que j’allais devoir être mon com­mer­cial, mon compt­able et mon chargé de pro­jet. J’admets que je ne suis pas la per­son­ne la plus organ­isée qui soit, c’est donc là-dessus que je fais des efforts sup­plé­men­taires. Si vous voulez réus­sir en tant que free­lance, à temps plein ou par­tiel, vous devez être con­scient des charges de tra­vail, vous met­tre des dead­lines et les tenir. Sans faute.

    Conclusion

    Que vous souhaitiez vous faire un peu d’expérience, enrichir votre port­fo­lio ou avoir un revenu com­plé­men­taire, devenir free­lance est quelque chose que je con­seille à tout le monde d’essayer. Si vous pro­posez des presta­tions de qual­ité, que vous com­mu­niquez bien et que vous respectez les délais, je suis cer­tain que vous trou­verez le succès.

    • Linking websites 2
    Data from Content Explorer