Guide Le test SEO : un guide simple (mais complet)

Avatar
Responsable des contenus @ Ahrefs (ce qui veut dire en gros, que je dois m’assurer que chaque article publié est ÉPIQUE).
    Si vous ne savez pas si un cer­tain change­ment sur votre site web va avoir un impact posi­tif ou négatif sur votre SEO, faire un test SEO peut être la solution.

    Mais quand faire un test SEO, et comment ?

    Vous allez appren­dre dans ce guide :

    Le test SEO a pour principe d’opérer des change­ments sur votre site et d’en mesur­er l’impact sur le traf­ic organique ou le positionnement.

    Voici qua­tre avan­tages à faire des tests SEO :

    1. Déterminez ce qui fonctionne pour votre site web

    Au-delà des fac­teurs de rank­ing con­nus, il y a beau­coup de scé­nar­ios en SEO où on ne peut répon­dre que “ça dépend”. Ce n’est pas parce qu’une action spé­ci­fique a eu un impact posi­tif sur le site de quelqu’un d’autre que ce sera la même chose pour vous. Il vaut mieux le tester sur votre site.

    2. Justifier de l’allocation de ressource

    Met­tre en place des change­ments SEO peut impli­quer beau­coup de temps et de ressources. Si ces change­ments n’ont pas l’effet désiré, c’est une perte d’énergie. Le test va vous dire si telle ou telle action a des chances d’avoir un impact posi­tif en dépen­sant moins de temps et de ressources.

    3. Soyez guidés par les données, pas les opinions

    Tout le monde a son opin­ion sur ce qui marche et ce qui ne marche pas en SEO. Le moyen le plus rapi­de de met­tre fin aux dis­putes est de tester. Si vous ne le faites pas, la per­son­ne qui par­le le plus fort va finir par don­ner le cap, ce qui n’est pas tou­jours pour le mieux.

    4. S’assurer que les changements ne fassent pas de mal

    S’il y a bien une chose de pire que de dépenser temps, énergie et argent sur des change­ments SEO sans qu’il n’y ait d’impact posi­tif, c’est de le faire et de voir un impact négatif. En faisant un test SEO, vous pou­vez lim­iter les dégâts en n’affectant qu’un petit ensem­ble de pages.

    Il ya trois trois prin­ci­paux types de tests de SEO

    1. Test SEO en série (non recommandé)

    Le test en série con­siste à chang­er toutes les pages du site d’un coup et de voir ce que ça donne. Nous ne recom­man­dons pas cette méth­ode pour trois raisons :

    1. Si le change­ment a un impact négatif sur le SEO, cela va impacter toutes les pages, pas juste quelques-unes.
    2. Cela prend générale­ment beau­coup de temps de faire des change­ments à l’échelle de tout un site et encore plus à revenir en arrière.
    3. Cela ne prend pas en compte la saison­nal­ité et d’autres vari­ables hors de votre contrôle.

    2. Test SEO temporel (non recommandé)

    Un test tem­porel con­siste à faire des change­ments sur une page et voir com­ment les choses évolu­ent. Nous ne recom­man­dons pas cette méth­ode, car on ne peut pas se fier aux résul­tats avec un échan­til­lon d’une seule page.

    3. Test A/B SEO

    Le test A/B (ou split-test­ing) con­siste à chang­er cer­taines pages, mais pas toutes. Vous pou­vez ensuite com­par­er les sta­tis­tiques des pages qui ont été mod­i­fiées à celles qui n’ont pas été changées. Le groupe­ment de pages non mod­i­fié est appelé groupe de con­trôle, celles qui sont mod­i­fiées sont le groupe vari­ant. Nous recom­man­dons cette méth­ode car :

    1. Si les impacts SEO sont négat­ifs, cela n’affecte qu’un petit nom­bre de pages.
    2. Cela ne prend pas autant de temps que le test en série, vous n’avez besoin de faire des change­ments que sur un petit nom­bre de pages.
    3. Cela per­met de pren­dre en compte la saison­nal­ité et les vari­ables qui ne sont pas sous votre con­trôle, car cela affecte les deux groupes de pages.

    Les tests SEO n’ont sans doute pas beau­coup d’intérêt pour vous à moins que vous ayez un impor­tant traf­ic organique. Nous par­lons de cen­taines de mil­liers de vis­i­teurs organiques men­su­els. Il y a deux raisons à cela :

    1. Il y a de meilleurs moyens de dépenser votre temps. Si votre site n’attire pas beau­coup de traf­ic, ce ne sont pas des tests SEO qui vont résoudre le prob­lème. Con­cen­trez-vous à créer plus de con­tenu ori­en­té recherche, obtenir plus de back­links et d’autres tech­niques qui vont amélior­er votre SEO.
    2. Les résul­tats seront sta­tis­tique­ment insignifi­ants. Si vous deman­dez à trois per­son­nes quel est leur groupe préféré et qu’ils dis­ent tous trois BTS, vous ne par­tirez pas du principe que c’est le cas de tout le monde. Vous êtes juste tombé sur un groupe de gros fans de BTS. Mais si vous deman­dez à 10 000 per­son­nes et qu’ils dis­ent tous BTS. Là on peut dire que c’est un groupe effec­tive­ment très pop­u­laire. C’est la même chose avec les tests SEO. Il ne faut pas assumer la causal­ité entre un change­ment et un résul­tat observé sans un échan­til­lon important.

    Si votre site web reçoit beau­coup de traf­ic, amélior­er le posi­tion­nement ou votre traf­ic même d’un petit pour­cent­age peut avoir un impact très sig­ni­fi­catif sur votre entre­prise. C’est là que le SEO prend tout son sens.

    Suiv­ez ces sept étapes pour com­mencer votre test SEO :

    1. Émettez une hypothèse 

    Une hypothèse est une pré­dic­tion. C’est lorsque vous décidez ce que vous allez chang­er et com­ment vous pensez que cela va affecter le SEO de votre site.

    Voici une for­mule sim­ple pour for­mer une hypothèse :

    [change­ment] va men­er à [effet] sur [types de pages]

    Voici un exemple :

    [Ajouter des descrip­tions cour­tes] va men­er à [une aug­men­ta­tion de 10% du traf­ic organique] sur [la page de caté­gorie e‑commerce de mobili­er de ter­rasse patio]

    Vous voyez que nous avons déter­miné ce que nous allons chang­er, ce que nous espérons obtenir comme résul­tat et quels types de pages nous allons utilis­er pour le test.

    Assurez-vous de choisir un groupe de pages qui ont beau­coup en com­mun lorsque vous faites cela. Comme les arti­cles de blog et des pages de caté­gorie e‑commerce. Il faut min­imiser les vari­ables pour ne pas nuire aux résul­tats de votre test. Votre hypothèse doit être une esti­ma­tion raisonnable, pas quelque chose au hasard.

    2. Choisissez vos pages

    Il vaut mieux ne faire des tests que sur des pages qui reçoivent une cer­taine quan­tité de traf­ic organique. Tout sim­ple­ment parce que vous n’allez pas appren­dre grand-chose d’une page qui reçoit peu ou pas de traf­ic. Ça ne fera que biais­er les résul­tats de vos tests.

    Vous pou­vez déter­min­er quelles sont les pages avec un bon traf­ic organique dans Google Ana­lyt­ics :

    1. Allez dans com­porte­ment > con­tenu du site > Page de destination
    2. Fil­trez par traf­ic organique uniquement
    3. Fil­tre le type de page que vous voulez tester (par exem­ple les pages avec /blog/ dans l’URL)
    4. Fil­tre les pages avec au moins X sessions.

    Si vous n’utilisez Google Ana­lyt­ics, vous pou­vez faire la même chose avec l’Explo­rateur de con­tenu Ahrefs.

    1. Entrez votre domaine dans l’Explorateur de site
    2. Allez dans le rap­port Top Pages 2.0
    3. Fil­trez les pages qui ont au moins X traf­ic par mois
    4. Fil­trez les types de pages qui vous intéressent en fonc­tion de l’URL (par exem­ple /blog/) avec le fil­tre inclure

    Téléchargez le résul­tat et faites un peu de ménage si néces­saire. Voici les pages que vous allez utilis­er pour votre test.

    3. Isolez un échantillon aléatoire

    Vous allez faire un test AB (split-test) vous n’allez donc avoir besoin d’opérer des change­ments que sur un échan­til­lon aléa­toire de ces pages. Le reste sera votre groupe de contrôle.

    Si vous utilisez un out­il SEO dédié, il pour­rait gér­er l’échan­til­lon­nage pour vous. Si vous faites ça manuelle­ment, la manière la plus sim­ple d’isoler un échan­til­lon aléa­toire est d’utiliser la fonc­tion “ran­dom­ize range” dans Google Sheets.

    Voici com­ment y parvenir :

    1. Importez votre ensem­ble de don­nées (URL, etc.) dans Google Sheets
    2. Sélec­tion­nez toutes les données
    3. Faites un clic droit et cliquez sur “ran­dom­ize range”

    Cela va réor­gan­is­er l’ordre des cel­lules de manière aléa­toire, vous allez main­tenant pou­voir en utilis­er un cer­tain pour­cent­age comme groupe variant.

    4. Décidez de la durée du test

    Voici quelques indicateurs :

    Faites dur­er le test assez longtemps pour que Google re-explore les pages dans votre groupe vari­ant. Vous ne pou­vez pas attribuer des fluc­tu­a­tions sur le traf­ic ou le posi­tion­nement si vos pages n’ont pas été explorées une nou­velle fois depuis les changements.

    Faites le test suff­isam­ment longtemps pour obtenir suff­isam­ment de traf­ic sur votre page. Ne tirez pas de con­clu­sions avant que vos pages aient obtenu suff­isam­ment de traf­ic, sinon vos résul­tats seront sta­tis­tique­ment inexistants.

    Si vous n’êtes pas sûr de quelle durée choisir, je vous con­seille de com­mencer par un mois. Vous pou­vez tou­jours faire dur­er des tests plus longtemps si vous avez besoin de plus de données.

    5. Décidez de comment suivre les résultats

    Avant d’appliquer des change­ments à votre site, il vous faut une méth­ode pour suiv­re les résul­tats. La manière la plus sim­ple est d’utiliser un out­il de test SEO. Il peut se con­necter à un compte Google Search Con­sole et suiv­re les résul­tats pour vous.

    Vous pou­vez suiv­re les résul­tats manuelle­ment si vous préférez.

    Si vous voulez tester des change­ments dans le traf­ic organique, utilisez le Google Search Con­sole ou Google Ana­lyt­ics. Com­parez les dif­férences moyennes de traf­ic dans les deux groupes sur des péri­odes avant et après les changements.

    Si vous voulez suiv­re les change­ments dans le CTR, utilisez la Google Search Con­sole pour com­par­er les changements

    Si vous voulez suiv­re les change­ments dans le posi­tion­nement organique, utilisez la Google Search Con­sole ou un out­il de rank track­ing comme le Rank track­er de Ahrefs. Le dernier est sans doute une meilleure solu­tion car cela va vous don­ner de véri­ta­bles posi­tion­nements, pas juste des moyennes.

    Pour paramétr­er cela dans le Rank Track­er de Ahrefs, ajoutez et met­tez une éti­quette sur deux séries de mots-clés :

    1. Mots-clés du groupe de con­trôle avec l’étiquette “con­trôle”
    2. Mots-clés du groupe vari­ant avec l’étiquette “vari­ant”

    Vous pou­vez ensuite voir les posi­tion­nements moyens pour ces mots-clés dans chaque groupe dans le rap­port Tags (éti­quette) :

    6. Opérez les changements

    Il est enfin temps de lancer votre test A/B. Voici quelques con­seils pour y arriver :

    • Ne faites pas de change­ment au groupe de con­trôle. Ça ne s’appelle pas groupe de con­trôle pour rien, c’est la base qui va vous per­me­t­tre d’évaluer l’impact de vos changements.
    • Changez une seule vari­able. Si vous changez beau­coup de choses, vous allez avoir du mal à déter­min­er si c’était l’une d’entre elles ou la com­bi­nai­son de toutes qui a mené au résultat.
    • Notez bien les change­ments que vous faites et à quelle date.
    • Assurez-vous d’avoir un moyen de revenir en arrière. Vous allez en avoir besoin si jamais votre test donne un résul­tat négatif ou non concluant.
    • Ne testez pas des choses sans impor­tance. Si vous pou­vez rapi­de­ment et facile­ment appli­quer les bonnes pra­tiques SEO de base, ne vous fatiguez pas à les tester, faites-le.

    7. Vérifiez les résultats

    Si vous utilisez un out­il de test, cela va prob­a­ble­ment don­ner de jolis graphiques à analyser une fois que le test est terminé :

    Via SEOtesting.com

    Si ce n’est pas le cas, vous pou­vez éval­uer les résul­tats du test manuelle­ment dans Google Ana­lyt­ics (si vous testez des change­ments de traf­ic), Google Search Con­sole (si vous testez dans des change­ments de traf­ic, posi­tion­nement ou CTR) ou un out­il de rank track­ing (si vous testez des change­ments en positionnement).

    Si vous testez des change­ments dans le posi­tion­nement et que vous avez tout pré­paré dans le Rank Track­er de Ahrefs comme on vous l’a mon­tré dans l’étape 5, vous ver­rez des change­ments dans la vis­i­bil­ité du mot-clé suivi depuis le début de votre test dans le rap­port Tags. Choi­sis­sez sim­ple­ment la période.

    Tout le monde devrait faire des tests SEO dif­férents en fonc­tion de ses objec­tifs. Mais voyons quelques exem­ples en com­mun pour vrai­ment com­pren­dre le processus.

    1. Tester l’impact d’un changement de balise title sur le CTR pour des pages de produit ou catégorie e‑commerce

    Les balise titles appa­rais­sent dans les résul­tats de recherche, cela peut affecter le taux de clic sur les résul­tats (CTR). SI vous utilisez la même for­mule pour tous vos pro­duits ou pages de caté­gorie comme la plu­part des sites de e‑commerce, tester l’impact d’une autre méth­ode est rel­a­tive­ment simple.

    Comment tester

    Prenez un ensem­ble de pages de caté­gorie e‑commerce qui reçoivent un bon traf­ic organique, faites un échan­til­lon aléa­toire puis changez la for­mule de balise title sur ces pages.

    Par exem­ple, met­tons que notre for­mule actuelle pour les pages pro­duits soit :

    [Nom du pro­duit] | [Mar­que]

    Vous pour­riez vouloir tester si ajouter “livrai­son gra­tu­ite” va amélior­er le CTR :

    [Nom du pro­duit] — Livrai­son gra­tu­ite | [Mar­que]

    Comment mesurer

    Utilisez la Google Search Con­sole pour com­par­er les CTR moyens des pages entre le groupe de con­trôle et le vari­ant avant et après les changements.

    Note.
    Vous allez sans doute avoir besoin d’exporter ces don­nées dans un tableur ou Google Data Stu­dios, les fil­tres de la Search Con­sole lais­sent beau­coup à désirer.

    2. Tester l’impact d’un outil d’optimisation de contenu sur le positionnement des articles de blog.

    Beau­coup de pro­fes­sion­nels du SEO ne jurent que par des out­ils d’optimisation de con­tenu. D’autres pas du tout. Si vous faites par­tie de ceux qui pensent que ça peut val­oir le coup, pourquoi ne pas le tester ?

    Comment tester

    Take a bunch of blog posts that get a decent amount of organ­ic traf­fic and rank in the top 10 for their main tar­get key­words, take a ran­dom sam­ple, then “opti­mize” those posts with a con­tent opti­miza­tion tool.

    Prenez un ensem­ble d’articles qui attire un bon traf­ic organique et se posi­tionne dans le top 10 pour leurs mots-clés prin­ci­paux. Faites un échan­til­lon aléa­toire, puis “opti­misez” ces arti­cles avec un out­il d’optimisation de contenu.

    Voici com­ment trou­ver ce genre d’articles de blog va le Rank Track­er de Ahrefs :

    1. Choi­sis­sez votre projet
    2. Allez dans le rap­port Pages
    3. Fil­trez pour le posi­tion­nement en top 10
    4. Fil­trez les pages avec au moins X traf­ic organique men­su­el estimé pour les mots-clés suivis.
    5. Exportez les résultats

    Comment mesurer

    Utilisez le Rank Track­er de Ahrefs pour com­par­er la vis­i­bil­ité moyenne pour les mots-clés suiv­is dans chaque groupe au début du test et à la date de fin comme expliqué dans l’étape 5.

    Note.
    Sou­venez-vous de met­tre une éti­quette groupe de con­trôle et vari­ant dans le Rank Track­er au début du test.

    3. Tester l’impact de l’ajout de contenu optimisé pour les extraits mis en avant sur des articles

    Se posi­tion­ner sur les extraits mis en avant attire générale­ment plus de clics. Si vous avez des arti­cles de blog sur des mots-clés qui déclenchent des extraits mis en avant, pourquoi ne pas tester votre capac­ité à les remporter ?

    Comment tester

    Prenez un ensem­ble d’articles de blog qui obtient un bon mon­tant de traf­ic organique et se place dans le top 10 pour des mots-clés qui déclenche des extraits mis en avant. Faites un échan­til­lon aléa­toire et ajoutez du con­tenu opti­misé pour les extraits dans ces articles.

    Voici comme trou­ver ces arti­cles dans l’Explorateur de site Ahrefs :

    1. Entrez votre blog/site dans l’Explo­rateur de site
    2. Con­sul­tez le rap­port Organ­ic Key­words 2.0
    3. Fil­trez pour le rank­ing en top 10
    4. Fil­trez les mots-clés qui envoient au moins X traf­ic organique men­su­el estimé (pour que vous sachiez quelles sont les pages avec un vol­ume de traf­ic décent)
    5. Fil­trez les extraits mis en avant que vous n’avez pas
    6. Exportez les résultats

    Comment mesurer

    Utilisez le Rank Track­er de Ahrefs pour com­par­er le nom­bre d’extraits mis en avant pour les mots-clés suiv­is pour les deux groupes au début et à la fin du test.

    Note.
    Sou­venez-vous de met­tre des éti­quettes pour les groupes de con­trôle et vari­ant dans le Rank Track­er au début du test.

    Conclusion

    Pour garder cet arti­cle aus­si sim­ple que pos­si­ble, j’ai volon­taire­ment mis de côté la ques­tion de sig­ni­fi­ca­tion sta­tis­tique. Cela peut rapi­de­ment devenir très com­pliqué, c’est une méth­ode pour prou­ver que les résul­tats d’un test SEO sont fiables et qu’il y a une forte prob­a­bil­ité de lien de causal­ité entre les change­ments et le résul­tat. En d’autres d’autres : que ce qui s’est passé (ou ne s’est pas passé) n’est pas lié au hasard.

    Je ne con­nais pas à l’heure actuelle d’outils de test SEO qui vont cal­culer cela pour vous. Lais­sez-moi donc répéter un con­seil : ne faites pas de test SEO à moins que votre site attire beau­coup de traf­ic.

    Si vous faites des tests et tirez des con­clu­sions au bout de quelques cen­taines de vis­ites, il y a de bonnes chances que vos con­clu­sions n’aient pas de sig­ni­fi­ca­tion statistique.

    Vous avez des ques­tions ? Je suis sur Twit­ter.

    • Backlinks 2
    Données de Explorateur de contenu