Volume de recherche de mot-clé : 5 chose à savoir pour éviter les erreurs SEO

Volume de recherche de mot-clé : 5 chose à savoir pour éviter les erreurs SEO

Tim Soulo
Tim est le CMO de Ahrefs. Mais c’est surtout notre plus gros fanboy et le meilleur ambassadeur de la société.
Article Performance
Data from Ahrefs
  • Backlinks

The number of websites linking to this post.

This post's estimated monthly organic search traffic.

Le vol­ume de recherche est sans doute l’une des mesures les plus util­isées en SEO. Cela nous per­met de juger de la pop­u­lar­ité de dif­férents mots-clés pour avoir une idée du traf­ic de recherche que pour­rait génér­er le fait de bien se posi­tion­ner dessus.

Mais bien trop sou­vent, des appren­tis du SEO pren­nent la valeur de vol­ume de recherche comme une valeur nom­i­nale, ce qui mène à de mau­vais­es déci­sions mar­ket­ing et un gâchis de ressources en temps, effort et argent.

Nous allons dans cet arti­cle regarder d’un peu plus près la mesure de vol­ume de recherche, expli­quer ce qu’elle est, d’où elle provient et com­ment elle peut par­fois vous tromper.

Qu’est-ce que le volume de recherche de mot-clé ?

Le vol­ume de recherche de mot-clé est une mesure SEO qui indique com­bi­en de fois par mois, en moyenne, un cer­tain mot-clé est cher­ché dans une cer­taine zone. Bien sou­vent, il fait référence au nom­bre de recherch­es dans Google, mais la mesure peut aus­si se référ­er à d’autres moteurs de recherche.

Il y a une dis­tinc­tion impor­tante à faire : le vol­ume de recherche indique le nom­bre de fois où une recherche a été effec­tuée, pas le nom­bre de per­son­nes ayant effec­tué une recherche.

Ain­si, si un mot-clé a un vol­ume de recherche de 100, cela peut tout aus­si bien être une recherche faite par 100 per­son­nes dif­férentes que 10 per­son­nes ayant fait 10 fois la recherche chacun.

Cette petite clar­i­fi­ca­tion n’est que la par­tie immergée de l’iceberg sur tout ce en quoi les gens peu­vent se tromper en analysant le vol­ume de recherche d’un mot-clé.

Par­lons donc de cinq autres choses à savoir pour bien se servir de cette mesure.

1. Les chiffres de volume sont des moyennes annuelles

La plu­part des out­ils SEO pro­posent comme valeur une moyenne annuelle.

Ce n’est pas un gros prob­lème pour les requêtes qui sont tapées de manière plus ou moins con­stante au fil de l’année. Mais cela peut être très trompeur sur des requêtes saison­nières ou des sujets d’actualité.

Com­parons les vol­umes de recherche pour les deux mots-clés “con­tent mar­ket­ing” et “NFT”.

Le mot-clé “con­tent mar­ket­ing” oscille entre 12K et 17K recherch­es par mois au cours de l’année. Sa moyenne de 16K est donc une pré­dic­tion rel­a­tive­ment raisonnable du vol­ume de recherche qu’il va sans doute attein­dre dans les prochains mois.

C’est une tout autre his­toire pour le mot-clé “NFT”. Au cours d’une seule année, il est passé de pra­tique­ment aucune recherche à 2,3 mil­lions en mars. Puis il est tombé à 374K en juin pour remon­ter à 952K en août.

En d’autres ter­mes, il est très dif­fi­cile de prévoir son vol­ume de recherche et com­ment il va évoluer dans les prochains mois, et s’il va éventuelle­ment attein­dre un rythme de croisière une fois la mode des NFT passée.

Ce que je veux mon­tr­er avec ces deux exem­ples est que les vol­umes de recherche peu­vent être très volatiles. Et la moyenne de 12 mois sur lesquels se basent les out­ils SEO peut ne pas vrai­ment cor­re­spon­dre aux vol­umes de recherche men­su­els d’un mot-clé au moment où vous vous serez posi­tion­né dessus.

2. Toutes les recherches ne donnent pas de clics

Le fait qu’une per­son­ne fasse une recherche ne veut pas néces­saire­ment dire qu’elle va cli­quer sur un résul­tat de recherche.

D’ailleurs, l’objectif de Google est de sat­is­faire les util­isa­teurs immé­di­ate­ment sans qu’ils aient besoin de “per­dre du temps” à cli­quer sur des résul­tats de recherche. Selon une étude récente, deux tiers des recherch­es Google de 2020 n’ont pas généré de clic.

Deux tiers des recherch­es Google de 2020 n’ont pas généré de clic. 

Par exem­ple, la requête “âge d’elon musk” a une moyenne de 37K recherch­es par mois. Mais le nom­bre de clics sur les résul­tats de recherche n’est que de 6,3 K (selon Ahrefs)

Pourquoi ? Tout sim­ple­ment parce que Google donne une réponse immé­di­ate à la ques­tion, ce qui élim­ine la néces­sité des util­isa­teurs de cli­quer sur un résultat :

Donc, si une requête a un grand vol­ume de recherche, cela ne veut pas néces­saire­ment dire que cela va vous apporter beau­coup de traf­ic. Google va peut-être sim­ple­ment mon­tr­er directe­ment la réponse dans la page de résultat.

3. Des annonceurs peuvent vous piquer vos clics

Il faut aus­si pren­dre en compte ce qui peut vous piquer vos pré­cieux clics : Google Ads.

Aujourd’hui, Google affiche jusqu’à qua­tre annonces payées au-dessus des résul­tats organiques. Et si vous suiv­ez l’historique visuel des emplace­ments pub­lic­i­taires, il devient cru­elle­ment évi­dent que Google essaye de ren­dre ces pubs presque indis­so­cia­bles des résul­tats organiques.

Il a aus­si ten­dance à embel­lir ces pubs avec des images et des sitelinks pour opti­miser leur marché et pouss­er les résul­tats organiques tou­jours plus bas.

En d’autres ter­mes, se posi­tion­ner en pre­mier pour des mots-clés très pop­u­laires ne garan­tit plus que vous en obtien­drez beau­coup de clics.

Même si vous véri­fiez les résul­tats de recherche pour le mot-clé sur lesquels vous voulez vous posi­tion­ner et que vous ne voyez pas de pub, il n’y a aucune garantie que ce sera tou­jours le cas. Au con­traire, en vous plaçant en pre­mière posi­tion, vous poussez les pages de vos con­cur­rents vers le bas, les pri­vant de traf­ic organique. Ça peut tout à fait les décider de se tourn­er vers Ads.

4. Les volumes de recherche ne sont pas très précis

Le Google Key­word Plan­ner est assez large­ment con­sid­éré comme la meilleure source de vol­ume de recherche de mots-clés, puisque les don­nées vien­nent directe­ment de Google. Et ce n’est pas un secret : beau­coup d’outils SEO tirent leurs don­nées des vol­umes du GKP.

Mais est-ce que les vol­umes de recherche du GKP sont précis ?

Et bien, il y a une source de don­nées qui est très générale­ment con­sid­érée comme la “seule source de vérité” quand on par­le de vol­ume de recherche : la Google Search Con­sole.

Si votre site se posi­tionne de manière con­stante en haut de Google pour cer­tains mots-clés, le nom­bre “d’impressions” qu’obtient votre page pour ce mot-clé devrait être le véri­ta­ble vol­ume de recherche.

Cela veut dire que l’on peut facile­ment étudi­er la pré­ci­sion des vol­umes de recherche de GKP si nous com­parons les vol­umes avec les impres­sions sur le même mot-clé dans GSC.

Et c’est exacte­ment ce que nous avons fait dans notre dernière expéri­ence.

Il s’avère que les vol­umes de recherch­es dans GKP étaient “vague­ment justes” dans seule­ment 45 % des cas. Pour le reste, les vol­umes de recherche GKP s’éloignaient des impres­sions GSC avec une sacrée marge.

En d’autres ter­mes, il ne vaut mieux pas appel­er des vol­umes de recherche GKP “pré­cis”. Et il est inutile de lui en vouloir, c’est un out­il pour les pub­lic­i­taires, pas pour le SEO.

GKP a ten­dance à fusion­ner les requêtes avec un sens sim­i­laire dans un seul groupe, sans option pour avoir le vol­ume dis­tinct de chaque requête. C’est pra­tique lorsque l’on veut faire de la pub­lic­ité, mais un réel prob­lème pour le SEO.

Par exem­ple, ces six mots-clés sont réu­nis en un :

  • pc games free download
  • free pc games download
  • free games down­load for pc
  • down­load free games for pc
  • free pc game downloads
  • down­load pc games free
  • free games to down­load for pc

Et la plu­part des out­ils SEO vont mimer ce com­porte­ment parce qu’ils piochent (a pri­ori) leurs vol­umes de recherche dans GKP. Elles vont donc don­ner les même vol­umes de recherche pour ces vari­a­tions de mot-clé.

Mais ici, chez Ahrefs, nous mélan­geons dif­férentes sources de don­nées dans nos esti­ma­tions de vol­ume de recherche (dont plusieurs années de don­nées his­toriques click­stream), ce qui nous per­met de “dégrouper” beau­coup de ces ensem­bles de mots-clés pour don­ner des vol­umes de recherche dis­tincts pour chaque mot-clé individuel :

Cette sépa­ra­tion rend les vol­umes de recherche Ahrefs un peu plus pré­cis que ceux de GKP. Et pour­tant nous ne pro­posons que des esti­ma­tions plutôt que des valeurs exactes que beau­coup de nos util­isa­teurs rêveraient de voir.

5. Plus de volume de recherche ≠ plus de trafic

L’utilisation prin­ci­pale du vol­ume de recherche d’un mot-clé en SEO est d’estimer le poten­tiel de traf­ic organique qu’une page pour­rait obtenir si elle se posi­tionne cor­recte­ment sur le mot-clé en ques­tion, n’est-ce pas ?

Et bien, jetons un œil aux mots-clés suivants :

Si nous com­parons leurs vol­umes de recherche Glob­al (c’est-à-dire à l’échelle mon­di­ale), le mot-clé “local SEO” sem­ble être 27 fois plus pop­u­laire que le mot clé “sub­mit web­site to search engines” (soumet­tre un site aux moteurs de recherche).

Est-ce que ça veut dire que la page qui se place en n° 1 pour “local SEO” devrait avoir beau­coup plus de traf­ic que celle qui se place n° 1 pour “sub­mit web­site to search engines.” ?

Véri­fions cela sur l’Explo­rateur de site de Ahrefs :

On dirait que notre hypothèse était com­plète­ment fausse. La page n° 1 pour un mot-clé 27 fois moins pop­u­laire obtient, sem­ble-t-il, deux fois plus de traf­ic que l’autre.

Com­ment ça se fait ?

Cela arrive tout sim­ple­ment parce que des pages ne rankent pas sur un seul mot-clé. Si vous regardez atten­tive­ment les deux cap­tures d’écran au-dessus, vous ver­rez que la page n° 1 pour “Local SEO” se posi­tionne dans Google avec 311 mots-clés (c’est la par­tie “Organ­ic key­words”), huit d’entre-eux dans le top 3.

Quant à la page n° 1 pour “sub­mit web­site to search engines” elle se posi­tionne sur Google pour un total de 1400 mots-clés, 201 dans le top 3.

Voici quelques-uns de ces mots-clés :

Qu’importe la requête que vous avez en tête, des per­son­nes dif­férentes vont la for­muler dif­férem­ment. Mais Google est assez per­fec­tion­né pour com­pren­dre que ces per­son­nes cherchent glob­ale­ment la même. Il va donc posi­tion­ner la même page pour toutes les vari­a­tions de la requête.

Nous avions étudié ce “phénomène” il y a quelques années et il s’était avéré que la plu­part des pages les mieux posi­tion­nées l’étaient sur env­i­ron un mil­li­er de mots-clés similaires.

Cela veut dire que vous ne pou­vez pas vous per­me­t­tre de vous en remet­tre aveuglé­ment aux vol­umes de recherche de mots-clés indi­vidu­els en esti­mant leur vol­ume de traf­ic poten­tiel. Ce qu’il faut faire est d’examiner les pages les mieux posi­tion­nées et de regarder le traf­ic qu’elles obti­en­nent au total pour tous les mots-clés sur lesquels elles se positionnent.

Chez Ahrefs, nous sommes telle­ment attachés à ce con­cept que nous avons créé une mesure unique appelée Traf­fic poten­tial (traf­ic poten­tiel) :

Pour tous les mots-clés que vous pou­vez voir dans l’Explo­rateur de mots-clés, nous sor­tons la page la mieux posi­tion­née et regar­dons son traf­ic organique total depuis toutes les vari­a­tions de requêtes sur lesquelles elle rank. Cette valeur devient le traf­ic poten­tiel du mot-clé.

Dans l’équipe de con­tent mar­ket­ing de Ahrefs, nous avons fait cela manuelle­ment pen­dant des années. Cela nous a beau­coup aidés pour choisir les bons sujets à abor­der. Mais cette mesure est enfin directe­ment inté­grée dans l’Explo­rateur de mots-clés pour que tout le monde puisse l’utiliser.

Conclusion

Voici les cinq prin­ci­paux points sur lesquels les débu­tants en SEO se ratent sou­vent lorsqu’ils s’attaquent à la mesure de vol­ume de recherche de mot-clé.

Main­tenant armé de ce savoir, je suis sûr que vous n’allez plus traiter les vol­umes de recherche comme une valeur nom­i­nale, ce qui va grande­ment amélior­er la qual­ité de vos déci­sions SEO.

Je voudrais aus­si men­tion­ner une dernière chose. Cela sem­blait un peu trop évi­dent pour être mis dans le corps de l’article, mais j’aurais un sen­ti­ment d’inachevé si je ne l’écrivais pas :

Ne sélec­tion­nez jamais des mots-clés en vous bas­ant unique­ment sur le vol­ume de recherche.

La recherche de mot-clé c’est bien plus que de chercher les requêtes avec les plus gros vol­umes de recherche.

Voici d’autres ques­tions à se poser :

  • Est-ce que ce mot-clé apporte une valeur à mon entreprise ?
  • Est-ce que ce mot-clé va aug­menter mes ventes ?
  • Est-ce que je suis en mesure de bat­tre les meilleures pages sur ce mot-clé ?
  • Qu’est-ce que cela va me deman­der de ranker sur ce mot-clé ?

Posez-vous tou­jours ces ques­tions lorsque vous choi­sis­sez vos mots-clés.

Article Performance
Data from Ahrefs
  • Backlinks

The number of websites linking to this post.

This post's estimated monthly organic search traffic.