Comment créer un calendrier de contenu qui vous correspond

Avatar
Rédacteur en content marketing. Grand fan de Ahrefs. Dévoué à aider les gens à créer du contenu orienté produit qui va réellement aider sa cible.
Statistiques de l'article
  • Tweets 2
Données de Explorateur de contenu

Montre combien de site différents font un lien vers ce contenu. En règle générale, plus vous avez de sites qui vous donnent un backlink, plus haut vous êtes positionné dans Google.

Montre le trafic mensuel estimé pour cet article selon les données Ahrefs. Le trafic organique réel (issu de Google Analytics) est généralement 3 à 5 fois plus élevé.

Le nombre de fois que cet article a été partagé sur Twitter.

    Un cal­en­dri­er de con­tenu (ou “cal­en­dri­er édi­to­r­i­al”) est un sys­tème util­isé par les pro­fes­sion­nels du mar­ket­ing et de la créa­tion de con­tenu pour organ­is­er, gér­er et pro­gram­mer la pro­duc­tion de con­tenu. Au niveau macro, un cal­en­dri­er de con­tenu va don­ner une vue d’ensemble de tout ce qui va être pub­lié sur les péri­odes futures.

    Voilà à quoi ressem­ble notre cal­en­dri­er de contenu

    Au niveau micro, les entrée de cal­en­dri­er vont fournir des infor­ma­tions pour chaque élé­ment de con­tenu comme :

    • Sujet
    • Auteur
    • Con­tribu­teurs
    • Statut
    • Date de rendu
    • For­mat
    • Canal de diffusion

    Comme ceci :

    Con­traire­ment à un back­log d’idées, qui va faire la liste de toutes les idées et oppor­tu­nités de créa­tion de con­tenu, le cal­en­dri­er va générale­ment con­tenir des élé­ments qui sont déjà prévus et/ou dont la créa­tion a déjà commencé.

    Voici ce que nous allons voir dans ce guide :

    Un cal­en­dri­er de con­tenu est un out­il cru­cial pour toute per­son­ne impliquée dans la pro­duc­tion de con­tenu, que vous soyez une per­son­ne seule ou que vous fassiez par­tie d’une équipe. Cela va vous aider à :

    1. Plan­i­fi­er votre travail
    2. Organ­is­er équipes et contributeurs
    3. Ren­dre votre proces­sus répétable
    4. Gér­er le con­tenu en un seul endroit

    1. Planifier votre travail 

    C’est la rai­son la plus “pra­tique” d’avoir un cal­en­dri­er de con­tenu : cela va vous aider à plan­i­fi­er votre pro­duc­tion des semaines ou des mois à l’avance. Un cal­en­dri­er va vous per­me­t­tre de vous assur­er que votre plan­ning est réal­is­able au vu de votre temps et des ressources à dis­po­si­tion. Cela va aus­si vous don­ner une vis­i­bil­ité sur les ini­tia­tives à pren­dre (par exem­ple si votre entre­prise va lancer un nou­veau pro­duit) afin de vous organ­is­er en amont.

    2. Organiser les équipes et contributeurs

    Il peut y avoir beau­coup d’intervenants et élé­ments à graviter autour de la créa­tion de con­tenu, le cal­en­dri­er de con­tenu va vous per­me­t­tre de vous assur­er que tout le monde a les mêmes infor­ma­tions. Vous allez peut-être avoir besoin de tra­vailler avec un illus­tra­teur pour un arti­cle, dire à votre com­mu­ni­ty man­ag­er de met­tre en avant un nou­veau pro­duit et de gér­er les livraisons de free­lances et auteurs de guest-post : le cal­en­dri­er de con­tenu va vous aider à met­tre à plat toutes les étapes et les assign­er à chaque inter­venant avec des con­signes et dates claires.

    Par exem­ple, pour chaque arti­cle que nous pub­lions, nous devons avoir un suivi des élé­ments suivants :

    • Illus­tra­tion de haut de page
    • Images per­son­nal­isées (les graphiques par exemple)
    • Anno­ta­tion de cap­ture d’écran

    Nous avons mis cela en place sur notre cal­en­dri­er de contenu :

    3. Rendre votre processus de création de contenu répétable

    Un bon cal­en­dri­er de con­tenu n’est pas qu’un assem­blage de dates : c’est un sys­tème, un proces­sus que vous allez pou­voir répéter. Une fois que vous avez plan­i­fié les étapes néces­saires à la créa­tion d’un con­tenu spé­ci­fique, vous n’avez qu’à le répéter la prochaine fois que cela arrive pour ne pas avoir à tout organ­is­er depuis zéro. En plus de vous faire gag­n­er du temps, cela va vous aider à estimer la durée de chaque tâche et à vous assur­er de ne pas rater une étape.

    4. Gérer le contenu en un seul endroit

    Le cal­en­dri­er de con­tenu va con­tenir toutes les infor­ma­tions pos­si­bles sur chaque élé­ment de votre chaîne de pro­duc­tion. C’est la source d’information fiable pour vos équipes. En plus de faire gag­n­er du temps à tout le monde (par exem­ple, cela évite d’avoir besoin d’appeler, envoy­er des mails ou faire des réu­nions pour savoir où on en est), un cal­en­dri­er assure que les infor­ma­tions soient acces­si­bles en per­ma­nence, et pas seule­ment dans l’esprit de quelques per­son­nes. Qui plus est, cela per­met à vos supérieurs ou col­lègues d’autres ser­vices de voir en un coup d’œil ce sur quoi vous tra­vaillez et ce qui est prévu pour le futur.

    Un cal­en­dri­er de con­tenu est extrême­ment utile pour organ­is­er vos efforts en con­tent mar­ket­ing, mais même s’il est par­faite­ment organ­isé il ne va pas per­me­t­tre, à lui seul, de garan­tir le suc­cès de vos efforts. Avant de vous jeter sur sa créa­tion, il faut pass­er un peu de temps pour clar­i­fi­er exacte­ment les types de con­tenus qui vont réelle­ment servir vos objectifs.

    Voici le processus :

    1. Analy­sez votre stratégie de contenu
    2. Met­tez en place votre calendrier
    3. Ajoutez du con­tenu à votre calendrier
    4. Ajoutez les tâch­es et sous-tâch­es nécessaires

    Si vous avez déjà affiné votre stratégie de con­tent mar­ket­ing, passez directe­ment au point 2, sinon, con­tin­uez la lecture.

    1. Analysez votre stratégie de contenu pour identifier vos priorités 

    Ce que vous allez met­tre dans votre cal­en­dri­er dépend entière­ment de votre stratégie de con­tenu mar­ket­ing, c’est votre plan pour créer con­stam­ment du con­tenu de qual­ité dont l’objectif est de trans­former des étrangers en clients.

    Chez Ahrefs par exem­ple, notre stratégie est de pub­li­er du con­tenu édu­catif et infor­matif sur des sujets que nos clients poten­tiels vont chercher, nous posi­tion­ner sur Google et Youtube, et faire aug­menter le traf­ic organique mois après mois. Nous ne rem­plis­sons pas notre cal­en­dri­er de con­tenu avec des idées de mots-clés au hasard, nous avons un proces­sus clair.

    1. Nous util­isons l’Explo­rateur de Mots-clés de Ahrefs pour faire une recherche de mots-clés et iden­ti­fi­er les sujets à couvrir :
    2. Nous faisons une recherche sur le traf­ic poten­tiel de chaque sujet dans l’Explorateur de Mots-clés :
    3. Nous attri­bu­tions des pri­or­ités en nous bas­ant sur “le poten­tiel com­mer­cial”. Nous assignons un score de 0 à 3 en fonc­tion de la facil­ité avec laque­lle nous allons pou­voir par­ler de Ahrefs sur chaque élément :
    4. Nous ajou­tons les sujets qui vont servir notre stratégie basée sur les mots-clés et notre pro­duit sur un tableur. Ce n’est que lorsque quelqu’un com­mence à tra­vailler réelle­ment sur un élé­ment de con­tenu que nous le rajou­tons au calendrier.

    Votre approche peut dif­fér­er, mais l’idée doit être la même : la manière la plus effi­cace de rem­plir et main­tenir votre cal­en­dri­er de con­tenu est d’abord d’avoir une stratégie claire et de com­pren­dre com­ment chaque élé­ment que vous allez créer va servir vos objectifs.

    2. Créez votre calendrier 

    Il existe de nom­breux out­ils qui vont vous per­me­t­tre de créer votre cal­en­dri­er. Du tableur stan­dard aux logi­ciels spé­cial­isés en ges­tion de con­tenu (vous ver­rez quelques exem­ples plus bas). Mais l’outil que vous choi­sis­sez est moins impor­tant que de décider des infor­ma­tions que vous allez met­tre dans le calendrier.

    Le plus basique des cal­en­dri­ers n’a besoin que de deux champs : un titre et une date de ren­du. Vous pou­vez ajouter autant de champs que vous le souhaitez pour met­tre en place votre pro­duc­tion. Nous en avons 19, comme le type de con­tenu, la caté­gorie et le mot-clé principal :

    Il n’y a pas de “règles” sur ce que votre cal­en­dri­er doit ou ne doit pas con­tenir : con­cen­trez-vous sur les infor­ma­tions que vous et les mem­bres de votre équipe avez besoin pour la pro­duc­tion du con­tenu. Voici quelques idées pour vous lancer :

    • Canal de diffusion 
    • La per­sona d’utilisateur visée
    • Auteur et contributeurs
    • Objec­tif
    • Statut

    3. Ajoutez du contenu au calendrier 

    Une fois que votre struc­ture est en place, la prochaine étape est de rem­plir votre cal­en­dri­er avec les élé­ments en pré­pa­ra­tion, assurez-vous que la cadence soit en rap­port avec votre stratégie : une approche con­cen­trée sur les réseaux soci­aux va peut-être requérir de pub­li­er plusieurs fois par jour. Du con­tenu plus long à but édu­catif pour­rait plutôt n’intervenir que deux fois par mois.

    L’objectif est de com­pren­dre en un coup d’oeil tout ce sur quoi vous et vos équipes vont tra­vailler, vous devriez donc aus­si inclure :

    • Tous les for­mats pour lesquels vous êtes respon­s­able. Si vous tra­vaillez par exem­ple à la fois sur des arti­cles de blog et des newslet­ters, ajouter les deux for­mats va vous aider à voir quelles tâch­es risquent de se chevauch­er pour mieux plan­i­fi­er votre travail.
    • Les anciens et les nou­veaux élé­ments. Par exem­ple, si vous voulez met­tre à jour ou opti­miser du con­tenu exis­tant, les ajouter à votre cal­en­dri­er va vous assur­er de pou­voir pren­dre en compte le temps et les ressources néces­saires pour y parvenir.

    Si vous pub­liez plusieurs types de con­tenu, il sera peut-être utile d’utiliser un code couleur pour vous y retrou­ver plus facilement.

    4. Ajoutez les sous-tâches nécessaires

    Chaque élé­ment que vous allez ajouter à votre cal­en­dri­er va néces­siter plusieurs étapes (et peut-être plusieurs per­son­nes) afin d’être com­plété. Il est donc utile de divis­er chaque élé­ment de con­tenu en tâch­es indi­vidu­elles à accomplir.

    Pour faire la liste de ces tâch­es, pensez à ce que vous avez déjà pub­lié et faites la liste de tout ce qui s’est passé avant la pub­li­ca­tion. Utilisez ensuite ces infor­ma­tions, ces étapes, pour pré­par­er tous vos prochains contenus.

    Par exem­ple, lorsque je tra­vail­lais à Hot­jar, je suiv­ais en général les mêmes 7 étapes avant de pub­li­er une newslet­ter. Pour chaque newslet­ter prévue dans le cal­en­dri­er, je répli­quais sim­ple­ment la liste des sous-tâch­es pour les attribuer à chaque mem­bre de l’équipe avec une date de rendu :

    Le proces­sus répétable de newslet­ter dans mon cal­en­dri­er de con­tenu Asana

    Un out­il de cal­en­dri­er sim­ple, comme un tableur, peut ne pas offrir assez d’espace pour faire la liste de toutes les infor­ma­tions à un seul endroit. Des out­ils spé­cial­isés (dans mon exem­ple Asana) sont conçus pour pou­voir met­tre des pré­ci­sions dans chaque sous-tâche. Si vous choi­sis­sez de rester sim­ple, vous pou­vez tou­jours faire la liste des étapes et sous-tâch­es à un autre endroit et vous y référ­er lorsque c’est nécessaire.

    Votre cal­en­dri­er de con­tenu devrait être unique à vous et votre envi­ron­nement de tra­vail, vous obtien­drez donc de meilleurs résul­tats en con­stru­isant le vôtre selon vos besoins spé­ci­fiques. Cela dit, il est tou­jours utile de s’inspirer de ce que les autres pro­fes­sion­nels font. Nous avons demandé à quelques pros du mar­ket­ing de nous partager leurs cal­en­dri­ers, du plus sim­ple et fonc­tion­nel au plus complexe.

    1. Un tableau fonctionnel pour une personne seule

    C’est le cal­en­dri­er de con­tenu de Hiba Amin chez Soap­box, elle l’utilise pour elle-même.C’est un doc­u­ment tableur sim­ple et fonc­tion­nel qui cou­vre les huit champs prin­ci­paux comme la date de pub­li­ca­tion, titre, type de con­tenu, emplace­ment dans l’entonnoir et l’audience/la per­sona. Vous pou­vez utilis­er une vari­a­tion de cet exem­ple si voulez quelque chose de con­cis tout en ayant une vue claire de ce qui s’est passé et va se pass­er.

    2. Un calendrier pour réseau social avec code couleur

    Lani Assaf utilise ce tableau chez Elpha pour suiv­re l’activité sur les réseaux soci­aux et les con­tenus addi­tion­nels. Le cal­en­dri­er utilise un sys­tème de code couleur pour que chaque élé­ment tombe dans une caté­gorie (la liste est dans “pil­lars” en haut à droite) et que l’équipe puisse voir ce qui se passe en un clin d’œil. Le cal­en­dri­er prend égale­ment en compte les dates impor­tantes, comme le jour des employés du ven­dre­di 5 mars.

    3. Un calendrier de type Kanban dans Trello

    Ce board Trel­lo est ce que Dom Kent chez Mio véri­fie plusieurs fois par jour pour être sûr que tous les élé­ments de con­tenu à venir soient sur la bonne voie. Dans un cal­en­dri­er de type Kan­ban, chaque carte représente un con­tenu, il est déplacé à tra­vers le tableau jusqu’à attein­dre la colonne de droite “ter­miné”. C’est un sys­tème sim­ple qui fonc­tionne bien si vous êtes dans une équipe réduite qui doit avoir une vis­i­bil­ité claire sur chaque étape du proces­sus; il y a aus­si de la place pour y ranger des idées de con­tenu qui n’ont pas encore été prévues (la pre­mière colonne à gauche).

    4. Un calendrier de type Kanban dans Todoist

    Fadeke Adeg­buiy de chez Doist utilise aus­si un tableau Kan­ban avec l’outil Todoist pour divis­er le cal­en­dri­er de son équipe en sprints heb­do­madaires. Chaque mem­bre de son équipe a accès au tableau et peut voir quels sont les arti­cles et les newslet­ters dans les tuyaux. Ils utilisent régulière­ment la fonc­tion­nal­ité de com­men­taire pour don­ner des infor­ma­tions, de l’aide ou de l’inspiration aux rédac­teurs à qui les élé­ments sont assignés. Vous pou­vez utilis­er le même type d’approche si vous voulez avoir un aperçu de ce qui se passe de semaine en semaine et véri­fi­er que tout le monde suit la cadence.

    5. Un calendrier Asana avec des étiquettes et des commentaires

    Ce cal­en­dri­er de con­tenu Asana per­met à Taru Bargha­va de chez Gen­book d’utiliser des éti­quettes de couleur pour chaque élé­ment et d’avoir des con­ver­sa­tions par sujet avec son équipe sur chaque entrée du cal­en­dri­er. Taru plan­i­fie son con­tenu au moins six semaines à l’avance pour être sûre que son équipe puisse tenir le rythme de paru­tion biheb­do­madaire. Elle sur­veille et met à jour le cal­en­dri­er chaque semaine pour suiv­re la pro­gres­sion de tous les con­tenus un par un. Vous pou­vez utilis­er ce genre de méth­ode si vous avez des pub­li­ca­tions fréquentes et avez besoin de suiv­re l’avancée de plusieurs con­tenus et con­tribu­teurs en un seul endroit.

    6. Un calendrier à plusieurs onglets

    Justin Dun­ham de chez Ercule utilise ce cal­en­dri­er de con­tenu à onglets pour suiv­re toutes les créa­tions de con­tenu de son équipe mar­ket­ing, jusqu’aux évène­ments et webi­naires. La vue “Cal­en­dar out­put” à gauche se rem­plit automa­tique­ment en fonc­tion de ce qui est ajouté aux autres onglets. Si vous gérez une machine mar­ket­ing com­plexe qui se base sur plusieurs élé­ments créés en par­al­lèle, vous pou­vez télécharg­er le tem­plate du cal­en­dri­er de Justin et vous amuser avec.

    Cela fait main­tenant un bon moment que je tra­vaille avec des cal­en­dri­ers de con­tenu, voici trois choses que j’ai appris­es à force d’erreurs et que j’aurai voulu savoir plus tôt :

    1. Faites évoluer votre calendrier

    La pre­mière ver­sion de votre cal­en­dri­er édi­to­r­i­al ne va sans doute pas être celle que vous allez utilis­er pour tou­jours. À mesure que votre équipe grandit ou que votre con­tenu évolue, vous allez peut-être vous sen­tir lim­ité par votre sys­tème. Il fau­dra alors le faire évoluer ou utilis­er un autre outil.

    Gardez cela en tête et n’essayez pas d’atteindre la per­fec­tion du pre­mier coup. Com­mencez par quelque chose de fonc­tion­nel qui va vous aider les deux ou trois pre­miers mois, et faites évoluer votre out­il au fur et à mesure que vous avancez.

    2. Prévoyez toujours de la marge

    Lorsqu’on tra­vaille avec plusieurs per­son­nes, des imprévus vont arriv­er, il y aura des retards. Et vous n’aurez pas for­cé­ment prévu ça. Iden­ti­fiez tous les poten­tiels goulots d’étranglement et prob­lèmes éventuels pour les pren­dre en compte. Par exem­ple, anticipez que vos con­tribu­teurs extérieurs pour­raient avoir du retard dans leurs livraisons et prenez en compte un délai “tam­pon” au cas où cela arriverait.

    3. Quantité ≠ Qualité

    S’il est ten­tant (et facile) de sur­rem­plir votre cal­en­dri­er et de vous sen­tir sat­is­fait parce que vous avez du tra­vail, pub­li­er beau­coup de con­tenu n’est pas for­cé­ment le meilleur moyen d’atteindre vos objec­tifs. C’est par­ti­c­ulière­ment vrai si le SEO fait par­tie de votre stratégie de con­tenu, Tim Soulo, le CEO de Ahrefs en par­le dans sa vidéo Cass­er le mythe du “pub­liez plus sou­vent”.

    Maintenant, à vous !

    Vous êtes main­tenant prêt à con­stru­ire et rem­plir votre pro­pre cal­en­dri­er de con­tenu. Est-ce qu’on a raté quelque chose d’important sur le cal­en­dri­er édi­to­r­i­al ? Faites-le-nous savoir sur Twit­ter.

    • Tweets 2
    Données de Explorateur de contenu