Marketing d’influence en 2021 : définition, exemple et tactiques

Avatar
Service Marketing @ Ahrefs. Projet d’apprentissage en cours : coréen. Je résume également des livres sur mon blog perso.
Statistiques de l'article
  • Backlinks 3
Données de Explorateur de contenu

Montre combien de site différents font un lien vers ce contenu. En règle générale, plus vous avez de sites qui vous donnent un backlink, plus haut vous êtes positionné dans Google.

Montre le trafic mensuel estimé pour cet article selon les données Ahrefs. Le trafic organique réel (issu de Google Analytics) est généralement 3 à 5 fois plus élevé.

Le nombre de fois que cet article a été partagé sur Twitter.

    En 1984, Nike a col­laboré avec Michael Jor­dan pour créer une gamme de sneak­ers exclu­sive : les Air Jordans.

    Ça a été un immense suc­cès. En à peine 12 mois, les sneak­ers Air Jor­dan 1 ont généré plus de 100 mil­lions de dol­lars de vente. En 2020, une paire orig­i­nale (portée et signée par Michael Jor­dan) s’est ven­due pour 560 000 dol­lars.

    Michael Jor­dan, une super­star du bas­ket, a cat­a­pulté Nike vers ce que la mar­que est aujourd’hui.

    C’est un exem­ple de mar­ket­ing d’influence.

    Vous allez appren­dre dans ce guide :

    Les influ­enceurs sont des per­son­nes qui ont une audi­ence active et éten­due (générale­ment sur les réseaux soci­aux) et la capac­ité d’influencer cette audi­ence pour lui faire faire quelque chose.

    Le mar­ket­ing d’influence con­siste à tra­vailler avec des influ­enceurs pour pro­mou­voir le mes­sage, les pro­duits ou ser­vices de votre marque.

    Voici quelques raisons pour lesquelles vous devriez faire du mar­ket­ing d’influence.

    1. Persuader leur audience d’agir

    Les influ­enceurs ont un cer­tain pou­voir sur votre audi­ence cible. C’est dans le nom : ils influ­en­cent. Cela veut dire qu’il sont capa­bles de pouss­er leurs fol­low­ers à entre­pren­dre des actions. Dont la plus impor­tante : acheter. 

    Cela peut être comme ven­dre tous les stocks de sar­dines après leur men­tion dans un épisode de pod­cast.

    Nous le voyons chez Ahrefs égale­ment. Même si nous n’avons jamais mené de cam­pagne de mar­ket­ing d’influence, nous voyons qu’une bonne recom­man­da­tion d’un influ­enceur qui a la con­fi­ance de son audi­toire peut men­er à un boost sig­ni­fi­catif dans les inscriptions :

    2. Construisez la confiance dans votre marque.

    Le mar­ket­ing d’influence n’est pas tou­jours une ques­tion de vente. Il est aus­si là pour la notoriété et la con­fi­ance dans la marque.

    Le bon influ­enceur sélec­tionne avec soin le type de pro­duit qu’il recom­mande. Il ne saisit pas tout ce qui passe. Même s’il est payé, il se doit d’avoir de hauts stan­dards de qual­ité. Il veut que sa com­mu­nauté le prenne au sérieux. La con­fi­ance est dif­fi­cile à con­stru­ire et facile à per­dre. En retour, les fans peu­vent dire des choses comme cela :

    Peu m’importe d’entendre tes con­tenus spon­sorisés, parce que je suis sûr que tu les as sélec­tion­nés et analysés et ne nous par­le que de supers pro­duits. C’est pour ça que j’ai un plac­ard rem­pli de chemis­es Mizzen & Mains et de bois­sons Four Sigmatic.”

    Lorsqu’un influ­enceur recom­mande votre pro­duit plus que les autres, ils s’engagent pour vous, la qual­ité de votre pro­duit et la répu­ta­tion de votre société. Vous emprun­tez, en essence, la “con­fi­ance” de cet influ­enceur. Vous n’avez pas à la bâtir vous-même, la com­mu­nauté fait con­fi­ance à l’influenceur donc, par exten­sion, à vous.

    Repensez à Nike. En 1984 ils étaient incon­nus dans le monde du bas­ket­ball. Aucun fan de bas­ket ne voulait absol­u­ment acheter une paire de Nike. Mais l’appui de Jor­dan leur a per­mis de se faire accepter.

    Nike est passé d’inconnu dans le monde du bas­ket à en domin­er le marché.

    Pour généralis­er, il y a cinq types d’influenceurs. On les groupe en fonc­tion de la taille de leur audience.

    Con­naître les dif­férents types d’influenceurs va vous aider à plan­i­fi­er votre bud­get et stratégie. Voici com­ment ça se divise :

    1. Célébrités

    Ce sont des influ­enceurs qui ont plus d’un mil­lion de followers

    Exem­ples :

    2. Mega-influenceurs

    Influ­enceurs qui ont entre 500K et un mil­lion de followers. 

    Exem­ples :

    3. Macro-influenceurs

    Influ­enceurs qui ont en 100K et 500K followers. 

    Exem­ples :

    4. Micro-influencers

    Influ­enceurs qui ont entre 10K et 100K followers. 

    Exem­ples :

    5. Nano-influenceurs

    Influ­enceurs qui ont entre 1000 et 10 000 followers. 

    Exem­ples :

    Note.
    Il n’y a pas de stan­dard uni­versel pour ces ter­mes et la taille d’audience. Vous ver­rez ter­mes comme quan­tités chang­er en fonc­tion des livres ou des articles.

    Avant de com­mencer à chercher des influ­enceurs avec lesquels tra­vailler, il vous faut une stratégie. Après tout, votre but n’est pas de tra­vailler avec tous les influ­enceurs du monde, mais ceux qui vont pou­voir avoir un impact.

    Une stratégie va vous aider à par­tir dans la bonne direction.

    1. Définis­sez votre audi­ence cible
    2. Fix­ez vos objectifs
    3. Déter­minez votre budget
    4. Étab­lis­sez vos KPIs

    1. Définissez votre audience cible

    Si cela sem­blerait cool que Justin Bieber par­le de nous à ces fans, quel serait le but ? Il n’y a que très peu, voire aucun chevauche­ment entre les fans de Justin Bieber et les per­son­nes qui ont besoin d’un out­il SEO. Même si nous pou­vions nous le pay­er, ça n’aurait aucun sens de tra­vailler avec lui.

    La pre­mière étape de tout plan mar­ket­ing est de savoir qui vous voulez attein­dre.

    Si vous avez déjà une stratégie mar­ket­ing qui définit les per­sonas de vos clients, vous êtes prêt. Vous avez déjà une bonne idée de qui est votre audi­ence cible.

    Par exem­ple, si vous êtes un con­seiller financier à Sin­gapour, ça pour­rait ressem­bler à :

    Mil­lenial (23–30 ans) dans Sin­gapour qui veu­lent com­mencer à investir.

    Si vous n’avez pas réelle­ment de per­sona client comme celle-ci, pas d’inquiétude. Il existe des tonnes de guides, tem­plates ou out­ils que vous pou­vez utilis­er pour les créer.

    Lec­ture recom­mandée : How to Cre­ate Detailed Buy­er Per­sonas for Your Busi­ness [Free Per­sona Template]

    2. Fixez vos objectifs

    Main­tenant que vous savez qui vous ciblez, il faut déter­min­er pourquoi vous faites du mar­ket­ing d’influence.

    Quel est votre objectif ?

    En règle générale, vous aurez trois objectifs :

    1. Amélior­er la notoriété de mar­que et présen­ter votre mar­que à des clients potentiels.
    2. Créer de l’intérêt et du désir en en apprenant plus à des clients poten­tiels sur leurs prob­lèmes ou com­ment votre produit/service va les résoudre.
    3. Encour­ager à l’achat en don­nant plus d’informations aux clients poten­tiels au sujet de votre pro­duit et ser­vice et pourquoi c’est la meilleure solu­tion pour eux.

    Il va vous fal­loir con­naître vos objec­tifs pour pou­voir mesur­er le suc­cès de votre campagne.

    Lec­ture recom­mandée : Mar­ket­ing Objec­tives : How to Set Them Right (with Examples)

    3. Déterminez votre budget

    Le mon­tant que vous êtes prêt à débours­er va déter­min­er le type d’influenceur avec lequel vous allez pou­voir tra­vailler et le type de con­tenu que vous pour­rez créer.

    Con­naître votre bud­get à l’avance va ren­dre la recherche d’influenceurs plus facile.

    4. Établissez vos KPIs

    Il n’est pas tou­jours facile de mesur­er le ROI absolu d’une cam­pagne de mar­ket­ing d’influence, mais vous pou­vez mesur­er le ROI rel­a­tive­ment en util­isant les KPIs (Key Per­for­mance Indicators).

    Les KPI vous per­me­t­tent de mesur­er votre pro­gres­sion vers vos objec­tifs. Si vous avez déjà défi­ni vos objec­tifs, vous con­nais­sez déjà vos KPIs. Par exem­ple, si vous suiv­ez le nom­bre de vente, vous pou­vez don­ner un code de réduc­tion au nom de l’influenceur.

    Lec­ture recom­mandée : 7 Mar­ket­ing KPIs Actu­al­ly Worth Tracking

    Trou­ver des influ­enceurs de niveau célébrité, méga ou macro est facile. Vous en avez cer­taine­ment déjà en tête. Même une per­son­ne qui n’apporte aucun intérêt au foot a déjà enten­du par­ler de Cris­tiano Ronal­do. Mais toutes les entre­pris­es n’ont pas les bud­gets pour tra­vailler avec ces niveaux d’influence.

    Et si vous avez besoin de micro et de nano-influ­enceurs ? Com­ment les trouver ?

    Voici quelques options :

    1. Employés

    La plu­part des mar­ques com­men­cent leur recherche d’influenceurs à l’extérieur. En faisant cela, ils ratent un ensem­ble poten­tiel d’influenceurs qui est juste sous leur nez : leurs pro­pres employés.

    Vos employés tra­vail­lent pour vous, utilisent sans doute votre pro­duit (si ce n’est pas le cas, il y a un prob­lème). Ils sont dans une posi­tion par­faite pour pro­mou­voir votre mar­que. Cer­tains ont peut-être déjà cul­tivé une audi­ence de leur côté.

    Prenons Ahrefs, par exem­ple, la plu­part d’entre nous dans l’équipe mar­ket­ing peut être con­sid­éré comme nano ou micro-influ­enceur sur Twitter :

    A nous tous, nous pou­vons facile­ment ampli­fi­er le con­tenu que nous pub­lions ou les fonc­tion­nal­ités que nous sor­tons. Et nous le faisons.

    2. Clients

    Vos employés ne sont pas les seuls à aimer votre mar­que. Vos clients aus­si ! Nous l’avons décou­vert nous même lorsque nous avons com­mencé à spon­soris­er des pod­casts. Ceux où nous avons eu les men­tions de meilleure qual­ité et le plus d’inscriptions sont venus d’animateurs de pod­cast qui ado­raient déjà notre produit.

    Comme vos employés, cer­tains de vos clients sont sans doute des influ­enceurs. Et il y a de grandes chances qu’ils soient récep­tifs à vos propositions.

    Par exem­ple, Ed Sheer­an est un énorme fan du ketchup Heinz. Il a même un tatouage d’une bouteille de la mar­que sur son bras. Heinz n’avait pas besoin de réfléchir, il fal­lait tra­vailler avec lui.

    https://www.youtube.com/watch?v=keOaQm6RpBg

    Si vous n’avez sans doute pas d’influenceur au niveau d’Ed Sheer­an comme client, vous en avez peut-être un ou deux qui ont de l’influence sur votre audi­ence cible. Cherchez-les dans votre out­il CRM ou ce que vous utilisez pour suiv­re vos clients. Con­tactez-les pour savoir s’ils seraient prêts à tra­vailler avec vous et pro­mou­voir votre marque.

    Note.
    Vous pou­vez aus­si deman­der à vos clients quels influ­enceurs ils suiv­ent sur les réseaux sociaux.

    3. Followers

    Vos fol­low­ers sur les réseaux soci­aux con­nais­sent et aiment déjà votre mar­que. Cer­tains d’entre eux peu­vent tout à fait être des influ­enceurs. Passez en revue vos fol­low­ers pour les trouver.

    4. Google

    Allez sim­ple­ment dans Google pour taper “top influ­enceur [votre secteur]”

    Vous trou­verez des myr­i­ades de jolies listes bien compilées.

    5. Réseaux sociaux

    Si vous cherchez des influ­enceurs sur une plate­forme, quel meilleur endroit pour com­mencer à chercher que sur la plate­forme en question.

    Tout comme avec Google, vous pou­vez faire une recherche de mots-clés sur ces plate­formes et voir qui appa­raît. Des listes natives et bien organ­isées (comme les listes Twit­ter) peu­vent être une excel­lente option si elles exis­tent sur la plate­forme en question.

    Si vous suiv­ez déjà quelques influ­enceurs de votre secteur, véri­fiez la page “Explor­er” (ou sim­i­laire) va vous aider à en trou­ver d’autres.

    Note.
    Une bonne idée poten­tielle serait de créer un tout nou­veau compte, suivre/s’abonner à ces influ­enceurs et voir ce que la plate­forme vous suggère. 

    Sinon, vous pou­vez sim­ple­ment regarder qui ces influ­enceurs suiv­ent. Il y a des chances qu’ils suiv­ent d’autres influ­enceurs de même taille. Cer­taines plate­formes (comme Insta­gram et Twit­ter) vont aus­si vous sug­gér­er des comptes sim­i­laires sur ces pages :

    Enfin, une autre méth­ode pour trou­ver des influ­enceurs est via les hash­tags. Mais pas n’importe quel hash­tag : utilisez ceux de la con­cur­rence. Si vos con­cur­rents ont déjà fait une cam­pagne d’in­flu­ence, il y a de bonnes chances qu’ils aient soit :

    1. Demandé à leur influ­enceur d’ajouter un hash­tag unique à la cam­pagne, ou
    2. Demandé à leur influ­enceur d’ajouter le hash­tag de la société

    Voici un exem­ple d’influenceur qui tag une société de livrai­son de nour­ri­t­ure, FoodPanda :

    Cliquez sur le hash­tag et vous ver­rez qu’une tonne d’influenceurs ont déjà fait la pro­mo­tion de choses similaires :

    Si vous tra­vaillez sur le même secteur ou seg­ment, voici une liste d’influenceurs avec qui vous pour­riez travailler.

    6. Plateformes et marketplaces

    Même avec toutes les tac­tiques que j’ai sug­gérées jusqu’ici, trou­ver des influ­enceurs peut pren­dre beau­coup de temps. Une alter­na­tive “plus rapi­de” serait de tout sim­ple­ment les chercher sur une plate­forme dédiée.

    Nous avons une liste de ces plate­formes dans un autre arti­cle, n’hésitez pas à aller voir pour trou­ver l’influenceur qu’il vous faut sur la bonne plateforme.

    Lec­ture recom­mandée : Com­ment trou­ver des influ­enceurs dans votre secteur en 6 étapes

    7. Explorateur de contenu

    Comme les influ­enceurs ont sou­vent un blog, une autre méth­ode pour les trou­ver est de chercher les auteurs pop­u­laires d’articles sur des sujets en lien avec votre mar­que. Vous pou­vez faire cela dans l’Explo­rateur de con­tenu de Ahrefs, qui recherche dans une base de don­nées de 5 mil­liards de pages.

    Voici le processus :

    1. Ouvrir l’Explorateur de contenu
    2. Entrez un sujet per­ti­nent (par exem­ple link building)
    3. Sélec­tion­nez “in title” (dans le titre) dans le menu déroulant
    4. Cliquez sur recherche
    5. Allez dans l’onglet “Authors” (auteurs)

    Vous ver­rez une liste de per­son­nes qui ont écrit sur votre sujet, le nom­bre d’ar­ti­cles qu’ils ont écrit et leur nom­bre de fol­low­ers sur Twitter.

    8. Agences

    Si vous préférez déléguer ce genre de tâche, vous pou­vez tou­jours tra­vailler avec des agences de mar­ket­ing d’influence. Elles fer­ont tout à votre place, dont la mise en place de la campagne.

    En fait, pour les macro influ­enceurs ou plus gros, il y a de grandes chances que vous ayez à tra­vailler avec une agence quoi qu’il advi­enne. La plu­part d’entre eux sont assez proches de véri­ta­bles célébrités et très sol­lic­ités, il fau­dra tra­vailler avec leurs man­ag­er ou agence pour pou­voir met­tre en place une cam­pagne. Soyez-en bien conscients.

    Ce n’est pas parce qu’une per­son­ne a des mil­lions de fol­low­ers que votre cam­pagne va être un suc­cès. Il peu­vent avoir une grande com­mu­nauté, mais est-ce qu’ils sont en mesure d’influencer leur audi­ence à faire quelque chose, comme laiss­er un com­men­taire, par­ticiper à un give­away ou même acheter ?

    Prenons encore un peu de recul pour se deman­der : est-ce que ces mil­lions de fol­low­ers sont seule­ment réels ? Il y a des myr­i­ades de faux influ­enceurs. Il ne faut pas gaspiller de l’argent sur des cam­pagnes qui ne don­neront aucun retour. 

    C’est pour cela qu’il faut éval­uer la liste que nous venons de créer. Avant de faire toute forme d’outreach, il faut nous assur­er qu’il vaut vrai­ment le coup de tra­vailler avec ces influ­enceurs. Qu’ils soient en mesure de bien représen­ter notre mar­que, peu­vent créer le type de con­tenu que nous voulons et sont effec­tive­ment en mesure de nous aider à attein­dre les KPI que nous nous sommes fixés.

    Dans The Influ­ence Code, Aman­da Rus­sel (influ­enceuse et experte en mar­ket­ing d’influence) sug­gère d’évaluer cinq points :

    1. Reach
    2. Recon­nais­sance
    3. Référence
    4. Per­ti­nence
    5. Engage­ment

    1. Reach

    C’est la taille totale des fol­low­ers de l’influenceur à tra­vers toutes les plateformes.

    Beau­coup d’en­tre­pris­es font l’erreur de ne se con­cen­tr­er que sur cette valeur. C’est com­préhen­si­ble parce cette valeur est publique et facile à trou­ver. Mais il faut con­sid­ér­er cela comme un point de départ.

    Non seule­ment ce chiffre peut facile­ment être arti­fi­cielle­ment gon­flé, mais le nom­bre de fol­low­ers n’est pas non plus égal au véri­ta­ble reach.

    Repérer du faux reach

    Le reach est une mesure facile à fauss­er. Allez sur des sites comme Fiverr et vous ver­rez des propo­si­tions de ser­vice qui vont vous pro­pos­er d’obtenir X fol­low­ers du jour au lende­main. Le New York Time a même écrit un arti­cle en 2018 sur le marché noir des faux followers.

    Prenez tou­jours le temps d’analyser les fol­low­ers d’un influenceur.

    • Est-ce que leurs fol­low­ers ont des noms d’utilisateurs étranges, comme une liste de chiffres ?
    • Est-ce que leurs fol­low­ers ont une pho­to de pro­fil vide ?
    • Est-ce que leurs fol­low­ers n’ont aucune publication ?
    • Est-ce que leurs fol­low­ers n’ont eux-mêmes aucun fol­low­er, mais suiv­ent beau­coup de monde ?

    Ce sont tous des car­tons rouges. Voici un exemple :

    Atten­tion, ce n’est pas parce qu’un influ­enceur a de faux fol­low­ers qu’il les a achetés. Lorsqu’un compte grandit en taille, il devient impos­si­ble d’éviter les faux fol­low­ers et les bots de réseaux soci­aux. Assurez-vous juste que la part de faux fol­low­ers ne soit pas trop impor­tante. Un moyen rapi­de de véri­fi­er cela est d’utiliser un out­il comme le Fake Fol­low­er Audit de SPark­Toro (seule­ment pour Twit­ter) ou l’Audit Insta­gram de HypeAuditor.

    2. Reconnaissance

    C’est com­ment l’influenceur est “con­nu” ou “recon­naiss­able” dans son secteur.

    Il n’est pas néces­saire qu’ils soient aus­si célèbres qu’un acteur hol­ly­woo­d­i­en, mais ils doivent tout de même être con­nus par votre audi­ence cible. Même s’ils ne sont pas si con­nus que cela, est-ce que l’on peut recon­naître leur exper­tise, leurs références ou leurs distinctions ?

    3. Référence

    Est-ce que l’influenceur ou son tra­vail sont cités ou jugés comme référence par des gens de son secteur (ou en dehors) ? Est-ce qu’ils font par­tie d’une liste d’experts selon une pub­li­ca­tion ou site con­nu et crédible ?

    4. Pertinence

    C’est à quel point un influ­enceur est asso­cié avec un sujet ou un secteur particulier.

    Il faut que vous soyez sûr que l’influenceur avec qui vous allez tra­vailler par­le d’un sujet sur lequel vous voulez que votre mar­que soit asso­ciée. Si vous êtes une mar­que végane par exem­ple, vous n’allez sans doute pas vouloir tra­vailler avec un influ­enceur sur le paléo, même si les deux sujets sont autour du “régime/nutrition”.

    Le per­ti­nence est aus­si à quel point l’audience d’un influ­enceur est en aligne­ment avec l’audience cible de votre mar­que. Une influ­enceuse qui va régulière­ment faire la pro­mo­tion de mail­lots de bain pour­rait ne pas avoir une audi­ence fémi­nine, un influ­enceur qui met en avant des exer­ci­ces de sport à la mai­son pour­rait ne pas avoir une audi­ence masculine.

    Il faut creuser un peu plus.

    Kate Upton, par exem­ple, a tra­vail­lé avec la mar­que de cos­mé­tique améri­caine Bob­bi Brown pour met­tre en avant leurs pro­duits. Si ça sem­ble logique pour Bob­bi Brown de tra­vailler avec un man­nequin célèbre, il s’est avéré que 90 % de son audi­ence en ligne était des hommes qui étaient intéressés par le sport et les jeux vidéos.

    5. Engagement

    L’engagement est l’interactivité de la com­mu­nauté : com­men­taires, partages, vues, retweet, men­tion, etc. On le mesure à chaque fois que l’influenceur poste du contenu.

    Repérer du faux engagement

    L’engagement, comme le reach, peut mal­heureuse­ment être acheté. Donc, plutôt que de chercher un nom­bre absolu de likes, com­men­taires retweet, etc. Con­cen­trez-vous sur la qual­ité. Ce doit être de véri­ta­bles com­men­taires ou conversations.

    Voici une petite liste de choses à vérifier :

    • Est-ce que les com­men­taires ne sont que des emojis ?
    • Est-ce que ce sont des com­men­taires courts sans véri­ta­ble sens ou con­texte comme “Wow !” “Super !” “Génial !”.
    • Est-ce que l’u­til­isa­teur en ques­tion répète con­tin­uelle­ment ces commentaires ?

    Voici un exemple :

    Autres mesures :

    Voici d’autres valeurs qu’il va fal­loir analyser :

    • Offline. Si des gens vien­nent en per­son­ne à des événe­ments pour ren­con­tr­er leur influ­enceur, c’est que son audi­ence est vrai­ment engagée. Analy­sez la dernière occa­sion où l’influenceur était en pub­lic pour déter­min­er le monde qu’il y a eu.
    • Témoignages, avis et études de cas. Deman­dez des infor­ma­tions à l’influenceur sur ses cam­pagnes précé­dentes. Prenez tout de même en compte que cer­tains micro ou nano-influ­enceurs pour­raient de pas en avoir.
    • Répu­ta­tion. Des con­tro­ver­s­es autour de l’influenceur pour­raient faire du mal à votre image. Étudiez le con­tenu de l’influenceur pour voir s’il ne sont pas mêlés à de récents scan­dales, s’ils ont des vues ou tenu des pro­pos qui ne s’alignent pas avec votre marque.

    Une fois que vous avez affiné votre liste, il est temps de pren­dre con­tact pour voir si une belle col­lab­o­ra­tion peut être mise en place.

    Par con­tre, ça ne veut pas dire que vous pou­vez envoy­er le même mail à tout le monde. Il va fal­loir traiter chaque groupe d’une manière différente.

    L’outreach est un jeu de per­cep­tion de mar­que, la vôtre con­tre celle de l’influenceur.

    Si vous êtes, par exem­ple, Louis Vuit­ton, même les plus grandes célébrités auraient du mal à refuser une col­lab­o­ra­tion. Mais si vous êtes un petit site e‑commerce et que vous voulez être mis en avant par Chiara Fer­rag­ni, votre mail a toutes les chances d’être ignoré.

    Cela peut sem­bler pénible, mais il y a une bonne rai­son à cela. Les influ­enceurs ont besoin de pro­téger leur pro­pre image de mar­que. La rai­son pour laque­lle vous pensez qu’untel est un bon can­di­dat est pré­cisé­ment parce qu’il ne fait pas la pro­mo­tion de tout et n’importe quoi. S’il le fai­sait, ce serait un ven­du, son image de mar­que serait ternie et il n’aurait plus la con­fi­ance de sa com­mu­nauté. Qui plus est, vous ne voudriez pas être sim­ple­ment un pro­duit de plus par­mi tous ceux qu’il met en avant.

    Alors avant de les con­tac­ter, assurez-vous d’avoir une stratégie adap­tée à chaque type d’influenceur.

    Note.
    Pour les gros influ­enceurs, il fau­dra pass­er par leur agence ou man­ag­er. Vous pou­vez a pri­ori con­tac­ter directe­ment les nano et micro influenceurs 

    Il y a plusieurs moyens de tra­vailler des influ­enceurs, dont :

    • Offrir des pro­duits pro­mo­tion­nels ou gratuits
    • Pay­er pour être mis en avant
    • Organ­is­er un giveaway
    • Recruter des influ­enceurs dans leur pro­gramme d’affiliation ou de parrainage
    • Offrir un code de réduc­tion ou une remise (pour les ventes directes) aux influenceurs
    • Créer du con­tenu avec les influenceurs
    • Les inviter à des événements
    • Des col­lab­o­ra­tions sur des produits

    Et bien plus encore 

    Il y a une infinité de moyens de tra­vailler avec des influ­enceurs, la méth­ode que vous allez choisir va dépen­dre de votre objec­tif et du con­tenu qui fonc­tion­nera le mieux sur l’audience de l’influenceur.

    Au-delà de ça, il faut garder quelques élé­ments en tête lorsque vous tra­vaillez avec un influenceur :

    1. Mettez en place un accord préalable

    C’est un parte­nar­i­at d’af­faires. Ça peut sem­bler pénible, mais un accord signé sera utile pour pro­téger les deux par­ties d’un point de vue légal. Cela per­met égale­ment d’avoir un doc­u­ment auquel tout le monde puisse se référ­er dans le cas d’incompréhensions ou désaccords.

    Il existe des mod­èles en ligne, mais il vaut tou­jours mieux con­sul­ter un avo­cat. Cer­tains points à ne pas oubli­er sont :

    • La durée du partenariat
    • L’exclusivité (est-ce que l’influenceur peut tra­vailler avec des mar­ques sim­i­laires ou concurrentes ?)
    • Le type de con­tenu spé­ci­fique que vous voulez voir créé
    • Des mes­sages spé­ci­fiques que vous voulez faire passer
    • Ce que peut et ne peut pas dire l’influenceur pen­dant la campagne
    • Le temps pen­dant lequel l’influenceur doit laiss­er le con­tenu en ligne
    • Où ils doivent poster le con­tenu (impor­tant si l’influenceur tra­vailler sur plusieurs plate­formes ou canaux)
    • À qui va appartenir le contenu
    • Mon­tant et ter­mes de compensation
    • Méth­ode de suivi des résultats

    Lec­ture recom­mandée : How to Cre­ate a Flaw­less Social Media Influ­encer Contract

    2. Collaborez, ne contrôlez pas

    Beau­coup de mar­ques font l’erreur de dicter à l’influenceur ce qu’il doit ou ne doit pas dire. Cela donne un résul­tat qui n’est pas authen­tique et ne con­va­inc pas leur audience.

    L’audience de l’influenceur est la sienne. Il sait ce que son pub­lic veut. En tant que mar­que, vous êtes là pour don­ner une direc­tion, quelques mes­sages ou élé­ments clés et grandes lignes de votre mar­que. Ne faites pas de micro­man­age­ment sur le con­tenu. Ayez con­fi­ance en l’influenceur pour qu’il crée quelque chose qui sera à la fois irré­sistible et une belle pro­mo­tion de votre mar­que. Mieux encore : présen­tez-lui réelle­ment votre pro­duit ou apprenez-le à s’en servir pour qu’il puisse en par­ler naturellement.

    Ceci dit, n’ayez pas peur de deman­der à l’influenceur de voir un pre­mier jet de sa propo­si­tion et de deman­der quelques allers-retours de cor­rec­tion et ajuste­ment. Vous voulez être sûr qu’il n’y ait pas d’erreur avant que le con­tenu soit publié.

    3. Suivez les directives de réglementation

    En fonc­tion du pays où vous et votre influ­enceur tra­vaillez, il est pos­si­ble que vous ayez l’obligation de pré­cis­er que le con­tenu est une pub­lic­ité. Par exem­ple la Fed­er­al Trade Com­mis­sion aux U.S.A. demande que les influ­enceurs indiquent publique­ment et à un endroit facile­ment vis­i­ble qu’ils ont été payés pour pro­mou­voir un produit.

    La plu­part des cam­pagnes d’influence sont des one-shot. Mais si vous avez par­ti­c­ulière­ment appré­cié tra­vailler avec un influ­enceur et êtes sat­is­fait du résul­tat, vous pou­vez aus­si l’engager comme ambas­sadeur de votre marque.

    Qu’on les appelle ambas­sadeurs, evan­ge­list ou égéries, ce sont des per­son­nes qui con­tin­u­ent à met­tre en avant une mar­que de manière exclu­sive pen­dant une cer­taine péri­ode. En échange, la mar­que les sou­tient de divers­es manières : pro­duits gra­tu­its, spon­sor­ing, accès priv­ilégié et commissions.

    Ce n’est pas nou­veau, la mode, la cos­mé­tique et le sport s’en ser­vent depuis bien longtemps.

    D’ailleurs nous avons le nôtre à Ahrefs ! Voici Patrick.

    Patrick Stox est con­seiller Pro­duit, Spé­cial­iste SEO tech­nique et ambas­sadeur de la mar­que Ahrefs.

    Comme Patrick, les ambas­sadeurs de mar­que sont sou­vent des experts dans un domaine qui peu­vent aus­si fournir des con­seils et idées sur com­ment amélior­er votre produit.

    Lec­ture recom­mandée : 9 excel­lentes tac­tiques de Rela­tion Publiques avec des exemples

    Voici quelques exem­ples de cam­pagnes de mar­ket­ing d’influence réussies.

    1. Ahrefs— employé influenceur

    Tim est notre respon­s­able mar­ket­ing. C’est aus­si l’un des plus grands ambas­sadeurs de Ahrefs. Même si notre compte Twit­ter de mar­que a 3x plus de fol­low­ers que le sien, ses tweets obti­en­nent à chaque fois un meilleur engage­ment que les nôtres.

    Ce n’est d’ailleurs pas qu’une ques­tion d’engagement. Tim nous apporte des clients :

    Il n’y a pas que Tim. J’ai men­tion­né plus haut que nous étions tous des nano ou micro-influ­enceurs dans l’équipe mar­ket­ing. Nous aidons à attir­er des clients, comme Sam :

    Même moi j’arrive à en attir­er un petit peu :

    2. Instagram— Leaders d’opinion de haut niveau

    Ren­trons un peu dans la meta. Insta­gram est la plate­forme de choix de la plu­part des influ­enceurs. Mais est-ce que vous saviez qu’Instagram est devenu pop­u­laire grâce aux influ­enceurs également ?

    C’est grâce à des influ­enceurs comme Jack Dorsey (le fon­da­teur de Twit­ter) qu’Instagram a obtenu 25 000 util­isa­teurs le pre­mier jour et 100 000 la pre­mière semaine.

    Dans No Fil­ter, Sarah Frier écrit :

    “Tout ce qu’il (Dorsey) postait sur Insta­gram était immé­di­ate­ment posté sur Twit­ter, où cela atteignait ses 1.6 mil­lion de fol­low­ers. Il a dit au monde que c’était sa nou­velle appli­ca­tion d’iPhone favorite, et ils ont écouté. Quand Insta­gram s’est ouvert au pub­lic le 6 octo­bre 2010, c’est immé­di­ate­ment devenu viral grâce à des gens comme Dorsey. L’application est dev­enue la numéro 1 pour les appli­ca­tions de caméra dans l’App Store d’Apple. ”

    L’une de mes nou­velles appli­ca­tions préférées pour iPhone est main­tenant disponible en télécharge­ment : @Instagram. De mag­nifiques photos.

    3. Daniel Wellington— Influenceurs Instagram

    Daniel Welling­ton est une mar­que de mon­tres suisse. Ils sont con­nus pour leurs bracelets inter­change­ables, ils ont obtenu plus de 230 mil­lions de $ de revenu en 2016 et ont ven­du plus de 6 mil­lions de montres.

    Vous les avez sans doute déjà vus sur Insta­gram. Non, cor­rec­tion. Vous les avez for­cé­ment vus sur Instagram.

    Daniel Welling­ton s’est entière­ment mon­té à tra­vers le mar­ket­ing d’influence. Ils ont inondé Insta­gram. D’abord en don­nant des mon­tres gra­tu­ites à des mil­liers d’influenceurs puis en aug­men­tant les ventes en deman­dant aux influ­enceurs de partager des coupons de réduc­tion spéciaux.

    Ils se sont étab­lis comme une mar­que must-have pour les mil­lenials et zoomer, les deux pop­u­la­tions sont nom­breuses sur Insta­gram. Inutile de dire que tout cela a trans­for­mé un mon­tant ini­tial d’à peine 15 000 $ en une mar­que de mon­tre bien connue.

    Conclusion

    J’espère que ce guide vous aura servi d’une bonne intro­duc­tion sur la com­préhen­sion et la mise en place de mar­ket­ing d’influence. Cela devrait être une bonne base depuis laque­lle en appren­dre plus sur le sujet.

    Je souhaite citer deux livres qui m’ont aidé à rédi­ger ce guide :

    Et je veux aus­si remerci­er ces per­son­nes qui m’ont bien aidé pour mes ques­tions sur le mar­ket­ing d’influence :

    Est-ce que j’ai oublié quelque chose d’im­por­tant sur le mar­ket­ing d’influence ? Dites-le-moi sur Twitter !

    • Backlinks 3
    Données de Explorateur de contenu